Centrale Maths 2 PSI 2006

Thème de l'épreuve Représentation algébrique et graphique de sous-ensembles de {M}2 (R)
Principaux outils utilisés matrices symétriques, matrices orthogonales, norme matricielle, segments et droites de l'espace des matrices, réduction des endomorphismes en dimension 2, trigonométrie, surfaces de révolution, coniques

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                    

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
        

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


_oen_......___... ! _ , _? . 1 __ oe...30Ç<â...E<ë. ...>............... m8w omäQ:æ- -oeËÈoeU 83880 Notations. Dans tout le problème, on ne considère que des matrices carrées réelles. On désigne par E l'espace vectoriel réel des matrices carrées (réelles) d'ordre 2, c'est-J a b c d _tmce Tr(M ) = a + d et de son polynôme caractéristique à--dire à 2 lignes et 2 colonnes. Si M = < > E E, on rappelle la définition de sa ' XM : a: E R 1--------> det(oelb-- M), où llz désigne la matrice identité et det le déterminant d'ordre 2. En outre, on identifie les espaces vectoriels réels R2 et 93îg 1(R) et on munit R2 de , Son produit scalaire canonique et de la norme euclidienne associée. On pose donc, pour x = (ÿ) & R2, HXII = ,/æî +æâ. 2 On rappelle enfin qu'une matrice carrée réelle A d'ordre 2 est orthogonale si, et seulement si, "AA : ll2. L'ensemble des matrices orthogonales réelles d'ordre 2 est _ noté 02. On désigne par 52 l'espace vectoriel des matrices symétriques réelles d'ordre 2. Partie I - Généralités I.A -- I.A.1) Démontrer que si deux matrices de E sont semblables, elles ont même trace et même polynôme caractéristique. La réciproque est--elle vraie ? Justifier la réponse. I.A.2) Démontrer que (I) : (M1, M2) 1----> Tr('M1 M2),définit un produit scalaire sur E. Pour la suite du problème, E pourra être muni de la norme associée à ce produit scalaire. 1 I..A 3) Démontrer que, pour toute matrice M E E, on a |det(M )] Tr("M M ) Quand y a--t- il égalité? I.A.4) Pour MEUR E et a: EURR,exprimer XM(a') en fonction de a:, Tr(M) et det(M). En conclure que 1 est 'une valeur propre de M si, et . seulement si, Tr(M) : 1 + det(M). ' I.B -. La décomposition UDV ' a b On donne dans cette question M = (c d ) élément de E, avec (a, b, c,d) EUR R4. 1.3.1) * Si 9 6 R, on pose P(9) : (ÊÎÊÉ ÎZÊÏSHHÛ) et  Partie II - Les ensembles .% et .5" On désigne par 9? l'ensemble des matrices M E E telles que HM X "{  VX 5 R2, tXtM MX < tX X. _ n.o.2) a) Si M E E. justifier le fait que le polynôme caractéristique de tM M est de la forme (cc -- À1)(oe ---- À2), avec /\1 et À2 réels. Démontrer ensuite que ces réels sont positifs ou nuls. On pourra considérer des erpressz'ons de la forme tX tM MX . b) Démontrer que M EUR 9? si, et seulement si, les valeurs propres de tM .M appar-- tiennent à [O, 1]. II.D - Déduire en particulier deII.C.2.a que ' thM) <-- 1+)2 ' MGÆÇ=>{TÏÜMM) < '2 e II.E -- On définit .? comme : 5"= {M595 | ElXO EURR2, X05£0> llMX0ll : llX0ll}' II. E. 1) En'reprenant les calculs de Il. C. 2. a, démontrer que M appartient a .5" si, et seulement si, le polynôme caractéristique de tM M est de la forme (oe-- À)(oe-- 1), où A EUR [O, 1]. II.E.2) Si M E E, on l'écrit sous la forme M : P(f1)DP(tg), où (t1, t2) E R2 et oùD=(ä 2)aveca0 ' a) Déterminer les valeurs propres de tM M en fonction dec) et 5 . b) Démontrer que M EUR .5" si, et seulement si, il existe U et V, matrices orthogonales d' ordre 2 et 7 EUR [---1, 1] tels que M-- - U (3 (1)) V. II.E.3) En déduire que, si M est une'matrice non orthogonale de Y , il existe des matrices orthogonales W et W' d'ordre 2 telles que M appartienne au segment [WW'l- On pourra montrer d'abord que si M est de la forme (3 (1))' avec 7 EUR] -- 1 ,,1[ on peut choisir W et W' orthogonales et diagonales telles que M appartienne au segment [WW']. II.F' - On "désigne par El l'ensemble des matrices de la forme (a --b>, avec. b a c d 2 d --c ,avec (c,d) EUR R . II. F. 1) Démontrer que E1 et E2 sont deux sous-espaces vectoriels supplémentaires de E orthogonaux au sens du produit scalaire  défini en I. A. 2. (a, b) É R2 et par E: l'ensemble des matrices de la forme ( II. F. 2) Démontrer que El contient toutes 'les matrices orthogonales d'ordre 2 et de déterminant +1 et que E2 contient toutes les matrices orthogonales d' Ordre 2 et de déterminant --1. » ... II.F.3) Lorsque M est une matrice non orthogonale de .5" , déduire de ce qui précède le nombre de segments [WW' ] -- où W et W' sont orthogonales -- contenant M. Partie III - Définition de l'ensemble %" III.A - _ . III.A.1) Si M : (î Z), démontrer que que M EUR 5" implique a2+b2+62+cl2=1+(ad--bc)2 On désigne par % l'ensemble des matrices M EUR E vérifiant cette dernière relation. III.A.2) a) Réciproquement, à quelle condition, vérifiée par son déterminant, une matrice M EUR %" appartient-elle à 5" ? b) Démontrer qu'une matrice M EUR %" appartient à 5" si et seulement si TT('M M) $ 2. III.B _- -III.B.1) Si (A, B) EUR El >< E2, calculer det(A + B) en fonction de det(A) et de det(B). ' .! ' » Si (M1, M2) EUR E2, avec M1 # M2 on définit la droite affine (M1M2) comme l'ensemble des matrices de la forme (1 -- t)M1 + tM2, où t décrit R. Dans la suite, on l'appellera droite (M1M2). III.B.2) Dém0ntrer que, si W et W' sont des matrices orthog0nales éléments de E, telles que det(W) : +1 et det(W' ) = --1, la droite (WW' ) est incluse dans %" . Réciproquement, % est--elle réunion de droites de cette forme ? Partie IV - Représentatiàn graphique de %" IV.À - Si M E E, on rappelle que le polynôme caractéristique de tM M est de la forme (a: ----' À1)(oe ---- /\2), avec (À1,À2) EUR R2, À1 > 0 etÀ2 ; 0. Pour fixer les idées, on suppose0 < À1 < Àg. On suppose M # 0". Déterminer en fonction de Al et À2 le nombre de réels t positifs tels que tM EUR % . On en trouvera << en général >> deux, et on interprétera les cas particuliers. \ On étudie a partir de cette question l'intersection de %" avec certains sous--espaces vectoriels de E. On commence par des exemples de plans vectoriels. ' a: , fi ?! IV.B -- Soit P1 l'ensemble des matrices de la forme //{1(æ, y) = 0 au ' 75 IV.B.1) Déterminer les matrices orthogonales qui sOnt dans Pl. IV.B.2) Dans cette question, on identifie J/li(oe, y) avec le point (a:, y) de R2 muni de son produit scalaire canonique et de son repère orthonormal canonique. On procédera à desidentifications analogues dans les] ques-- tions suivantes. a) "Démontrer que %" 0 P1 est la réunion de deux coniques "& et "fig. Déterminer 'Ë1 fi fig. b) Représenter par un dessin %. 0 P1 et .5" FTP1 dans le plan P1. a: m IV.C - Soit P2 l'ensemble des matrices de la forme //12 (33, y) = <% 75). Soit 0 y ' (u, 0) EUR lR2 ; on ne demande pas de vérifier que la relation du III.A.1 implique .//lg(æ, y) EUR % ñP2 <=) 562312 +2(oe2+y2 -- 1) =0 Étudier et représenter par un dessin % 0 P2 et 5" 0 P2 dans léplan P2 (on pourra discuter et résoudre l'équation par rapport à la variable y). IV.D - Exemple d'intersection de %" avec un sous--espace de dimension 3 On désigne par 82 l'espace vectoriel des'matrices symétriques réelles d'ordre 2.-- IV.D.1) Démontrer qu'une matrice M EUR 82 appartient à % si, et seulement si, elle admet une valeur propre égale à. +1 ou a --1. On admet qu'une base orth0normale de 82 est @ : (M1, M2, M3), avec M1=_Ë(â31),M.=È(çg),m=%@ï) IV. D. 2) En écrivant une matrice de 82 sous la forme xM1 + yM2 + ZM3, décrire» l'ensemble Ca des matrices de 82 admettant le réel donné a comme valeur propre. En déduire une description de % fi Sg. IV...D 3) Soit 9 E R et N:: P(9)M(oe, y,z z)P(9)"l; démontrer que c'est une matrice de la forme M (u v, w) et exprimer (u, v, 7.0) en fonction de (a:, y,z 2.) In-- terpréter certains des résultats de la question IV. D. 2. lV.D.4) Représenterpar un dessin %" n 82 et 5" fi SZ. oooFINooo

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 Centrale Maths 2 PSI 2006 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Benoît Chevalier (ENS Ulm) ; il a été relu par Julien Lévy (Professeur en CPGE) et Arnaud Durand (ENS Cachan). Cette épreuve est un long enchaînement de petits exercices sur des matrices réelles en dimension 2. Les questions successives permettent de mettre en oeuvre toutes les notions du programme d'algèbre linéaire, des propriétés de la trace jusqu'à la réduction des matrices réelles symétriques. Une incursion finale dans les représentations de courbes et de surfaces coniques permet, comme souvent dans les épreuves du concours commun Centrale-Supélec, de tester l'habileté des candidats en géométrie. · L'objectif de la première partie est de présenter les notions utilisées et d'introduire une décomposition des matrices utile dans toute la suite du problème. · La deuxième partie permet de caractériser des ensembles de matrices dont l'étude forme l'essentiel du sujet. · La troisième introduit un nouvel ensemble, vu comme une union de droites dans l'espace des matrices. À partir de ces questions, l'énoncé devient de plus en plus un problème de géométrie. · La quatrième partie relie les ensembles étudiés précédemment à des coniques du plan et de l'espace, et se termine par l'étude et la représentation graphique de ces fonctions. Le problème, qui permet de s'exercer en même temps en algèbre linéaire et en géométrie, est concret et original mais relativement long. S'il ne comporte pas de difficultés majeures, il utilise sans cesse les résultats démontrés dans les parties précédentes, et de nombreuses questions sont astucieuses ; on peut rester bloqué faute de trouve la bonne idée. Indications Partie I I.A.3 Utiliser, après l'avoir démontrée, l'inégalité a2 + d2 > |2ad| pour tous réels a et d. I.B.2 Utiliser le fait que les matrices symétriques sont diagonalisables en base orthonormée, ce qui permet de mettre MP(1 ) sous la forme QDQ-1 avec D diagonale et Q orthogonale. Puis utiliser le fait que l'endomorphisme associé à la matrice orthogonale Q en dimension 2 est soit une rotation, auquel cas Q est de la forme P(t), soit la composée d'une rotation et d'une symétrie. Partie II II.D Exprimer t MM (x) sous la forme x2 - Tr (t MM)x + det(t MM) et étudier le signe de t MM (1). II.F.3 Noter que l'expression M = tW + (1 - t)W peut se voir comme la décomposition de M sur les sous-espaces supplémentaires E1 et E2 , ce qui assure l'unicité de t, W et W . Partie III III.B.2 Montrer que Tr (t MM) = 1 + (det M)2 , en tant qu'égalité entre deux polynômes en t, pour t défini par la relation M = tW + (1 - t)W avec W et W des matrices orthogonales de E de déterminants 1 et -1. Pour ce faire, utiliser la question précédente. Partie IV IV.B.2.b On peut déduire de la question III.A.1 que S H , ce qui implique S P1 H P1 IV.C Ne pas utiliser l'indication de l'énoncé. Les variables x et y sont de toute façon interchangeables dans l'équation donnée par l'énoncé. IV.D.2 Reconnaître dans z 2 = x2 + y 2 l'équation d'un cône d'axe Oz. I. Généralités I.A.1 Supposons que A et B sont deux matrices semblables de E, c'est-à-dire telles qu'il existe M inversible vérifiant A = M-1 BM. Le polynôme caractéristique de A est défini par A (x) = det(xI2 - A). Le polynôme caractéristique d'une matrice M sur un espace de dimension quelconque d est le plus souvent défini sous la forme det(M - xId ). On a alors det(xId - M) = det(-(M - xId )) = det(-Id ) det(M - xId ) det(xId - M) = (-1)d det(M - xId ) C'est seulement dans le cas d'un espace de dimension paire ­ ce qui est bien le cas de R2 , l'espace utilisé dans ce problème ­ que det(-Id ) = +1. Les deux définitions reviennent au même dans ce cas. Remplaçons A par M-1 BM dans l'expression de A . A (x) = = = = = A (x) = det(xI2 - M-1 BM) det(M-1 (xI2 - B)M) det(M-1 ) det(xI2 - B) det M (det M)-1 det(xI2 - B) det M det(xI2 - B) B (x) Les polynômes caractéristiques de A et B sont donc identiques. Par ailleurs, la trace d'une matrice est l'opposé du deuxième coefficient de son polynôme caractéristique. Vérifions-le dans le cas de E, en posant a b A= c d On a alors det (xI2 - A) = x-a -c -b x-d = (x - a)(x - d) - bc A (x) = x2 - (a + d)x + (ad - bc) On a donc A (x) = x2 - Tr (A)x + det(A) et de même B (x) = x2 - Tr (B)x + det(B). Comme les deux matrices A et B de E ont même polynôme caractéristique, elles ont même trace. On peut aussi démontrer que les traces de deux matrices semblables sont égales en écrivant Tr (A) = Tr (M-1 BM) et en utilisant la formule classique (X, Y) E2 , Tr (XY) = Tr (YX) En prenant X = M-1 et Y = BM, on obtient Tr (A) = Tr (M-1 BM) = Tr (XY) = Tr (YX) = Tr (BMM-1 ) = Tr (B) Démontrons à présent que la réciproque est fausse. Soit Z la matrice 0 1 0 0 Il apparaît que Tr (Z) = 0 et Z (x) = x2 . Z a donc même trace et même polynôme caractéristique que la matrice nulle 0E , mais elles ne sont pas semblables puisque M-1 0E M = 0E pour toute matrice M inversible de E. Or, Z n'est pas la matrice 0E . La réciproque est donc fausse : si deux matrices ont même trace et même polynôme caractéristique, elles ne sont pas nécessairement semblables. I.A.2 Un produit scalaire est une forme bilinéaire symétrique définie positive. Il est clair que l'application qui à (M1 , M2 ) associe Tr (t M1 M2 ) va de E × E dans R. Vérifions les propriétés qui définissent le produit scalaire en considérant M1 et M2 deux éléments de E et a un réel. · Symétrie : pour toute matrice A dans E, on sait que Tr (t A) = Tr (A), donc (M1 , M2 ) = Tr (t M1 M2 ) = Tr (t (t M1 M2 )) = Tr (t M2 M1 ) = (M2 , M1 ) ce qui démontre que est symétrique. · Bilinéarité : étant symétrique, il suffit de montrer la linéarité en l'une des variables, par exemple la seconde. Comme la trace est linéaire, on peut écrire (M1 , aM2 + M3 ) = = = (M1 , aM2 + M3 ) = Tr (t M1 · (aM2 + M3 )) Tr (a · t M1 M2 + t M1 M3 ) a Tr (t M1 M2 ) + Tr (t M1 M3 ) a(M1 , M2 ) + (M1 , M3 ) On en conclut que est bilinéaire. a b un élément de E. On peut c d écrire que (M, M) = Tr (t MM) est en fait la somme des carrés des coefficients de la matrice M. Ce résultat est vrai quelle que soit la dimension de l'espace, mais peut se vérifier aisément en dimension 2 a c a b t Tr ( MM) = Tr · b d c d 2 a + c2 ab + cd = Tr ab + cd b2 + d2 · Caractère défini et positivité : soit M = Tr (t MM)=a2 + b2 + c2 + d2 Les coefficients de M étant réels, leur carré est toujours positif. Le réel Tr M est une somme de carrés, il est donc positif, et ne peut être nul que si tous les coefficients de M sont nuls. On a donc (M, M) > 0 et (M, M) = 0 est équivalent à M = 0E . On peut en conclure que est une forme bilinéaire symétrique définie positive sur E c'est-à-dire que est un produit scalaire sur E.