CCP Modélisation et Ingénierie numérique PSI 2019

Thème de l'épreuve Optimisation de la masse d'un drone de prise de vue
Principaux outils utilisés mécanique des fluides, mécanique, électrochimie, électrocinétique, induction
Mots clefs drone, inductance mutuelle, accumulateur, bobine, accumulateur lithium-polymère, LiPo, drone, éléments d'inertie, modes propres, liaisons équivalentes

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                                                                    

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
           

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 CCINP Modélisation et Ingénierie numérique PSI 2019 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Julien Dumont (professeur en CPGE) et Charlie Leprince (ENS Paris-Saclay) ; il a été relu par Olivier Frantz (professeur agrégé en école d'ingénieurs), Tom Morel (professeur en CPGE) et Stéphane Ravier (professeur en CPGE). Les drones, utilisés notamment pour réaliser des prises de vue, sont de plus en plus évolués. Une des limitations à leur plus grande utilisation est l'autonomie en vol dont ils disposent. Ce sujet aborde différentes façons de réduire la masse pour améliorer ce critère. · La première partie étudie le rapport entre la masse du drone et sa consommation énergétique. Après avoir discuté des hypothèses de travail, on développe un modèle permettant de relier la force de sustentation du drone et la puissance mécanique à lui fournir pour effectuer un vol stationnaire. Une étude expérimentale de cette loi est ensuite réalisée afin de valider le modèle. On se sert alors des résultats obtenus pour relier le temps de vol en autonomie à la masse du drone. · La deuxième partie s'intéresse à une solution alternative à la nacelle motorisée : en utilisant des plots amortisseurs flexibles, on cherche à supprimer les vibrations pouvant nuire à la qualité du traitement numérique des informations provenant de la caméra. L'objectif de cette section est de déterminer s'il est effectivement possible d'isoler le tube de caméra en écartant suffisamment ses modes propres de ceux de la structure étoilée du drone. · La troisième partie, la plus courte, comporte quelques questions d'électrochimie et s'intéresse à la manière dont on pourrait réduire la masse de la batterie. On calcule la capacité massique maximale d'un accumulateur lithium-polymère et on la compare à la capacité réelle d'une batterie de drone. Les pistes d'amélioration de ce paramètre essentiel ne sont qu'évoquées. · Dans la dernière partie, le sujet étudie un système permettant d'alimenter le drone à distance à l'aide d'un couplage inductif. Dans un premier temps, on étudie une modélisation de la bobine sur un vaste domaine de fréquences, puis on s'intéresse au couplage à proprement parler en calculant la mutuelle inductance entre émetteur et récepteur. Enfin, on aborde la viabilité d'un tel système d'alimentation. Le sujet, plutôt long, est de difficulté hétérogène. La première partie notamment demande de l'habileté pour obtenir les relations souhaitées. Originale, la deuxième partie demande un recul suffisant pour être correctement traitée car elle fait appel à des notions peu courantes. Comme dans la plupart des épreuves dites de « modélisation », on est souvent amené à discuter la pertinence du modèle utilisé, par exemple en le confrontant à des résultats expérimentaux. Indications Partie I 3 Commencer par exprimer Pm en fonction de F2 , puis remarquer que Pm /F = v s /2. 4 Appliquer le théorème du moment cinétique à l'équilibre. 5 Pour l'application numérique, penser à convertir en radians. 7 Écrire l'équilibre des forces, sans oublier que le drone possède 4 hélices, puis utiliser l'expression de obtenue dans la question précédente. Partie II 8 Utiliser la figure 8 pour déterminer les mouvements impossibles, en gardant à l'esprit que les plots sont alors considérés comme rigides. 9 La raideur du ressort est le rapport de la force maximale possible par la course maximale. 15 Bien étudier les dessins fournis dans les figures 16 et 17. 18 Injecter les formes proposées dans les trois équations différentielles citées juste avant la question. 20 Attention à la conversion d'unités pour passer des g.mm2 aux kg.m2 . Valider cette conversion avec la fréquence de roulis. Partie III 26 Le vocabulaire utilisé par l'énoncé peut prêter à confusion : en réalité q max est bien une charge massique. 27 Remarquer que 11,1 V = 3 × 3,7 V. 28 Réécrire les demi-équations d'oxydation à l'anode, d'abord avec une anode faite d'un alliage d'insertion LiSi0,22 puis avec une anode en lithium pur. Partie IV 30 Écrire puis résoudre l'équation différentielle régissant le courant dans le circuit, en utilisant le fait que le courant qui circule dans une bobine est une fonction continue du temps. 33 Comparer R à |jL| puis déterminer le maximum de la fonction |Z()|. 35 Pour calculer la mutuelle inductance, commencer par calculer le flux 12 du champ magnétique créé par la bobine 1 au niveau de la bobine 2. 37 Écrire la loi des mailles dans les deux circuits. Attention aux bornes homologues. Optimisation de la masse d'un drone de prise de vue I. Quel rapport entre masse et autonomie ? 1 En considérant que l'air loin de l'hélice est immobile (au repos à la pression atmosphérique) et qu'il est mis en mouvement par l'hélice, on peut affirmer qu'à l'entrée du tube de courant la vitesse de l'air est nulle. Dans la mesure où l'hélice génère une importante convection de l'air, on peut négliger les forces de viscosité au sein du fluide et supposer l'écoulement parfait, ce qui permet de négliger la puissance des actions internes. On cherche à savoir si la variation d'énergie potentielle est négligeable devant la variation d'énergie cinétique. En supposant que la vitesse de l'air et que le dénivelé varient peu entre l'hélice et la sortie du tube de courant, on s'intéresse à la variation d'énergie entre le haut du tube de courant et l'hélice. Déterminons dans un premier temps un ordre de grandeur de l'énergie cinétique. On considère que l'hélice a une vitesse de rotation de l'ordre de h = 5 000 tours/min (soit h = 5 000 × 2/60 500 rad.s-1 ). En supposant que la vitesse de l'air en sortie de l'hélice est égale à celle de l'hélice (soit v h = h où 0,1 m est la longueur d'une pale de l'hélice), alors la variation d'énergie cinétique massique entre l'entrée du tube de courant et l'hélice s'écrit : ec = v h 2 /2 - 0 1 000 J.kg-1 . D'autre part, on estime le dénivelé entre le haut du tube de courant et l'hélice à z 1 m environ (estimation probablement un peu surestimée). On en déduit la variation d'énergie potentielle massique : ep = gz 10 J.kg-1 . On voit que même en la surévaluant, la variation d'énergie potentielle est négligeable devant la variation d'énergie cinétique. 2 Sous les hypothèses précédentes, l'équation (1) se réécrit, entre l'entrée et la sortie du tube de courant, sous la forme p Dm ec + = Pm Comme la pression est la même à l'entrée et à la sortie et que la vitesse à l'entrée est nulle, cette équation devient Pm = Dm v s 2 2 La relation (2) donne quant à elle F = Dm v s Avec Pm = Fv h , F= Pm Dm v s 2 = vh 2v h Identifions cette expression avec F = Dm v s : vh = vs 2 3 Commençons par calculer le débit massique : ZZ - Dm = - v · d S = vh S S D'après la question 1, Avec Pm = Pm vs = , F 2 Dm v s 2 2 = F2 2Dm = F2 2 v h S = F2 vs S Pm 2 = F3 2S 1 Pm = F3/2 2S On obtient donc bien - - - La force F exercée par l'hélice sur l'air est F = F- z , donc la force exercée par l'air sur l'hélice s'écrit p - - = - F = - 3 2 S Pm 2 - z 4 Les actions mécaniques extérieures qui s'exercent sur le drone et le cordon sont : - - · la force exercée par le capteur sur le cordon : F cap = -Fc = -Fc - y0 ; - · la force de sustentation = - y1 ; - · le poids du drone P ; - · la force exercée par le banc sur le drone N . - 1 G · · - P 0 - y0 M - F cap - x0 2 · B