X/ENS Chimie PC 2019

Thème de l'épreuve Des propriétés du monoxyde de carbone aux applications en recherche et développement
Principaux outils utilisés cinétique chimique, chimie organique, orbitales moléculaires, chimie de coordination
Mots clefs monoxyde de carbone, ibuprofène, spectroscopie infrarouge, chimie verte

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                                   

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
                    

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 X/ENS Chimie PC 2019 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Christelle Serba (professeur en CPGE) ; il a été relu par Alexandre Herault (professeur en CPGE) et Laure-Lise Chapellet (docteur en chimie). Cette épreuve a pour thème le monoxyde de carbone et ses applications en recherche et développement. L'énoncé est divisé en quatre parties, les trois premières portant principalement sur la chimie générale et la quatrième sur la chimie organique. · Dans une première partie, la structure électronique du monoxyde de carbone est étudiée via ses orbitales moléculaires. · La deuxième partie porte sur la liaison entre le monoxyde de carbone et un métal de transition au sein d'un complexe. L'énoncé étudie l'influence de la coordination sur la force de la liaison CO, principalement à l'aide de données issues de la spectroscopie infrarouge. · La partie suivante regroupe différents documents à analyser abordant l'application médicale du monoxyde de carbone en s'attardant sur son mécanisme de libération dans l'organisme par de petites molécules appelées CORMs (COreleasing molecules). L'étude porte sur la cinétique de la libération ainsi que sur la détermination du nombre de ligands carbonyle libérés à l'aide d'études spectroscopiques, UV-visible et infrarouge. · Enfin, la dernière partie, représentant près de la moitié du sujet, traite de chimie organique : on y étudie différentes synthèses industrielles de l'ibuprofène, analgésique et anti-inflammatoire très courant. On utilise en particulier la chimie des carbonyles et l'activité catalytique des complexes. Les deux premières parties sont très accessibles. Les questions sont proches du cours et le raisonnement très détaillé. Les deux dernières parties présentent, quant à elles, des questions plus délicates demandant une réflexion plus poussée et une très bonne maîtrise du programme. Il s'agit au final d'un excellent sujet d'entraînement. Indications Partie 1 4 Raisonner sur la symétrie que doivent présenter les orbitales de type et . Plus une OM présente de plans nodaux, plus elle est haute en énergie. 7 La présence d'un doublet non liant sur un atome donné peut se manifester par l'existence d'une OM non liante ou faiblement (anti)liante développée principalement sur cet atome. Partie 2 14 Discuter de la position relative des métaux de transition dans le tableau périodique pour comparer les énergies de leurs OA. 16 Calculer k CO grâce à la technique du champ de force de Cotton-Kraihanzel en considérant une géométrie octaédrique pour le complexe. 18 Utiliser la loi de Hooke et les réponses aux questions 16 et 17. Partie 3 21 Le chloroforme CHCl3 joue à la fois le rôle de solvant et de réactif. Déterminer l'atome d'azote le plus nucléophile pour commencer le mécanisme. 22 Les trois groupements pyrazole sont équivalents dans le ligand tpm. 27 Appliquer la loi de Beer-Lambert sachant qu'elle est additive. Exprimer la concentration de Mb en fonction de celle de MbCO. Le coefficient d'extinction molaire de Mb peut être déterminé par lecture de l'absorbance à l'instant initial. 33 Déterminer comment le temps de demi-réaction dépend de la concentration initiale pour identifier l'ordre de la réaction. Partie 4 42 La fonction acide carboxylique peut être créée par addition d'un organomagnésien sur du dioxyde de carbone. 46 Le départ du dioxyde de carbone conduit d'abord à un énol qui est ensuite converti en aldéhyde grâce à l'équilibre céto-énolique. 56 Deux des réactions à proposer sont hors-programme mais sont introduites dans le sujet. La troisième est une adaptation d'une réaction au programme appliquée aux composés carbonylés. 62 L'épimérisation nécessite une déprotonation en alpha du carbonyle. Des propriétés du monoxyde de carbone aux applications en recherche et développement 1. Structure électronique du monoxyde de carbone 1 Il est possible de proposer ces trois formules mésomères pour le monoxyde de carbone : C O C O C O La formule la plus représentative est la première, celle où tous les atomes respectent la règle de l'octet et où l'ordre de liaison est maximal. La troisième formule mésomère représente un très faible poids statistique dans la structure réelle. Il est habituel de présenter seulement les deux premières formules mésomères pour le monoxyde de carbone. 2 D'après la règle de Klechkowski, le principe d'exclusion de Pauli et la règle de Hund, les configurations électroniques du carbone et de l'oxygène à l'état fondamental sont C(Z=6) : 1s2 2s2 2p2 et O(Z=8) : 1s2 2s2 2p4 Les orbitales atomiques (OA) impliquées dans la liaison sont les orbitales de valence, c'est-à-dire les orbitales 2s, 2px , 2py , 2pz du carbone et de l'oxygène : x z y 2s 2py 2px 2pz 3 L'électronégativité augmente de gauche à droite sur une ligne du tableau périodique. Ainsi, l'oxygène, qui est à droite du carbone, est plus électronégatif et ses orbitales sont donc plus basses en énergie que celles du carbone. 4 Les orbitales présentent une symétrie axiale autour de l'axe internucléaire alors que les orbitales présentent une antisymétrie par rapport à un plan contenant l'axe internucléaire. En outre, plus les orbitales sont élevées en énergie, plus le nombre de plans nodaux augmente. Grâce à ces deux arguments, il est possible d'identifier les différentes orbitales moléculaires (OM) : Orbitales 4 x et y 3 x et y 2 1 Énergie (eV) 5,369 1,227 -13,120 -16,902 -22,096 -42,417 Attribution A E et F B H et G C D Caractère liant antiliant antiliant non liant liant non liant liant Il reste à justifier le caractère liant, non liant, antiliant des OM en observant l'allure des orbitales moléculaires : · Les OM liantes présentent une forte densité électronique entre les noyaux, ce que l'on retrouve dans les orbitales D, G et H. · Les OM antiliantes présentent un plan nodal entre les noyaux, ce que l'on retrouve dans les orbitales A, E et F. · Les OM non liantes présentent une faible densité électronique entre les noyaux et sont principalement développées vers l'extérieur, ce que l'on retrouve dans les orbitales B et C. Les OM H et E sont issues d'une interaction à deux orbitales entre les OA 2px (O) et 2px (C). Les OM G et F sont issues d'une interaction à deux orbitales entre les OA 2py (O) et 2py (C). Enfin, les OM A, B, C et D sont issues d'une interaction à quatre orbitales, entre les OA 2s(O), 2s(C), 2pz (O) et 2pz (C). Plus précisément, · l'orbitale A est principalement issue d'un recouvrement négatif entre les orbitales 2pz (O) et 2pz (C) mais également d'un recouvrement négatif entre les orbitales 2s(O) et 2s(C) : il s'agit d'une orbitale antiliante ; · l'orbitale B est principalement issue d'un recouvrement positif entre les orbitales 2pz (O) et 2pz (C) mais également d'un faible recouvrement négatif entre les orbitales 2s(O) et 2s(C) : l'OM B est faiblement liante, considérée comme non liante ; · l'orbitale C est principalement issue d'un recouvrement négatif entre les orbitales 2s(O) et 2s(C) mais également d'un faible recouvrement positif entre les orbitales 2pz (O) et 2pz (C) : l'OM C est faiblement antiliante, considérée comme non liante ; · l'orbitale D est principalement issue d'un recouvrement positif entre les orbitales 2s(O) et 2s(C) mais également d'un recouvrement positif entre les orbitales 2pz (O) et 2pz (C) : il s'agit d'une orbitale liante. 5 D'après la question 2, le carbone apporte 4 électrons de valence et l'oxygène en apporte 6. Ainsi, on remplit les orbitales moléculaires du monoxyde de carbone par ordre d'énergie croissante, ce qui aboutit à la configuration CO : (1)2 (2)2 (x )2 (y )2 (3)2 6 L'ordre de liaison est défini comme la demi-différence du nombre d'électrons peuplant des orbitales moléculaires liantes et le nombre d'électrons peuplant des orbitales moléculaires antiliantes. Dans le cas du monoxyde de carbone, d'après les questions 4 et 5, l'ordre de liaison vaut I= 6-0 =3 2 L'ordre de liaison étant de 3, on retrouve que la première formule mésomère décrite à la question 1 est bien la plus représentative du monoxyde de carbone. En considérant les OM B et C comme (faiblement) liante et antiliante respectivement, on retrouve le même résultat : I= 8-2 =3 2