Centrale Maths 2 PSI 2014

Thème de l'épreuve Étude de groupes orthogonaux généralisés
Principaux outils utilisés algèbre linéaire, groupe orthogonal, géométrie
Mots clefs groupe orthogonal généralisé, groupe de Lorentz

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
        

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
     

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


Mathématiques 2  0. 11.7 1 0 et 02 -- 02 = 1 montrer qu'il existe un unique 9 EUR IR tel que a : ch9 et b : sh 9. II.A.2) Soient &, b, c et d quatre réels. On considère la matrice de M2(IR) & ?) L = (. .) Écrire les équations sur a, b, c, d traduisant l'appartenance de L a O(17 1). II.A.3) En déduire l'égalité : + _ ch*y shv --chv shv O (1'1)_{(shfy chv)"EURnæ}U{( shv --chv)"EURlR} ch*y sh*y) On note, dans la suite de cette partie II, pour tout réel % L('y) = (sh*y ch*y II.A.4) Montrer, pour tous réels 'y et 'y', l'égalité : L(W)LW/) = L(v + W') En déduire que O+(17 1) () Ô(1,1) est un sous--groupe commutatif du groupe O+(17 1). II.B -- Le groupe O+(1,1) () Ô(1,1) est--il compact ? II .C -- Montrer que les matrices éléments de O+(17 1) sont diagonalisables et trouver une matrice P E O(2) telle que, pour toute matrice L E O+(17 1), la matrice tPLP soit diagonale. II.D -- Montrer que le groupe O+(1,1) est commutatif. III « Décomposition standard » d'un élément du groupe de Lorentz 0(1, 3) III.A -- Soit L = (riîj)1 1. III.B -- Soient L : <Éi,j)1 

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 Centrale Maths 2 PSI 2014 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Christophe Fiszka (ENS Cachan) ; il a été relu par Thierry Limoges (ENS Cachan) et Céline Chevalier (Enseignant-chercheur à l'université). Ce sujet propose d'étudier le groupe de Lorentz, qui est un sous-groupe multiplicatif du groupe des matrices inversibles et qui apparaît naturellement en mécanique quantique. · La première partie est consacrée à l'étude générale de l'ensemble O(1, p) regroupant les matrices L Mp+1 (R) telles que 1 01,p t p+1 = L p+1 L avec p+1 = 0p,1 -Ip On étudie la structure de groupe, les invariances, ainsi que les propriétés topologiques (est-il fermé ? compact ?). En particulier, on montre que O(1, p) correspond aux endomorphismes laissant invariante une certaine forme bilinéaire de la même manière que le groupe orthogonal laisse invariant le produit scalaire canonique. · La seconde partie traite le cas où les matrices sont de taille 2. De nouveau, par analogie avec l'étude des rotations du plan, on prouve que les matrices de O(1, 1) de déterminant 1 sont des rotations hyperboliques, c'est-à-dire des matrices de la forme ch sh sh ch · La dernière partie (la plus longue du sujet) propose de construire un algorithme qui à une matrice de Lorentz associe une décomposition RHR avec R, R deux matrices de rotation et H une matrice de rotation hyperbolique. La difficulté de cette partie est essentiellement liée aux calculs. Ce sujet, plutôt technique, constitue un très bon exercice de révision sur le groupe orthogonal. En effet, les méthodes employées, ainsi que les résultats, sont très similaires à ceux utilisés pour l'étude du groupe des rotations, en particulier pour les petites dimensions (2 et 3). Quelques questions, signalées dans le corrigé, portent sur la structure algébrique de groupe, qui sont hors programme depuis la rentrée 2014. Indications I.A.3 [HP] Montrer que pour L, M O(1, p), LM O(1, p) et L-1 O(1, p). t I.A.4 Utiliser la relation L = p+1 L-1 p+1 . I.A.5 Penser à la caractérisation des fermés comme image réciproque d'un fermé par une application continue. I.B.2 S'inspirer de l'identité de polarisation 1 kX + Yk2 - kX - Yk2 (X | Y) = 4 I.B.3 Établir l'équivalence entre (i) et (ii) à partir de la question I.B.1. Puis la formule de la question précédente justifie l'équivalence entre (ii) et (iii). II.A Dans ces questions, il faut procéder par analogie avec la structure des matrices de SO(2). II.A.1 Justifier qu'il existe R tel que a + b = e . II.A.3 Pour résoudre le système de la question précédente, on peut utiliser la relation hyperbolique (hors programme) suivante sh (x - y) = ch (x) sh (y) - sh (x) ch (y) Plus généralement, on peut consulter le formulaire à la fin de cet ouvrage. Ne pas oublier le fait que le déterminant vaut 1, c'est-à-dire ad - bc = 1. II.A.4 [HP] Les formules de trigonométrie hyperbolique ainsi que les sous-groupes sont hors programme. II.B Que dire si tend vers + ? II.C Traduire la relation ci-dessous en termes de vecteur propre de L() e = ch () + sh () II.D III.B III.B,C III.E.1 III.F.1 III.F.2 Sur le même principe, trouver une seconde relation et donc un second vecteur propre pour L(). Un groupe est dit commutatif si tous ses éléments commutent entre eux. Simplifier l'expression grâce à la question I.B.4 pour justifier l'inégalité de droite. Puis utiliser l'inégalité de Cauchy-Schwarz pour l'inégalité de gauche. [HP] Les questions sur les groupes sont hors programme. Se rappeler que la composée de deux réflexions est une rotation. t D'après la question III.E.1, il existe une rotation qui envoie a sur (kak, 0, 0). Utiliser de nouveau les relations de la question I.B.4 en considérant t III.F.3 III.G III.F.4 III.H III.I t v = (0, 0, 1, 0) et v = (0, 0, 0, 1) Poser R2 = v1 v2 v3 où v1 complète la famille (v2 , v3 ) en une base orthonormée (directe). Attention à ne pas oublier que le coefficient en position (1, 1) est invariant. 1,1 1 Remarquer que O+ (1, 1). 1 Appliquer le même principe que la question I.B.4 à d'autres vecteurs de la base canonique. Reprendre pas à pas la preuve de la décomposition. On peut écrire la procédure en langage Python. Trouver deux décompositions de la matrice identité. I. Étude du groupe orthogonal généralisé O(1, p) I.A.1 On constate que t De plus, p+1 p+1 p+1 = 3p+1 = 1 0p,1 det(p+1 ) = det(-Ip ) = (-1)p = On peut en déduire que et p+1 O(1, p) 01,p (-Ip )3 = p+1 1 si p est pair -1 sinon p est pair p+1 O+ (1, p) I.A.2 Il suffit de remarquer que le déterminant d'une matrice réelle L appartenant t à O(1, p) est inclus dans {+ - 1}. En effet, la relation L p+1 L = p+1 implique det(p+1 ) = det( t L p+1 L) = det(L)2 det(p+1 ) Dès lors, det(L)2 = 1 Autrement dit, = det(L) = + -1 O(1, p) = O+ (1, p) O- (1, p) I.A.3 (Question hors-programme) Tout d'abord, il est clair d'après la question précédente que O(1, p) est un sous-ensemble de GLp+1 (R). Pour vérifier que O(1, p) est bien un sous-groupe de GLp+1 (R), vérifions les trois propriétés requises : · l'élément neutre Ip+1 appartient à O(1, p) car t Ip+1 p+1 Ip+1 = p+1 · la stabilité par produit, ce qui signifie L, M O(1, p) t t L · M O(1, p) t t En effet, (LM) p+1 LM = M ( L p+1 L) M = M p+1 M = p+1 | {z } =p+1 · la stabilité par passage à l'inverse dans le sous-groupe, c'est-à-dire L O(1, p) L-1 O(1, p) t Pour ce dernier point, multiplions à gauche par ( L)-1 et à droite par L-1 t l'égalité L p+1 L = p+1 , ce qui fournit t t p+1 = ( L)-1 p+1 L-1 = (L-1 ) p+1 L-1 En conclusion, O(1, p) est un sous-groupe de GLp+1 (R). De plus, sachant que l'ensemble des matrices de déterminant 1 est aussi un sousgroupe multiplicatif de GLp+1 (R) et qu'une intersection de sous-groupes est encore un sous-groupe, on a de même O+ (1, p) est un sous-groupe de O(1, p). I.A.4 On peut expliciter l'inverse d'un élément de O(1, p) par L-1 = p+1 t L p+1 (1) t En effet, p+1 L p+1 L = 2p+1 = Ip+1 t Par la structure de groupe de O(1, p), L-1 O(1, p) donc L O(1, p). t Si L appartient à O(1, p) alors L aussi. I.A.5 Considérons les applications ( Mp+1 (R) - Mp+1 (R) F: t L 7- L p+1 L et det : ( Mp+1 (R) - R L 7- det L Elles sont continues en tant que fonctions polynomiales en les coefficients de L. Or O(1, p) = F-1 ({p+1 }) et O+ (1, p) = F-1 ({p+1 }) det-1 ({1}) O- (1, p) = F-1 ({p+1 }) det-1 ({-1}) Sachant que les singletons sont des ensembles fermés et qu'une intersection finie d'ensembles fermés est fermée, on en déduit que O(1, p), O+ (1, p) et O- (1, p) sont des fermés de Mp+1 (R). La partie I.B porte sur les formes quadratiques, hors programme depuis 2014. Toutefois, tout est défini dans l'énoncé pour pouvoir répondre aux questions. I.B.1 Introduisons E = (Ej )16j6n , la base canonique de Rn , identifié à Mn,1 (R). t De sorte que AEj désigne la j-ième colonne de A. Puis Ei AEj représente le coefficient de A à la i-ième ligne et j-ième colonne. Ainsi, si on note A = (Ai,j ) et t t B = (Bi,j ), l'hypothèse X AY = X BY pour tout X, Y appartenant à Rn appliquée à X = Ei et Y = Ej impose que pour tout couple (i, j), Ai,j = Bi,j . C'est-à-dire exactement A = B. En résumé, Si pour tout (X, Y) (Rn )2 , on a t X AY = t X BY, alors A = B. I.B.2 Inspirons-nous de l'identité de polarisation. Pour tout indice j, on a 4vj vj = (vj + vj )2 - (vj - vj )2 Par sommation, p+1 (v, v ) = 1 (qp+1 (v + v ) - qp+1 (v - v )) 4 I.B.3 Justifions que (i) est équivalent à (ii) puis que (ii) est équivalent à (iii). t · (i) (ii) Soit L O(1, p), c'est-à-dire L p+1 L = p+1 . D'après la ques2 tion I.B.1, (i) est équivalent à dire que pour tout couple (V, V ) Rp+1 , ou encore t V L p+1 LV = V p+1 V t t t (LV) p+1 LV = V p+1 V t L'assertion (i) est donc équivalente à (v, v ) (Rp+1 )2 p+1 (f (v), f (v )) = p+1 (v, v )