CCP Physique 1 MP 2006

Thème de l'épreuve Étude énergétique des oscillateurs mécaniques. Détentes en thermodynamique.
Principaux outils utilisés mécanique du point et du solide, force gravitationnelle, thermodynamique

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                             

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
        

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


SESSION 2006 MPP1005 A CONCOURS (OMMUNS POlYÏECHNIOUES EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE MP PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. NB: Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui sembler être une erreur d'énoncé, il le signalera sur sa copie et devra poursuivre sa composition en expliquant les raisons des initiatives qu'il a été amené à prendre. Conformément à l'usage, les vecteurs sont notés en caractères gras. -- MECANIQUE -- Le problème étudie différents oscillateurs en vue de l'application du théorème du viriel. Celui-ci affirme en particulier que si un point matériel M (x,y,z) possède une énergie potentielle Ep(x, y,z) vérifiant la propriété suivante : Ep(kx,ky,kz) : N'Ep(x, y,z) pour tout A réel alors il existe la relation suivante entre valeurs moyennes temporelles au cours du mouvement de M k < Ep >= 2 < Ec > à condition que la trajectoire soit bornée. Ec désigne l'énergie cinétique de M et < f > la valeur moyenne de f (I) au cours du temps. Nous ne considèrerons que des mouvements périodiques donc les moyennes seront calculées sur une période. ' Dans tout le problème l'étude est faite dans un référentiel galiléen Rauquel est associé un repère orthonormé ((),x, y,z). Les parties 1, II et III sont indépendantes. I -- Oscillateur harmonique dans un champ de pesanteur Un point matériel M de masse m pouvant se mouvoir dans la direction 02 (verticale descendante) est fixé à l'extrémité d'un ressort de raideur k et de longueur à vide la . Le champ de pesanteur g est uniforme (figurel). On désigne par 2 la cote de M. 1% M Z Figure ( 1 l 1. a) Ecrire l'équation du mouvement du point M ; quelle est la pulsation propre (00 du système ? b) Déterminer sa position d'équilibre ze . c) Déterminer z(t) sachant qu'initialement le point est abandonné sans vitesse initiale de la cote z=lo+mg/k+a. 2. a) Déterminer l'énergie potentielle Ep(M ) du point M en imposant Ep : 0 à l'équilibre. b) Exprimer l'énergie potentielle en fonction de Z = z -- ze et k. c) Dans le cas du mouvement du l-c déterminer les valeurs moyennes de l'énergie cinétique et de l'énergie potentielle. Quelle relation existe-t-il entre ces deux grandeurs? (1) Application numérique k = 20 Nm'1 m = 100 g a = 5 cm . Calculer la pulsation des oscillations ainsi que l'énergie potentielle moyenne. Il -- Cas d'un système Un disque (©) de masse m, de rayon a et de centre C peut rouler, dans un plan vertical, à l'intérieur d'un cylindre de centre O fixe dans R ; on note b : OC la distance de O à C. (®) est homogène de moment d'inertie J =1/2ma2 par rapport à son axe (C ,ez). Le coefficient de frottement entre le cylindre et le disque est f. Ox est l'axe vertical, le champ de pesanteur g est uniforme. On appelle 9 l'angle entre e" et OC et (p celui entre ex et la direction CA où A est un point périphérique de (©) (figure 2). On suppose que (®) roule sans glisser dans le cylindre. En outre l'angle 6 reste faible. 1. Déterminer l'énergie potentielle Ep(0) de (©) en imposant Ep(0)=0. En donner une expression approchée au deuxième ordre en 0. 2. Etablir la relation reliant & et @ dl dt ' 3. Etablir l'expression de l'énergie cinétique de (Q)). 4. L'énergie mécanique du disque est-elle conservée '? Pourquoi '? 5. Déterminer l'équation du mouvement vérifiée par 0(t). La résoudre avec les conditions initiales 0=00>0 et îi--e--=O. dt 6. a) Pour la solution précédente calculer les valeurs moyennes de l'énergie potentielle et de l'énergie cinétique. Que constate--t--on ? b) Application numérique : 00 = 0,1 rad , m = 160 g , g = 10 Nms'2 , b = 20 cm. Calculer l'énergie cinétique moyenne de (®). 111 --- Mouvement dans un champ newtonien On considère un satellite de masse m se trouvant à une distance r du centre 0 de la terre. On note G la constante de gravitation, M , la masse de la terre et r la distance entre 0 et le satellite. 1. a) Comment s'écrit la force subie par le satellite '? b) Déterminer l'énergie potentielle Ep du satellite (avec la convention Ep : 0 à l'infini). c) Comment s'exprime ici le théorème du viriel ? Quelle propriété de l'énergie retrouve-t-on pour un état lié ? (1) Dans le cas où la trajectoire du satellite est circulaire de rayon ro , déterminer sa vitesse v, . Pour la suite, le satellite est lancé à une distance r,,, avec une vitesse orthoradiale (orthogonale au rayon vecteur) de module GM, ro avec 1= --e . Ce résultat vous surprend-t-il ? Que pensez--vous de < sin(9) > '? 4. Pour mieux cerner le résultat précédent on cherche à évaluer les durées de passage du satellite At, pour un angle 6 passant de --Tt/ 2 à n/ 2 et Atz pour un angle 9 passant de n/ 2 à 31t/ 2. 2 2 a) On rappelle la troisième loi de Kepler îä' : ;L ; exprimer la période T en fonction de p ,C a ! et e. b) Exprimer la durée At que met le satellite pour passer d'un angle polaire 91 à 62 ; on donnera le résultat en fonction de la période et d'une intégrale sans dimension. si 6 = 0, 5 le calcul numérique donne le résultat suivant : 5j de 3 (1+ e cos(0))2 2 Ce résultat est-il en accord avec celui obtenu au 3e) ? =0,195 5. On considère maintenant le mouvement d'un électron dans un atome d'hydrogène en supposant le noyau fixe en O. L'électron a une masse m = 9 10"31 kg et une charge --q avec q = 1,6 10--19C . a) Pourquoi la trajectoire de l'électron est--elle, en général, une ellipse ? b) On se place dans un cas où l'excentricité de la trajectoire est faible (EUR << 1). Comment s'écrit le moment dipolaire instantané de l'atome d'hydrogène ? Proposer une expression approchée du moment dipolaire moyen en fonction du paramètre de la trajectoire po et de l'excentricité 6. Quelle valeur obtient--on pour po : 0,05 nm et e = 0,05 '? Le résultat sera donné en Debye : 1D=1/310"29Cm. c) Que vaut réellement le moment dipolaire d'un atome d'hydrogène? Que pensez--vous du modèle précédent '? -- THERMODYNAMIQUE -- L'objectif de ce problème est l'étude de différentes détentes d'un gaz réel et d'un gaz parfait. Les parties B et C d'une part, D et E d'autre part ne sont pas indépendantes. La partie A, l'ensemble (B + C) et l'ensemble (D + E) peuvent être traités séparément. A -- Fonctions d'état d'un système fermé A.1.0n rappelle les expressions des différentielles dU et dH des fonctions d'état énergie interne U(T,V) et enthalpie H(T,p) d'un système fermé : dU : C,dT+(Æ-- p)dV ; dH : C,,dT +(k + V)dp A.1.1. Définir les capacités thermiques à volume constant C, et à pression constante Cp à partir des fonctions U(T,V) et H(T,p). A.1.2. Etablir les valeurs des coefficients calorimétriques EUR et k pour un système dont l'énergie interne et l'enthalpie ne sont fonctions que de la température. A.2.0n définit les fonctions d'état énergie libre F(T,V) et enthalpie libre G(T,p) d'un système par les relations F = U -- TS et G = H -- TS. A.2.1. Exprimer les différentielles dF et dG d'un système fermé. A.2.2. On désigne par S l'entropie du système. En utilisant les propriétés des différentielles dS, dF et dG établir les expressions suivantes des coefficients calorimétriques EUR et k : r = T(ôp/ÔT)V ; k =--T(ôV/êT)p B -- Détente de Joule et Gay Lussac d'un gaz réel Dans un certain domaine de température et de pression, l'équation d'état d'une mole de gaz réel s'écrit : ' (p+a/TV2) (V--b)=RT dans laquelle a, b et R sont des constantes (R = constante des gaz parfaits). . . _ __ 2 2 B.1.Etabhr la relation . (êC, /ôV)T -- T(Ô p/ôT )V B.2.Etablir l'expression de la capacité thermique à volume constant C,, (T,V) du gaz sachant qu'elle tend vers une valeur Co , indépendante de T, lorsque Vtend vers l'infini. B.3. Etablir l'expression de l'énergie interne U de ce gaz en fonction de T, de Vet de constantes. 8.4. On fait subir à ce gaz une détente de Joule et Gay Lussac qui fait passer son volume de V1 à V2 = 214 . B.4.1. Préciser les conditions expérimentales qui permettent de réaliser cette détente. En déduire la variation d'énergie interne AU du fluide. B.4.2. On note T, la température initiale du gaz et AT la variation de température qu'il subit au cours de cette détente. } Sachant que l'on peut considérer AT << Tl , exprimer AT en fonction de T1 , V, et de constantes. B.4.3. Que peut--on dire, a priori, de la variation d'entropie du gaz '? Justifier votre réponse. B.4.4. Application numérique : a = 100 sr; R = 8,31 J.mol--'.K"' ; T1 = 300 K; C() = 29,1 J.mol".K"' ; V1 = 10 L. B.4.4.1. Calculer AT . B.4.4.2. Quelle valeur de AT aurait-on obtenu avec un gaz parfait ? Justifier votre réponse. C -- Détente de Joule Thomson (Joule Kelvin) d'un gaz réel Aux faibles pressions, l'équation d'état du gaz réel défini ci-dessus peut se mettre sous la forme suivante : pV = RT+B(T)p avec B(T) =b--a/RTZ C.1.Compte--tenud'une approximation que l'on peut faire aux basses pressions, montrer que l'enthalpie H du gaz peut s'écrire, en fonction des variables T et p : H=(CO+R)T+(b--3a/er)p C.2.Le gaz subit une détente de Joule Thomson au cours de laquelle il passe d'une zone où il se trouve à la température T1 sous la pression pl dans une zone où la pression est p2 : pl /2 . C.2.1. Préciser la caractéristique énergétique de la détente de Joule Thomson. C.2.2. Exprimer la variation de température AT du gaz dans le cadre des hypothèses ci-dessus en fonction de T1, pl et de constantes. On considèrera encore AT << T1 . C.2.3. Application numérique : a = 100 sr ; R = 8,31 J.mol"'.K" ; T] = 300 K; CO = 29,1 J.mol"'.K"' ; b = 22,8.10"6m3.m01_l ; pl= 2 bar. Calculer AT . D -- Application des principes de la thermodynamique à un système fermé en mouvement L'objectif de cette étude est d'établir une expression générale permettant de calculer les variations des grandeurs thermodynamiques caractéristiques d'un gaz qui s'écoule dans un élément mécanique : conduite, tuyère, échangeur thermique, turbine, compresseur, etc. L'évolution d'un fluide gazeux dans une installation industrielle est schématisée par la figure 1 ci- dessous. aA _ o..=æE 9... + % ...qQ v EURm . . . n . . o o \ ? ...oe & Al & ...Ëooe oe...Ë=OE Le fluide gazeux s'écoule dans la direction et le sens de l'axe horizontal x'x . Le volume v délimité par les plans A'B' et CD constitue un volume de contrôle qui peut, éventuellement, contenir une machine : compresseur, turbine, etc. Le fluide entre dans v par une conduite cylindrique dont l'aire de la section droite est notée 21 et dont l'axe, parallèle à x'x , est situé à l'altitude 21 dans le champ de pesanteur. Il en ressort par une conduite cylindrique, dont la section droite a une aire 22 et dont l'axe, parallèle à x'x , est situé à l'altitude 22 dans le champ de pesanteur. On désigne par w le vecteur vitesse des particules fluides et on admet que la viscosité du fluide est négligeable, le vecteur vitesse reste donc constant en tout point d'un plan de section droite perpendiculaire à l'écoulement. On désigne par m, p, T, E, EC , E p , U, H et S, respectivement, la masse, la pression, la température, l'énergie totale, l'énergie cinétique macroscopique, l'énergie potentielle de pesanteur, l'énergie interne, l'enthalpie et l'entropie du fluide. Les valeurs massiques des différentes grandeurs extensives seront représentées par des lettres minuscules. Ces grandeurs seront affectées de l'indice 1 ou de l'indice 2 suivant qu'elles caractériseront l'état du gaz à l'entrée ou à la sortie du volume v. D.1.Définir l'énergie totale E d'un système thermodynamique. D.2.Ecrire le premier principe de la thermodynamique, sous sa forme générale, pour un système fermé, en mouvement dans le champ de pesanteur, qui, au cours d'une transformation ouverte, reçoit les quantités d'énergie Q par transfert thermique et Wpar transfert mécanique. D.3.A l'instant t le système fermé considéré, désigné par S(t) sur la figure 1, occupe le volume compris entre les plans AB et CD. Il comprend le fluide contenu dans v à cet instant et le fluide qui va entrer dans v pendant la durée dt. Son énergie totale est notée E (t) . , A l'instant t+dt ce même système, désigné par S(t + dt), occupe le volume délimité par les plans A'B' et C 'D' . Il comprend le fluide contenu dans v à l'instant t+dt et le fluide qui est sorti de v pendant la durée dt. Son énergie totale est notée E (t + dt). Entre les instants t et t+ dt le fluide gazeux reçoit les quantités algébriques d'énergie ôQ par transfert thermique (chaleur), ôW' par transfert mécanique dû au travail des forces de pression d'entrée et de sortie et ôW par transfert mécanique avec une machine qui se trouve dans v . On suppose que le régime stationnaire est atteint et on admet que les pressions p] et p2, respectivement en amont de l'entrée dans v et en aval de la sortie de v , restent constantes au cours du transfert du fluide. Les vitesses w] et w2 du fluide, dans les conduites d'entrée et de sortie, sont constantes. D.3.1. p,,w,,E1 ; p2,w2,îï2 désignent la masse volumique, la vitesse du fluide et l'aire de la section droite des conduites, respectivement, à l'entrée et à la sortie de v . Montrer, à partir d'un bilan de masse sur le système fermé considéré, entre les instants ! et t+dl, que l'on a: P121W1 : P222W2- L'expression p2w représente le flux de masse à travers la section droite 2 d'une conduite dans laquelle le fluide s'écoule avec la vitesse w, c'est-à--dire le débit massique qm du fluide exprimé en kg .s"1. D.3.2. On désigne par ôm la masse de fluide qui traverse le volume v pendant la durée dt. On note g l'intensité du champ de pesanteur et on fixe l'origine de l'énergie potentielle de pesanteur au niveau 2 = 0. Par application du premier principe de la thermodynamique au fluide gazeux, entre les instants t et t + dt , établir la relation : ôm{[(1/2)wg +g22 +h,]-[(1/2)...2 +gz1 +h,]} =ôQ+ôW D.3.3. A partir de l'expression établie à la question D.3.2, définir les conditions expérimentales qui permettent de faire subir au fluide une détente de Joule Thomson. E -- Détente d'un fluide gazeux dans une tuyère Le fluide gazeux se détend, de manière adiabatique, dans une tuyère dans laquelle sa vitesse varie. La tuyère est constituée d'un tube de révolution autour d'un axe horizontal x'x (figure 2 ci-contre). La section droite, d'abscisse x, de la tuyère a une aire Z(x) variable le long de l'axe x'x. On admet que " W(X) "&... cette variation est assez lente pour que le vecteur vitesse des éléments de volume du gaz qui s'écoule reste, pratiquement, parallèle à x'x , de même sens et & que sa composante w(x) ait la même valeur pour tous les éléments de volume situés dans une tranche de gaz, d'abscisse x, perpendiculaire à x'x . On suppose que le régime d'écoulement stationnaire est atteint et on néglige toute perte d'énergie, par frottement, le long des parois de la tuyère. On note H(x) l'enthalpie d'une mole de gaz sous la pression p(x), à la température T(x). On désigne par M la masse molaire du gaz et par p(x) sa masse volumique à l'abscisse x. Figure 2 w, pl, T, Hl, pl ; w, 172, T , Hz, p2 désignent, respectivement, les valeurs de : w(x),p(x), T (x), H (x), p(x) dans la section droite d'entrée de surface 21 et dans la section droite de sortie de surface 22 . E.1.0n considère l'évolution d'une mole de gaz entre son entrée dans la tuyère et son passage dans la tranche d'abscisse x. A partir de la relation générale établie à la question D.3.2 et compte tenu des conditions de _ fonctionnement de la tuyère, établir la relation que vérifient M, w1 , w(x), H 1 , H (x). E.2.Aucune hypothèse n'est faite sur l'équation d'état du gaz. On admet que chaque élément de volume du gaz subit, dans la tuyère, une détente adiabatique réversible. Montrer que, dans ces conditions : (1/2)w2 (x)--(1/2)wl2 + E(x)dp/p(x) : 0 E.3.0n suppose, maintenant, que le gaz est un gaz parfait pour lequel le rapport 7 = C ,, /C,, est indépendant de la température et on admet que son évolution, dans la tuyère, se produit de manière adiabatique et réversible. On pose 8 : p(x)/ p, et on désigne par C,, la capacité thermique molaire à pression constante du gaz. E.3.1. Exprimer w2 (x) en fonction de : w], Cp, T, M, y et e. E.3.2. Exprimer le débit massique q... du gaz, à l'abscisse x, en fonction de : pl, s, y, Z(x) et w(x). E.3.3. On suppose que la section d'entrée de surface 21 de la tuyère est très grande. On peut alors considérer w1 ---- O. E.3.3.1. Montrer que, dans ces conditions, le débit massique s'écrit: q... =K1 Z(x) f (a), expression dans laquelle Kl ne dépend que des caractéristiques du gaz et des valeurs des paramètres relatifs à l'entrée de la tuyère et f (8) est une fonction de 8 . On explicitera K et f (a). E.3.3.2. On admet que p(x) décroît de manière monotone quand x croît. Après avoir étudié les variations de la fonction f (8) pour 0 S 8 S 1 , montrer que : E.3.3.2.1. Si p2 / pl est supérieur à une valeur 80 que l'on précisera, la section E(x) de la tuyère doit être une fonction décroissante de x (tuyère convergente). E.3.3.2.2. Si p2 / pl est inférieur à 80, la section de la tuyère doit, d'abord, être une fonction décroissante de x puis devenir une fonction croissante de x (tuyère convergente -- divergente). Dans ce cas on note WO et po les valeurs de w(x) et p(x) dans la section la plus étroite de la tuyère. Exprimer po en fonction de p, et y et wo en fonction de y, R, T, et M. E.3.3.3. Application numérique Le gaz parfait considéré est de l'air pour lequel y = 1,4 ; M = 29 g .mol"' . On rappelle que R : 8,31J.mol"1 .K" . E.3.3.3.1. Sachant que pl : 20 bar et Tl : 2000K , calculer wo et po. E.3.3.3.2. Calculer, dans les mêmes conditions, la vitesse du gaz, à la Sortie de la tuyère, où p2 : lbar. Fin de l'énoncé

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 CCP Physique 1 MP 2006 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Benoît Lobry (Professeur en CPGE) ; il a été relu par Stéphane Ravier (Professeur en CPGE) et Emmanuel Loyer (Professeur en CPGE). Cette épreuve est composée de deux problèmes. · Le premier repose sur la mécanique au programme des deux années de classe préparatoire. Il forme un ensemble cohérent sur le thème des oscillateurs et sur l'utilisation de raisonnements énergétiques en mécanique. Il débute par une première partie consacrée aux oscillations d'un simple système masse-ressort vertical. Le même raisonnement est repris en deuxième partie dans le cadre de la mécanique du solide. La troisième partie étudie la trajectoire elliptique d'un satellite autour de la Terre. Cette partie est la plus longue. Sans être difficile, elle nécessite une bonne maîtrise du cours. L'ensemble est de difficulté croissante et constitue un très bon problème de révision en mécanique. · Le deuxième problème, nettement moins classique en filière MP, est consacré à l'étude thermodynamique de différentes détentes. Les trois premières parties sont clairement hors programme. Il s'agit d'extraire l'expression des coefficients calorimétriques de l'équation d'état d'un gaz réel et d'en déduire son comportement lors des détentes de Joule ­ Gay-Lussac et Joule ­ Thomson. Certaines questions théoriques sont difficiles mais des résultats intermédiaires permettent d'avancer. Les quatrième et cinquième parties sont plus intéressantes. Après avoir démontré le premier principe pour un système fermé en mouvement, on applique ce résultat à l'étude d'une tuyère qui permet de diminuer la pression d'un gaz au profit de sa vitesse. Les deux problèmes ont en commun d'être longs et parfois calculatoires. Le premier problème, cependant, fait appel à des raisonnements classiques et proches du cours alors que le second demande plus d'analyse et une bonne compréhension de l'énoncé. Indications Premier problème -- - I.2.a Considérer que F rappel (M) = - grad Ep (M). I.2.c On rappelle que cos2 (0 t) = sin2 (0 t) = 1/2. - II.2 Écrire que - v (I (D)/R) = 0 afin de relier et en travaillant dans la base polaire. II.3 Utiliser le théorème de Koenig. II.4 Que dire de la vitesse du point d'application des forces de contact ? III.1.c Identifier l'accélération centripète -v c 2 /r0 à l'aide du principe fondamental de la dynamique appliqué à S. III.2.a Appliquer le théorème du moment cinétique à S. III.2.b Évaluer l'énergie mécanique Em en fonction de r et r. Que dire de Em quand r tend vers l'infini ? dEm 1 . Utiliser = 0. III.2.c Exprimer Em en fonction de u() = r() d III.2.f Que vaut cos au périgée et à l'apogée ? III.3.c Utiliser la loi des aires. III.4.a On a 2a = rm + rM . d III.4.b Écrire dt = . Cu2 III.5.b Simplifier r(t) lorsque e 1. Deuxième problème A.1.1 Pour cette question et les suivantes, identifier les dérivées partielles sur l'expression de la différentielle. On rappelle ainsi que pour une fonction f des deux variables x et y : f f df = dx + dy x y y x A.2.2 Exprimer et k à partir des dérivées partielles de S. Utiliser le théorème de Schwarz selon lequel 2f 2f = xy yx B.3 Calculer . Utiliser dU = CV dT + ( - p) dV et faire apparaître une différentielle exacte pour intégrer. B.4.3 L'évolution est-elle réversible ? C.1 Considérer que H = U + pV et simplifier à l'ordre 1 en p. D.3.2 Écrire explicitement le travail des forces de pression à l'entrée et à la sortie pendant dt et faire apparaître l'enthalpie massique h = u + p/. dp E.2 Justifier et simplifier l'égalité dh = T ds + . E.3 Utiliser Cp = R/( - 1) et les relations de Laplace pour relier et p. E.3.3.2 Montrer que f admet un maximum 0 . Utiliser la conservation du débit massique q m = K1 (x) f (). Mécanique I. Oscillateur harmonique dans un champ de pesanteur I.1.a On applique le principe fondamental de la dynamique au point M soumis à la force de rappel du ressort et à la pesanteur dans un référentiel galiléen. Cela donne : en projection selon - u z d2 z = -k(z - 0 ) + mg dt2 On peut réécrire cette équation différentielle du second ordre en identifiant la pulsation propre 0 : r d2 z k0 k 2 + 0 z = +g avec 0 = dt2 m m m I.1.b À l'équilibre, l'accélération de M est nulle donc 0 = -k(z e - 0 ) + mg d'où z e = 0 + mg k À l'équilibre, le poids de M allonge le ressort. Trouver z e > 0 est cohérent. I.1.c La solution z(t) peut s'écrire z1 (t) + z2 (t) où z1 est la solution générale de l'équation homogène sans second membre d2 z1 + 0 2 z1 = 0 c'est-à-dire z1 (t) = A cos(0 t) + B sin(0 t) dt2 et z2 est une solution particulière de l'équation avec second membre, soit par exemple, la solution constante mg z2 (t) = z e = 0 + k Au total, z(t) = A cos(0 t) + B sin(0 t) + 0 + Les conditions initiales s'écrivent mg +a z(0) = 0 + k dz (0) = 0 dt soit ( mg k A=a B 0 = 0 dont on déduit (A, B) = (a, 0) et z(t) = a cos(0 t) + 0 + mg k - I.2.a La force de rappel F rappel (M) et l'énergie potentielle Ep (M) sont liées par -- - F rappel (M) = - grad Ep (M) soit -k(z - 0 ) = - dEp dz On en déduit par intégration Ep (M) = k (z - 0 )2 + Cte 2 et comme on impose Ep = 0 à l'équilibre en z e = 0 + mg/k, k m2 g 2 × + Cte 2 k2 0= d'où Ep (M) = k m2 g 2 (z - 0 )2 - 2 2k I.2.b Puisque z - 0 = z - z e + mg/k, on peut écrire k mg 2 m2 g 2 Z+ - Ep (M) = 2 k 2k d'où Ep (M) = k 2 Z + mg Z 2 I.2.c Selon l'expression de z(t) obtenue à la question I.1.c, et Z(t) = a cos(0 t) z(t) = Z(t) = -a0 sin(0 t) Ainsi, la valeur moyenne de l'énergie cinétique Ec est hEc i = m 2 m a2 0 2 hZ i = × 2 2 2 soit hEc i = ka2 4 et la valeur moyenne de l'énergie potentielle Ep hEp i = k a2 k 2 Z + mg hZi = +0 2 2 2 soit hEp i = ka2 4 L'oscillateur harmonique dans un champ de pesanteur vérifie donc hEc i = hEp i I.2.d Application numérique : 0 = 14 rad.s-1 et hEp i = 1,3.10-2 J