CCP Physique MP 2019

Thème de l'épreuve Considérations sur une raie spectrale
Principaux outils utilisés mécanique classique, intégration numérique, électromagnétisme, interférométrie, physique quantique, physique statistique
Mots clefs oscillateur harmonique amorti, atome de Thomson, électron élastiquement lié, méthode d'Euler explicite, largeur de raie spectrale, rayonnement dipolaire, interféromètre de Michelson, effet Doppler, fonction d'onde dans un potentiel rectangulaire, statistique de Maxwell–Boltzmann

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                                                     

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
           

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



CCINP Physique MP 2019 -- Corrigé
Ce corrigé est proposé par Virgile Andreani (ENS Ulm) ; il a été relu par Tom
Morel (professeur en CPGE) et Cyril Ravat (professeur en CPGE).
Ce long sujet se consacre à l'étude de phénomènes liés à plusieurs aspects de la
physique de la lumière émise par une lampe spectrale. Il couvre une portion 
significative du programme et réussit à aborder, au cours de cinq parties 
relativement
indépendantes, les chapitres de mécanique, modélisation numérique, 
électromagnétisme, physique quantique et physique statistique, ainsi que les 
notions théoriques et
pratiques des TP consacrés à l'interféromètre de Michelson.
· La première partie ne contient qu'une seule question d'introduction.
· La seconde est une partie de mécanique et de modélisation numérique. Elle a
pour but de déterminer les oscillations d'un électron ayant subi un choc dans un
modèle de l'atome classique, celui de Thomson. Après avoir résolu le problème
analytiquement, on demande curieusement de le résoudre numériquement, ou
plutôt de commenter le code fourni.
· La partie suivante se consacre logiquement à l'étude du rayonnement de 
l'électron accéléré de la partie II. Très peu de calculs sont requis, les 
formules sont
quasiment données. On aboutit à une estimation de la largeur naturelle d'une
bande de lumière spectrale.
· La partie IV porte sur les chapitres de TP liés à l'interféromètre de 
Michelson
monté en lame d'air. Là aussi, les questions sont classiques et proches du 
cours.
La deuxième moitié de la partie étudie le brouillage lié à l'utilisation de 
plusieurs
radiations de fréquences différentes, qui proviennent de la bande spectrale 
large.
Elles permettent de mesurer expérimentalement la largeur de celle-ci.
· Enfin, la dernière partie étudie un autre phénomène qui tend à élargir une
bande spectrale : l'effet Doppler causé par l'agitation thermique des atomes.
On commence par redémontrer la formule du décalage de fréquence puis,
à l'aide de considérations de physique quantique et de physique statistique,
on l'applique aux atomes d'une lampe spectrale pour en déduire un ordre de
grandeur de l'élargissement de la bande.
Le sujet est très guidé et de difficulté normale pour ce concours, à 
l'exception de
quelques questions plus difficiles. En dépit de plusieurs erreurs d'énoncé, de 
notations
redéfinies d'une partie sur l'autre et de calculs parfois fastidieux, il est 
relativement
agréable à suivre, ne serait-ce que pour la surprise de découvrir qu'il est 
possible
d'estimer de manière tout à fait élémentaire certaines grandeurs physiques a 
priori
inaccessibles parce que trop courtes, trop rapides ou trop petites.
La nouveauté en CCINP MP, comme dans un nombre croissant de sujets depuis
quelques années, est l'apparition d'applications numériques sans calculatrice. 
Ce sujet
n'exige que l'ordre de grandeur du résultat, c'est-à-dire la puissance de 10 la 
plus
proche. C'est très rapide : il suffit d'ajouter et soustraire les puissances de 
10, et
d'utiliser l'approximation 3·3  10. Pour des épreuves qui demandent plus de 
chiffres
significatifs, il peut être utile d'apprendre à se servir d'une règle à calcul, 
rarement
mentionnée dans les règlements et parfois même explicitement autorisée. On peut
poser la question au directeur de la salle au début de l'épreuve pour être sûr.
En guise d'indication générale : feuilletez tout l'énoncé dès le début de 
l'épreuve,
la réponse à une question est souvent donnée quelques paragraphes plus loin.

Indications
Partie II
5 La force est proportionnelle à la « déformation » OM.
6 L'intégration est exceptionnellement possible sans projection préalable. Ne 
pas
tenter d'exprimer l'accélération en coordonnées sphériques.
8 Le dipôle oscille à la pulsation donnée par l'expression précédente. 
L'application
numérique est à réaliser sans calculatrice : elle est demandée en puissance de 
10
simplement, sans chiffre significatif.
10 Comme en question 6, l'intégration peut se faire vectoriellement.
11 On peut utiliser l'analogie avec l'énergie potentielle d'un ressort.
12 Ne prendre en compte que le mouvement d'oscillation ; le noyau est immobile.
14 L'équation différentielle donnée est visiblement erronée.
15 Il faut exécuter la fonction à la main et fournir son résultat, pas juste le 
décrire.
18 Comparer la valeur de  apparaissant à la ligne 6 du code, et celle que l'on 
peut
extraire du graphique. Comparer également la décroissance des deux courbes.
Partie III

20 Le plan (O, -
er , -
e ) est un plan de symétrie de la distribution de charges.
22 Penser à regarder les formules en annexe pour éviter de perdre du temps.
Partie IV
31 Le contraste est perdu si les interférences constructives d'une des 
radiations correspondent aux interférences destructives de l'autre au centre de 
la figure.
Partie V
40 L'équation en question est écrite dans les premières pages de l'énoncé.
41 On doit résoudre en partie l'équation différentielle, mais sans chercher les 
deux
constantes d'intégration. La deuxième condition aux limites est la clé.
44 Différentier le résultat de la question 43.
46 Considérer que chacun des états d'énergie existant entre E et E + dE est 
accessible
avec la probabilité P(E).
47 Il ne faut pas oublier qu'un formulaire contient quelques calculs 
d'intégrales.
Z +
48 Par définition, hEi =
E dP(E).
0

Considérations sur une raie spectrale
I. Préambule
1 La relation de Planck lie l'énergie E transportée par un photon à sa longueur
d'onde  : E = h . Ici, par conservation de l'énergie, E est égale à la 
différence
d'énergie de l'atome E  - E1 . Par ailleurs, on a  = 2  , soit
0 =

1 
(E - E1 )
~

II. Oscillations au sein de l'atome de Thomson
2 L'énoncé décrit une boule de rayon a et de densité uniforme , dont la charge
totale est e. On peut mettre en relation ces trois variables par
e=
d'où

=

4
 a3 
3
3e
4  a3

On remarque que, malgré le prix Nobel qu'il a valu à son concepteur, le
célèbre modèle du pudding de Thomson est faux. Il n'a fallu que cinq ans
pour que Rutherford démontre, avec sa non moins célèbre expérience de la
feuille d'or, que le noyau positif est très petit. Les phénomènes décrits dans
cette partie ne souffrent cependant pas des erreurs de ce modèle.
3 Tout plan passant par O et M est un plan de symétrie de la distribution de
charges, et contient donc le champ électrique en M. L'intersection de deux de 
ces
plans distincts étant l'axe radial, on a

-

E (M) = Er (r, , ) -
er
De plus, les invariances de la distribution de charges par rotation autour de O 
permettent d'établir que le champ ne dépend ni de , ni de . Finalement,
-

E (M) = Er (r) -
er
4 On considère comme surface de Gauss une sphère S centrée en O et de rayon r.
Le théorème de Gauss s'écrit sur cette surface
ZZ
 -
-
 Qint
=
E · dS =
0
S

-
où  est le flux de E au travers de la surface de Gauss et Qint la charge qu'elle

-

-
renferme. Sur toute la surface, E est aligné avec d S , de norme constante ; le 
flux est
donc maximal et égal à Er (r) S. Ainsi,
 = 4  r2 Er (r)
Quant à Qint , c'est l'intégrale de  sur le volume contenu dans la surface de 
Gauss :

4
 r3 
3
r
Er (r) =
3 0

Qint =
Par conséquent,

-

E (M) =

Avec la question 2,

re -

er
4   0 a3

5 L'électron n'est soumis qu'à la force électrostatique
-

-
F = -e E (M)
r e2 -

er
4   0 a3

-
e2
-
F = -me
r
er
4   0 a 3 me
s

-
-
-

F = -me 0 2 OM
avec
0 =
=-

soit

e2
4   0 a 3 me

-
D'un point de vue dimensionnel, F est bien homogène à une force : avec la

-
--

formule F = m-
a en tête, on reconnaît dans 0 2 OM la dimension d'une accélération
qui, multipliée par une masse, est bien une force. Cette force, proportionnelle 
et opposée à l'éloignement de M par rapport à O, correspond à un rappel 
élastique. On doit
pouvoir alors retrouver un comportement d'oscillateur harmonique, d'équation
d2 x
+ 0 2 x(t) = 0
dt2
dont 0 est la pulsation propre.
6 Appliquons le principe fondamental de la dynamique à l'électron dans le 
référentiel
de l'atome, supposé galiléen :

d2 -
r

= -0 2 -
r
2
dt
Cette équation harmonique homogène admet comme solution générale

-

-

-
r = A cos(0 t) + B sin(0 t)
 
-

Avec -
r (0) = 0 et -
v (0) = -V0 -
ez , on obtient
V0
-

r (t) = -
sin(0 t) -
ez
0
Cette résolution vectorielle est grandement facilitée par la condition initiale

-

-

-

-
r = 0 , qui permet d'obtenir A = 0 . Sans cela, il s'agit d'un problème
en trois dimensions dont la solution, loin d'être triviale, demande de 
déterminer l'accélération en coordonnées sphériques, ce qui est hors-programme.
On pourra néanmoins noter dans ce cas qu'il s'agit d'une force centrale.
7 Le moment électrique dipolaire d'un système de charges est la somme 
vectorielle
des positions des charges, chacune pondérée par sa charge électrique. Ici, on a 
deux