Centrale Physique 1 PC 2019

Thème de l'épreuve Odyssée vers la condensation de Bose-Einstein
Principaux outils utilisés électromagnétisme, oscillateur harmonique, physique du laser, thermodynamique, analyse dimensionelle
Mots clefs laser, refroidissement, évaporation, condensation de Bose-Einstein

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                       

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
           

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 Centrale Physique 1 PC 2019 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Thomas Dupic (ENS Ulm) ; il a été relu par Guillaume Maimbourg (professeur en CPGE) et Tom Morel (professeur en CPGE). Le sujet porte sur les différents éléments d'une expérience visant à observer le phénomène de condensation de Bose-Einstein. Il est composé de quatre parties relativement indépendantes et de tailles inégales. · La première partie, très courte, demande de calculer quelques-uns des ordres de grandeur liés à la condensation de Bose-Einstein. · La deuxième partie, courte elle aussi, décrit le four et la « mélasse transverse » qui sert à augmenter le flux de particule à l'entrée du dispositif. Elle ne fait appel qu'à de l'analyse dimensionnelle et à de la dynamique du point élémentaire. · La troisième partie, plus longue et plus classique (au moins jusqu'à la question 19), aborde le ralentisseur et le piège optique qui ralentissent des atomes de rubidium en utilisant leurs transitions électroniques. La transition est décrite par le modèle de l'électron élastiquement lié et le problème est ramené à l'étude d'un oscillateur harmonique amorti. · La quatrième partie aborde le piège magnétique et la méthode de refroidissement évaporatif. Elle fait intervenir un peu de magnétostatique au début, ainsi que des questions plus libres en fin de sujet. De longueur typique pour un sujet de Centrale, l'épreuve fait appel à de nombreuses notions de mécanique et de magnétostatique de 1re et 2e année. Le sujet est difficile, mais il fournit régulièrement des résultats intermédiaires et contient plusieurs questions indépendantes. Le réussir demande une bonne compréhension du dispositif expérimental présenté ainsi qu'une certaine intuition physique. Il contient beaucoup d'analyse dimensionnelle et d'applications numériques, qu'il ne faut surtout pas négliger. Indications Partie I 2 Appliquer la formule de de Broglie à une particule du gaz. 3 Les effets quantiques apparaissent lorsque la distance interatomique est de l'ordre de la longueur d'onde thermique T . Partie II 6 Il y a un équilibre solide-gaz : la pression vaut la pression de vapeur saturante. Partie III 10 Comparer la taille du ralentisseur à la longueur de Rayleigh du laser. 13 Passer en notation complexe. 16 Faire un bilan de puissance à partir de l'équation du mouvement. 20 Utiliser la force de Lorentz pour déterminer la dimension du champ magnétique. 21 Écrire le théorème de l'énergie cinétique. 23 Les bobines peuvent être considérées de longueur infinie. 28 Faire un développement limité du champ au voisinage de O et utiliser les symétries du problème. 29 On pourra séparer la force en deux composantes, l'une proportionelle à la vitesse et l'autre au champ magnétique. Partie IV 32 Faire un schéma et exprimer - e en fonction de - ex , - ey et y . - - 33 Le champ magnétique B2 est l'antisymétrique de B1 par rapport au plan passant par O et normal à - e . x 36 Le dipôle va chercher à se placer dans l'état d'énergie minimale. 37 Comparer le potentiel du dipôle avec le potentiel harmonique en trois dimensions. 41 Intégrer l'équation de la question 39 pour exprimer T en fonction de N et de . 45 À temps court, la distribution des positions sur l'image en absorption est essentiellement due à la distribution des positions initiales. À temps long, elle est surtout donnée par la distribution des vitesses initiales. Pour la fin de la question, il faut remarquer que c'est le piégeage d'un condensat de Bose-Einstein qui transforme l'inégalité d'Heisenberg en égalité. Odyssée vers la condensation de Bose-Einstein I. Le critère de condensation 1 Il est utile de se rappeler que k B T a la dimension d'une énergie, soit [k B T] = [E] = M L2 T-2 où la seconde égalité découle, par exemple, de l'expression de l'énergie cinétique. Ainsi, on peut définir une vitesse caractéristique VT par r kBT VT = M Un résultat important de théorie cinétique des gaz relie la vitesse des particules d'un gaz monoatomique à sa température : 1 3 M v2 = kB T 2 2 Ici, VT 2 va donc correspondre, à une constante près, à la moyenne du carré de la vitesse des particules. 2 La longueur d'onde de de Broglie d'une particule est définie par T = h/p où p est la norme de sa quantité de mouvement. Avec p = M VT et la question 1, T = h h = MVT k B TM À un facteur 2 près, c'est bien l'expression de l'énoncé. T dépend de la température du gaz, d'où l'appellation « longueur d'onde thermique de de Broglie ». La longueur d'onde thermique de de Broglie donne l'échelle caractéristique des phénomènes quantiques dans un gaz à la température T. Pour de l'air à température ambiante, on trouve T 10-11 m. Dans ce cas, les phénomènes quantiques liés à la température apparaissent à des échelles subatomiques et sont négligeables. Ils n'auront une influence qu'à (très) basse température. 3 Les effets quantiques apparaissent lorsque la distance interatomique d est de l'ordre de T . Pour d T , il y a une seule particule dans un volume T 3 d'où n T -3 , et D = T 3 n 1 4 On remonte à la température en utilisant la définition de T donnée à la question 2, d'où : h2 2 M k B T 2 1/3 Dc T = n Tc = Par définition de D, Donc Tc = Pour des atomes de rubidium, h2 n 2/3 2 M k B Dc 2/3 Tc = 86 nK II. Du four à la mélasse transverse 5 Utilisons la vitesse VT définie à la question 1. Pour une température TF = 130 C, r k B TF = 2,0 × 102 m.s-1 VF = M 6 L'intérieur du four étant à l'équilibre thermodynamique, la coexistence des phases gazeuse et solide du rubidium implique que sa pression doit être égale à la pression de vapeur saturante, P = 0,1 Pa. Le gaz étant à haute température et à basse pression, on s'attend à ce que la loi des gaz parfaits soit particulièrement bien vérifiée. Si N est le nombre d'atomes du gaz à l'intérieur du four et V son volume, la loi des gaz parfaits s'écrit PV = Nk B TF Finalement nF = N P = = 1,8 × 1019 m-3 V k B TF La densité dans l'espace des phases DF vaut DF = nF T 3 = nF h3 = 1,5 × 10-14 (2 M k B TF )3/2 La figure 2 du sujet permet de vérifier les ordres de grandeur obtenus. 7 Comme le sujet stipule que le poids est négligé (première page), la seule force à considérer est la force de frottement fluide. On applique le principe fondamental de la dynamique à un atome dans le référentiel terrestre, supposé galiléen, d- v M = - vx - ex + vy - ey dt - En projetant suivant ex , M dvx = - vx dt La solution de cette équation est une exponentielle décroissante, vx e-t/M avec un temps caractéristique M = M = 4,8 × 10-5 s On peut vérifier qu'à cette échelle l'effet de la gravité est négligeable comparé à celui de la force exercée par les lasers Mg 10-24 N VF 6.10-19 N 8 D'après le résultat de la question 5, les atomes qui sortent du four ont une vitesse de l'ordre de 2 × 102 m.s-1 . La force n'agit pas sur vz , en conséquence l'atome va rester dans la zone d'interaction de longueur dI = 6 cm pendant une durée I telle que dI I = = 3,1 × 10-4 s VF D'après la question 7, les vitesses vx et vy vont être multipliées par un facteur exp (- I / M ) = 1,5 × 10-3 . Par conséquent vx , vy vz On collimate le faisceau laser.