Centrale Chimie PC 2019

Thème de l'épreuve Avancées récentes dans le traitement de l'hépatite C
Principaux outils utilisés solutions aqueuses, oxydoréduction, diagrammes E-pH, courbes courant-potentiel, mélanges binaires, chimie organique, orbitales moléculaires
Mots clefs hépatite C, électrode nanoporeuse, acide ascorbique, vitamine C, Siméprévir, sulfolène, sultine

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                                      

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
              

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 Centrale Chimie PC 2019 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Augustin Long (professeur en CPGE) ; il a été relu par Christelle Serba (professeur en CPGE) et Alexandre Herault (professeur en CPGE). Cette épreuve se compose de deux problèmes indépendants sur le thème de la détection et du traitement de l'hépatite C. Le premier porte sur la chimie générale et le second sur la chimie organique. Le premier problème s'intéresse à la détection électrochimique de composés, en particulier l'acide ascorbique. Il est constitué de deux sous-parties indépendantes et de longueurs similaires. · Dans un premier temps, on aborde la fabrication d'une électrode d'or nanoporeuse. L'exploitation d'un diagramme solide-liquide permet d'envisager la formation du matériau désiré, puis des diagrammes potentiel-pH sont utilisés pour expliquer les traitements menant à l'électrode poreuse. · On étudie ensuite la détection électrochimique de l'acide ascorbique, qui est un réducteur, à l'aide du tracé de courbes courant-potentiel. L'interprétation d'un protocole de dosage expérimental, qui utilise un étalonnage, est proposée. Le second problème étudie certaines étapes de la synthèse d'un antiviral utilisé dans le traitement de l'hépatite C : le Siméprévir. Il contient également deux sousparties indépendantes et de même longueur. · Quelques étapes de la synthèse sont présentées avec des discussions autour des mécanismes et des sélectivités des réactions. · L'étude de la première étape est ensuite détaillée. Le sujet propose d'abord une approche orbitalaire, puis des considérations cinétiques et thermodynamiques, pour analyser une réaction analogue à celle de Diels-Alder. Ce sujet est bien équilibré : les quatre sous-parties qui le composent sont de tailles raisonnables et ne présentent pas de difficultés majeures. Elles tournent chacune autour de grands thèmes des programmes des deux années : diagramme solide-liquide, oxydoréduction et électrochimie, synthèse organique, études orbitalaire et cinétique. Malgré quelques fautes de frappe ou omissions dans les données, l'énoncé est bien structuré et clair. Les questions de cours alternent avec leurs applications et les exploitations de résultats expérimentaux. Il s'agit d'un bon entraînement pour revoir les thèmes principaux du programme de chimie des classes préparatoires. Indications Partie I 3 Déterminer la formule brute du composé défini. 4 L'or est entièrement contenu dans le composé défini. 6 Comparer les diagrammes superposés de l'eau et de l'aluminium. L'or réagit-il ? 7 La concentration en ions HO- peut être calculée à partir de la densité de la solution à 20 % en masse. 9 Que reste-t-il du matériau et quel est son aspect après avoir éliminé l'aluminium métallique qu'il contenait ? 10 Identifier l'oxydant du milieu susceptible de réagir avec l'argent métallique. 11 Une erreur s'est glissée dans le texte : l'acide ascorbique est AscH2 . Proposer une demi-équation le reliant à l'acide déshydroascorbique Asc. 14 Déterminer les quantités des espèces initialement présentes puis étudier la réaction prépondérante. 16 Les potentiels U sont donnés par rapport à l'électrode de référence AgCl/Ag alors que les potentiels standard sont donnés par rapport à l'ESH. Quelles sont les valeurs de ces potentiels standard en fonction du pH ? 17 La première étape constitue l'étalonnage : l'intensité d'oxydation du palier de diffusion est proportionnelle à la concentration en réducteur. Partie II 19 L'attaque des ions hydrure sur un carbonyle se produit sur les deux faces du plan de la cétone. 21 Un carboxylate n'est pas assez nucléophile pour attaquer l'atome de carbone du carbonyle de l'EEDQ. Analyser les sites les plus électrophiles pour l'attaque du carboxylate après l'élimination de l'éthanol conduisant à la quinoléine. 22 Identifier les deux produits envisageables pour la condensation de l'amine A sur 5. 26 Comment activer un alcool pour en faire un bon nucléofuge ? 29 Le composé 15 possède un atome d'azote nucléophile susceptible de réagir avec le carbonyle de l'ester cyclique. 30 Rappeler le rôle de la température sur le contrôle cinétique ou thermodynamique d'une réaction. 34 Les orbitales frontalières qui présentent l'écart énergétique le plus faible sont impliquées dans la réaction chélotropique avec l'approche orbitalaire. 36 Décrire le recouvrement entre l'orbitale moléculaire du butadiène et celle de SO2 pour une approche parallèle ou perpendiculaire de leurs plans respectifs. 38 Comment s'exprime k obs en fonction de k chel ? 40 Évaluer l'enthalpie libre de réaction de la formation des deux produits à 261 K. 41 Estimer r G pour vérifier si la réaction est favorisée ou non. Avancées récentes dans le traitement de l'hépatite C I. Détection électrochimique du virus de l'hépatite C 1 En notant mtot , mAl et mAu les masses d'alliage, d'aluminium et d'or respectivement, on a mtot = mAl + mAu Par ailleurs, d'après la formule de l'alliage Al80 Au20 , la quantité d'aluminium est 4 fois plus élevée que celle d'or, c'est-à-dire nAl = 4 nAu mAl mAu =4 MAl MAu Ainsi, soit mAl = 4 mAu MAl MAu En exprimant mtot en fonction de mAu , on obtient mtot = mAu + 4 mAu d'où On a alors mAu = mAu = Numériquement, mtot MAl 1+4 MAu 10 26,982 1+4× 196,97 mAu = 6,5 g et MAl MAu mAl = mtot - et mAl = 10 - et mtot MAl 1+4 MAu 10 26,982 1+4× 196,97 mAl = 3,5 g 2 D'après le diagramme binaire isobare solide/liquide des mélanges d'aluminium et d'or, la température minimale pour avoir une fusion complète d'un mélange composé de 20 % en pourcentage molaire d'or est de 980 C. 3 La courbe d'analyse thermique pour le refroidissement présente 4 évolutions en fonction de la température : · Dans un premier temps, le mélange fondu, présent en phase liquide homogène, est progressivement refroidi, jusqu'à 980 C. Les premières traces du composé défini apparaissent à cette température. D'après le diagramme solide/liquide, celui-ci est constitué d'une proportion atomique d'or de 33 %. Sa formule brute est donc Al2 Au(s) . · Le refroidissement se poursuit de 980 C à 650 C en présence de la phase liquide et de Al2 Au(s) . Comme la solidification du composé défini est exothermique, la pente de la courbe d'analyse thermique est plus faible en valeur absolue que pour le refroidissement du liquide. · On observe ensuite un plateau à 650 C, température de l'eutectique, pour le changement d'état du liquide en Al2 Au(s) et Al(s) . · Enfin, la dernière phase correspond au refroidissement de ces deux solides à partir de 650 C. T( C) apparition du premier cristal de Al2 Au L apparition du premier cristal de Al disparition de la dernière goutte de liquide 980 L + Al2 Au(s) 650 L + Al2 Au(s) + Al(s) Al2 Au(s) + Al(s) t 4 À 500 C, le système est composé de Al(s) et de Al2 Au(s) (noté CD dans la suite). D'après les coefficients stoechiométriques, la phase d'aluminium solide contient 100 % d'aluminium (molaire), et la phase du composé défini contient 67 % d'aluminium et 33 % d'or (molaires). La proportion massique d'aluminium dans l'aluminium solide est de 100 %. En notant wAl,CD la proportion massique d'aluminium dans le composé défini, on a wAl,CD = Or, mAl,CD nAl,CD MAl = mCD nAl,CD MAl + nAu,CD MAu nAl,CD = 2 nAu,CD donc wAl,CD = Numériquement, wAl, CD = 2 MAl 2 MAl + MAu 2 × 26,982 = 0,22 2 × 26,982 + 196,97 On en déduit donc que la proportion massique en aluminium dans le composé défini est de 22 % tandis que celle en or est de 78 %. Déterminons alors les compositions finales. Ici, nous sommes dans un cas simple où l'un des solides ne contient que de l'aluminium. En particulier, tout l'or est présent dans le composé défini de formule Al2 Au(s) . D'après les masses calculées à la question 1, on en déduit que la quantité de matière d'or dans le composé défini vérifie mAu 6,5 nAu,CD = nCD = = = 33 mmol MAu 196,97 Dès lors, la quantité d'aluminium dans le composé défini est nAl,CD = 2 nCD = 66 mmol Il est ensuite possible de calculer la quantité d'aluminium restant dans le solide d'aluminium pur. En effet, comme le mélange contient 20 % d'or, on a nAl,tot = 4 nAu,tot = 4 nAu,CD = 4 × 33 = 132 mmol soit c'est-à-dire nAl pur = nAl,tot - nAl,CD nAl pur = 132 - 66 = 66 mmol