X Informatique MP 2009

Thème de l'épreuve Polynômes positifs
Principaux outils utilisés listes chaînées, fonctions récursives
Mots clefs grand entier, nombres dyadiques, listes à deux bouts, polynômes de Bernstein

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                       

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
           

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


MP ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE OPTION INFORMATIQUE CONCOURS D'ADMISSION 2009 COMPOSITION D'INFORMATIQUE (Durée : 4 heures) L'utilisation des calculatrices n'est pas autorisée pour cette épreuve. Le langage de programmation choisi par le candidat doit être spécifié en tête de la copie. Ce polynôme est-il positif ? Dans certains cas, la démonstration assistée par ordinateur demande de vérifier des inégalités polynomiales de la forme : x [0, 1], x6 - 42x5 + 120x4 - 140x3 + 75x2 - 15x + 1 0 Ce problème étudie une technique basée sur les polynômes de Bernstein permettant de démontrer ce style d'inégalités automatiquement. Les parties I et II traitent de nombres en précision arbitraire, respectivement des entiers relatifs et des nombres dyadiques. La partie III traite de listes que l'on peut manipuler par les deux bouts. Enfin, la partie IV introduit les polynômes de Bernstein et traite d'un moyen de démontrer les inégalités. Les parties peuvent être traitées indépendamment. Mais attention, chaque partie utilise des notations et des fonctions introduites dans les parties précédentes. L'énoncé utilise à plusieurs reprises la formulation « on garantira l'invariant P sur le type ». On entend par cela que les fonctions que vous allez écrire peuvent supposer que la propriété P est vraie pour leurs arguments de type et qu'en contrepartie elles doivent produire des résultats de type vérifiant la propriété P . Si la logique de la fonction conduit à identifier des arguments de type « impossibles », le code du candidat peut échouer en appelant la fonction (procédure en Pascal) echouer qui prend une (courte) chaîne explicative en argument. I. Grands entiers Les nombres que nous allons manipuler nécessitent une précision qui dépasse celle des entiers de la machine (types int en Caml et integer en Pascal). Nous allons donc commencer par définir une arithmétique de précision arbitraire. On se donne pour cela une base de calcul, par exemple base = 10000. La valeur de base importe peu et on supposera seulement qu'elle est paire, supérieure ou égale à 2 et que son double n'excède pas le plus grand entier machine. Un entier naturel de précision arbitraire est alors représenté par la liste de ses chiffres en base base, les chiffres les moins significatifs étant en tête de liste. Ainsi la liste [1; 2; 3] représente l'entier 1 + 2 × base + 3 × base2 . On définit le type nat suivant pour de tels entiers : 1 (* Caml *) let base = ... ; ; type nat == int list ; ; { Pascal } const base : integer = ... ; type nat = ^cellule ; cellule = record valeur : integer ; suite : nat ; end ; Dans la suite, on garantira l'invariant suivant sur le type nat : ­ tout élément de la liste est compris entre 0 et base - 1, au sens large ; ­ le dernier élément de la liste, lorsqu'il existe, n'est pas nul. On notera que l'entier 0 est représenté par la liste vide. Question 1 Définir une fonction cons_nat qui prend en argument un chiffre c (un entier machine, 0 c < base) et un grand entier n, et qui renvoie le grand entier c+base×n. La fonction cons_nat peut aider à garantir l'invariant du type nat. (* Caml *) cons_nat : int -> nat -> nat { Pascal } function cons_nat(c : integer ; n : nat) : nat Question 2 Définir une fonction add_nat qui calcule la somme de deux grands entiers. Indication : on pourra commencer par écrire une fonction prenant également une retenue en argument et appliquer l'algorithme traditionnel enseigné à l'école primaire. (* Caml *) add_nat : nat -> nat -> nat { Pascal } function add_nat(n1 : nat ; n2 : nat) : nat Question 3 Définir une fonction cmp_nat qui prend en arguments deux grands entiers n1 et n2 , et qui renvoie un entier machine valant, -1 si n1 < n2 , 1 si n1 > n2 , et 0 si n1 = n2 . (* Caml *) cmp_nat : nat -> nat -> int { Pascal } function cmp_nat(n1 : nat ; n2 : nat) : integer Question 4 Définir une fonction sous_nat qui prend en arguments deux grands entiers n1 et n2 et qui calcule la différence n1 - n2 , en supposant n1 n2 . Indication : comme pour l'addition, on pourra commencer par écrire une fonction prenant également une retenue en argument. (* Caml *) sous_nat : nat -> nat -> nat { Pascal } function sous_nat(n1 : nat ; n2 : nat) : nat Question 5 Définir une fonction div2_nat qui prend en argument un grand entier n et qui calcule le quotient et le reste de la division euclidienne de n par 2. Le quotient est un grand entier et le reste un entier machine valant 0 ou 1. On rappelle que la constante base est paire. (* Caml *) div2_nat : nat -> nat * int { Pascal } procedure div2_nat(n : nat ; var q : nat ; var r : integer) 2 À partir de ces grands entiers naturels, on va maintenant construire de grands entiers relatifs. Pour cela, on introduit le type enregistrement z suivant, où le champ signe contient le signe de l'entier relatif, à savoir 1 ou -1, et le champ nat sa valeur absolue. (* Caml *) type z = { signe: int; nat: nat };; { Pascal } type z = record signe: integer; nat: nat; end; On notera que 0 admet deux représentations, ce qui n'est pas gênant par la suite. Question 6 Définir une fonction neg_z qui calcule la négation d'un grand entier relatif. (* Caml *) neg_z : z -> z { Pascal } function neg_z(z : z) : z Question 7 Définir une fonction add_z qui calcule la somme de deux grands entiers relatifs. (* Caml *) add_z : z -> z -> z { Pascal } function add_z(z1 : z ; z2 ; z) : z Question 8 Définir une fonction mul_puiss2_z qui prend en arguments un entier machine p (p 0), un grand entier relatif z, et qui renvoie le grand entier relatif 2p z. On se contentera d'une solution simple, sans viser particulièrement l'efficacité. (* Caml *) mul_puiss2_z : int -> z -> z { Pascal } function mul_puiss2_z(p : integer ; z : z) : z Question 9 Définir une fonction decomp_puiss2_z qui prend en argument un grand entier relatif z non nul, et qui renvoie un grand entier relatif u impair et un entier machine p tels que z = 2p u. Cette fonction calcule donc la plus grande puissance de 2 qui divise z et renvoie la décomposition correspondante. Comme ci-dessus, on visera la simplicité et on supposera que z est tel que p est bien représentable par un entier machine. (* Caml *) decomp_puiss2_z : z -> z * int { Pascal } procedure decomp_puiss2_z(z : z ; var u : z ; var p : integer) II. Nombres dyadiques Un nombre dyadique est un nombre rationnel qui peut s'écrire sous la forme a × 2b avec a, b Z. On note D l'ensemble des nombres dyadiques. On définit le type dya suivant pour représenter les nombres dyadiques : 3 (* Caml *) type dya = { m : z ; e : int } ; ; { Pascal } type dya = record m : z ; e : integer ; end ; Si d est une valeur du type dya, on l'interprète donc comme le nombre rationnel d.m × 2d.e , où d.m est parfois appelé mantisse, et d.e exposant. On garantira l'invariant suivant sur le type dya : la valeur du champ m est soit nulle, soit impaire. On supposera par ailleurs que la capacité des entiers machines ne sera jamais dépassée dans le calcul des exposants. Question 10 Définir une fonction div2_dya qui divise un nombre dyadique par 2. (* Caml *) div2_dya : dya -> dya { Pascal } function div2_dya(d : dya) : dya Question 11 Définir une fonction add_dya qui calcule la somme de deux nombres dyadiques. (* Caml *) add_dya : dya -> dya -> dya { Pascal } function add_dya(d1 : dya ; d2 ; dya) : dya Question 12 Définir une fonction sous_dya qui calcule la différence de deux nombres dyadiques. (* Caml *) sous_dya : dya -> dya -> dya { Pascal } function sous_dya(d1 : dya ; d2 ; dya) : dya III. Listes à deux bouts On considère maintenant des listes de nombres dyadiques. Si une telle liste contient les n éléments x1 , x2 , . . . , xn , dans cet ordre, on la note hx1 ; x2 ; . . . ; xn i. Dans la partie IV, nous aurons besoin de manipuler de telles listes aux deux extrémités, c'est-à-dire d'ajouter et de supprimer des éléments à gauche comme à droite, et également de calculer efficacement l'image miroir d'une telle liste, c'està-dire la liste hxn ; . . . ; x2 ; x1 i. La notion usuelle de liste se prêtant mal à de telles opérations (seule la manipulation de l'extrémité gauche de la liste est aisée), l'objectif de cette partie est de réaliser une structure de données raisonnablement efficace pour représenter une telle « liste à deux bouts ». Pour éviter les confusions, nous utiliserons dorénavant le terme de « LDB » pour désigner une liste à deux bouts, et nous continuerons d'utiliser le terme « liste » pour désigner une liste usuelle (le type list de Caml ou une liste chaînée traditionnelle de Pascal). L'idée est d'utiliser non pas une liste mais deux pour représenter une LDB, la première liste représentant la partie gauche de la LDB et la seconde liste sa partie droite. Ainsi l'ensemble des deux listes g = [1; 2] et d = [5; 4; 3] représentera la LDB h1; 2; 3; 4; 5i. La liste g contient les premiers éléments de la LDB, dans le bon ordre, et la tête de cette liste coïncide donc avec l'extrémité gauche 4 de la LDB ; symétriquement, la liste d contient les derniers éléments de la LDB, en ordre inverse, et la tête de cette liste coïncide donc avec l'extrémité droite de la LDB. On définit le type ldb suivant pour représenter les LDB : (* Caml *) type ldb = { lg : int ; g : dya list ; ld : int ; d : dya list } ; ; { Pascal } type liste_dya = ^cell_ld ; cell_ld = record dya : dya ; suite_ld : liste_dya ; end ; type ldb = record lg : integer ; g : liste_dya ; ld : integer ; d : liste_dya ; end ; On se donne une constante entière c 2 et on impose sur le type ldb les deux invariants suivants : Le champ lg contient la longueur de la liste g, et le champ ld celle de la liste d. (1) lg c × ld + 1 et ld c × lg + 1 (2) Toutes les questions de cette partie garantiront les invariants au sens précisé dans l'introduction du problème, la question 16 étant un peu particulière. Question 13 Définir une fonction ldb_est_vide qui détermine si une LDB est vide. (* Caml *) ldb_est_vide : ldb -> bool { Pascal } function ldb_est_vide(l : ldb) : boolean Question 14 Définir une fonction premier_g qui renvoie l'élément le plus à gauche d'une LDB, i.e. telle que premier_g hx1 ; x2 ; . . . ; xn i = x1 . On supposera que la LDB contient au moins un élément. (* Caml *) premier_g : ldb -> dya { Pascal } function premier_g(l : ldb) : dya Question 15 Définir une fonction inverse_ldb qui inverse l'ordre des éléments d'une LDB, i.e. telle que inverse_ldb hx1 ; x2 ; . . . ; xn i = hxn ; . . . ; x2 ; x1 i. (* Caml *) inverse_ldb : ldb -> ldb { Pascal } function inverse_ldb(l : ldb) : ldb Question 16 Définir une fonction invariant_ldb qui vérifie si une LDB satisfait bien l'invariant (2) et le rétablit si ce n'est pas le cas. Plus précisément, la fonction invariant_ldb renvoie son argument inchangé lorsqu'il vérifie l'invariant et, dans le cas contraire, renvoie une LDB de même contenu vérifiant l'invariant. Attention, dans ce dernier cas, on demande un coût de l'ordre de la taille de la LDB. Indication : pour une LDB contenant éléments, la répartition qui range les /2 premiers éléments dans la liste g satisfait (2). Enfin les candidats pourront utiliser, sans les définir, 5 une fonction concatener qui concatène deux listes, ainsi qu'une fonction inverser qui inverse une liste. concatener([x1 ; · · · ; xn ], [y1 ; · · · ; ym ]) = [x1 ; · · · ; xn ; y1 ; · · · ; ym ] inverser([x1 ; x2 ; · · · ; xn ]) = [xn ; · · · ; x2 ; x1 ] (* Caml *) invariant_ldb : ldb -> ldb { Pascal } function invariant_ldb(l : ldb) : ldb Question 17 Définir une fonction ajoute_g qui ajoute un élément à gauche d'une LDB, i.e. telle que ajoute_g x hx1 ; x2 ; . . . ; xn i = hx; x1 ; x2 ; . . . ; xn i. (* Caml *) ajoute_g : dya -> ldb -> ldb { Pascal } function ajoute_g(d : dya ; l : ldb) : ldb Question 18 Définir une fonction enleve_g qui supprime l'élément le plus à gauche dans une LDB, i.e. telle que enleve_g hx1 ; x2 ; . . . ; xn i = hx2 ; . . . ; xn i. On supposera que la LDB contient au moins un élément. (* Caml *) enleve_g : ldb -> ldb { Pascal } function enleve_g(l : ldb) : ldb On supposera avoir écrit les fonctions symétriques opérant sur l'extrémité droite de la LDB : ajoute_d pour ajouter un élément à droite, premier_d pour obtenir l'élément le plus à droite, et enleve_d pour supprimer l'élément le plus à droite. Question 19 Dans cette question, on suppose c = 3. On considère une LDB de longueur N obtenue en appliquant successivement N opérations ajoute_g à partir d'une LDB vide. Quel est le coût moyen de chaque opération ajoute_g ? On supposera que le coût de l'opération invariant_ldb est constant lorsque la LDB vérifie l'invariant (2) et proportionnel à la longueur de la LDB lorsque celle-ci est réarrangée. IV. Polynômes de Bernstein On considère les polynômes sives : B0 0 Bik k Bi Bik définis, pour i, k Z, par l'ensemble suivant d'équations récur= 1 k-1 = (1 - X)Bik-1 + XBi-1 si 0 i k = 0 si i < 0 ou i > k On note que Bik est non nul si et seulement si 0 i k et que les Bik sont des polynômes à coefficients entiers. 6 Étant donnée une séquence de k + 1 nombres dyadiques p = hd0 ; . . . ; dk i, on l'interprète comme un polynôme à coefficients dyadiques, noté I(p), de la manière suivante : def I(hd0 ; . . . ; dk i) = k X di Bik i=0 Dans la suite de ce problème, on ne s'intéresse qu'à des polynômes qui s'écrivent sous cette forme. En particulier, quand on écrira « le polynôme p » on signifiera implicitement que p est une LDB de nombres dyadiques, de type ldb, interprétée comme le polynôme I(p). On introduit donc le type poly suivant pour les polynômes, comme un synonyme pour le type ldb des listes à deux bouts de nombres dyadiques : (* Caml *) type poly == ldb;; { Pascal } type poly = ldb; Pour un polynôme p = hd0 ; . . . ; dk i, on appelle k sa taille ; le polynôme vide a la taille -1 par convention. On suppose avoir écrit deux fonctions add_poly et sous_poly calculant respectivement la somme et la différence de deux polynômes de même taille, ainsi qu'une fonction div2_poly multipliant un polynôme par la fraction 1/2. Question 20 Soit p = hd0 ; . . . ; dk i un polynôme. Montrer que si, pour tout i, di est positif ou nul, alors x [0, 1], I(p)(x) 0 Montrer que la réciproque est fausse avec p = h2; -1; 2i. Pour un polynôme p de taille k 0, on définit le polynôme derive p de taille k - 1 par def derive p = sous_poly (enleve_g p) (enleve_d p) Pour un polynôme p de taille k quelconque et c D, on définit le polynôme integre c p de taille k + 1 par ( ajoute_g c ldb_vide si p est vide def integre c p = ajoute_g c (add_poly p (integre c (enleve_d p))) sinon Où ldb_vide représente la LDB vide. Enfin, pour un polynôme p de taille k quelconque, on définit les polynômes raffine_g p et raffine_d p, de taille k, par ( ldb_vide si p est vide def raffine_g p = integre (premier_g p) (div2_poly (raffine_g (derive p))) sinon et def raffine_d p = inverse_ldb (raffine_g (inverse_ldb p)) On admet alors les résultats suivants : pour tout polynôme p, on a x, I(raffine_g p)(x) = I(p)(x/2) (3) x, I(raffine_d p)(x) = I(p)(1/2 + x/2) (4) et 7 Question 21 Un calcul donne raffine_g h2; -1; 2i = h2; 1/2; 1/2i et raffine_d h2; -1; 2i = h1/2; 1/2; 2i. Que peut-on en conclure ? Question 22 Définir une fonction test_pos qui prend en argument un polynôme p et qui est une procédure de semi-décision pour la propriété x [0, 1], I(p)(x) 0. Une procédure de semidécision termine toujours ; si elle renvoie vrai, alors la propriété est vraie ; si elle renvoie faux, alors on ne sait rien de la validité de la propriété. La procédure envisagée est du style « diviser pour régner », et on fixera une limite maximale sur la profondeur de décomposition, au delà de laquelle l'effort de preuve est abandonné. Il n'est pas démandé d'écrire le code des fonctions raffine_g et raffine_d, que l'on pourra donc appeler sans les définir. (* Caml *) test_pos : poly -> bool { Pascal } function test_pos(p : poly) : boolean Question 23 Montrer que pour tout polynôme p et tout nombre dyadique c on a les égalités suivantes : raffine_g (c · p) = c · raffine_g p raffine_d (c · p) = c · raffine_d p Question 24 Montrer que la méthode ci-dessus est incomplète, c'est-à-dire qu'il existe un polynôme p tel que x [0, 1], I(p)(x) 0, et tel que test_pos renvoie faux quelle que soit la profondeur de décomposition. Indication : considérer p = h1; -2; 4i, et admettre sans démonstration que raffine_d (raffine_g p) = 1/16 p. 8

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 X Informatique MP 2009 -- Corrigé Ce corrigé est proposé par Vincent Danjean (Enseignant-chercheur en école d'ingénieur) ; il a été relu par Antoine Taveneaux (ENS Lyon) et Olivier Levillain (École Polytechnique). Cette épreuve propose d'étudier une technique basée sur les polynômes de Bernstein pour démontrer à l'aide d'un ordinateur que certains polynômes sont à valeurs positives ou nulles sur un intervalle donné. Pour ce faire, l'épreuve est découpée en 4 parties qui construisent progressivement les objets informatiques nécessaires pour traiter le problème. · La première partie introduit deux structures pour manipuler dans un premier temps des entiers naturels en précision arbitraire, puis dans un second temps des entiers relatifs. Seules les opérations dont on aura besoin pour la suite sont définies sur ces structures (la multiplication n'en fait pas partie, par exemple). · La deuxième partie introduit une nouvelle famille de nombres (les nombres dyadiques) qui ont la particularité d'être faciles à multiplier ou diviser par 2. · La troisième partie traite de listes à deux bouts permettant, contrairement aux listes classiques, de faire des opérations d'insertion et de suppression efficacement au début et à la fin de la liste. · Enfin, la dernière partie traite de la résolution effective du problème initial en utilisant les structures définies précédemment. On peut noter que, même si l'énoncé parle dans son introduction des polynômes de Bernstein et donne ce titre à sa quatrième partie, il n'est nul part écrit explicitement ce que sont ces polynômes. On peut cependant se douter qu'il s'agit des polynômes notés Bki dans l'énoncé et l'on pourra se référer à la page de wikipedia fr.wikipedia.org/wiki/Polynome_de_Bernstein pour plus d'informations à ce sujet. L'énoncé introduit plusieurs invariants. Il s'agit de propriétés particulières sur les structures informatiques manipulées, propriétés que le programmeur s'oblige à respecter : les fonctions utilisant ces structures peuvent supposer ces propriétés vérifiées en entrée et se doivent de les respecter en sortie. Parfois, un invariant peut être garanti par le système de types de Camllight lui-même et donc vérifié à la compilation du code ; c'est par exemple le cas des types des arguments et du type de la valeur de retour des fonctions. D'autres fois, l'invariant est un contrat supplémentaire qui n'est pas vérifié par le système, ni même par le code. Par exemple, on peut avoir une structure contenant une liste et un entier donnant la taille de cette liste. Il ne faut pas hésiter à se servir de ces invariants pour répondre aux questions, mais il faut également penser à toujours les respecter. Le sujet traitant de listes, la notion de récursivité est également beaucoup employée. La plupart des questions demandent d'écrire du code. Il y a quelques considérations de complexité, mais ce n'est pas le coeur de cette épreuve. Il n'y a également rien sur les automates. Ce sujet est donc l'occasion de développer son aptitude à la programmation en manipulant des structures de données complexes. Les questions sont de difficulté constante, hormis la question 19 qui demande beaucoup de soin. Indications Partie I 1 Multiplier un nombre par la base de calcul, c'est décaler tous les chiffres de ce nombre d'une position. 3 Comparer les chiffres les plus significatifs en premier. 6 Exploiter directement le champ signe. 7 Traiter différemment les cas où les signes sont identiques et où ils sont différents. 8 Multiplier par 2 un nombre, c'est ajouter ce nombre à lui-même. 9 Utiliser div2_nat tant que le reste est nul. Partie II 10 Utiliser la structure même d'un nombre dyadique. 11 Ramener les deux nombres au même exposant. Attention à l'invariant pour le résultat. 12 Soustraire, c'est ajouter l'opposé. Partie III 13 Calculer la longueur de la LDB pour répondre. 14 Si la liste gauche est vide, l'invariant assure que la liste droite est très courte. 15 Exploiter la structure des LDB. 16 Lorsque l'invariant n'est pas vérifié, calculer la liste complète des éléments de la LDB puis couper cette liste comme proposé dans l'énoncé. 17 Se servir de la fonction invariant_ldb pour normaliser le résultat. 18 Utiliser les indications 14 et 17. 19 Montrer que la LDB est réorganisée par la fonction invariant_ldb lorsqu'il y a exactement 2 × 2i - 1 éléments dans la LDB. Partie IV 20 Montrer tout d'abord la propriété par récurrence pour tous les polynômes Bki . 21 Utiliser les propriétés (3) et (4) de l'énoncé en remarquant que, quand x parcourt le segment [ 0 ; 1 ], x/2 parcourt [ 0 ; 1/2 ] et 1/2 + x/2 parcourt [ 1/2 ; 1 ]. 22 Appliquer récursivement la technique de la question précédente si les coefficients de la LDB ne sont pas tous positifs ou nuls. 23 Démontrer la propriété demandée pour toutes les fonctions utilisées récursivement dans la définition de raffine_g et raffine_d. 24 Remarquer grâce à l'indication du sujet que l'arbre d'appels récursifs de test_pos a une branche où les coefficients de la LDB ne seront jamais tous positifs ou nuls. I. Grands entiers 1 Il faut distinguer le cas où c et n représentent tous les deux zéro, c'est-à-dire lorsque c = 0 et n = []. Dans ce cas, l'invariant nécessite de renvoyer la liste vide. let (cons_nat : int -> nat -> nat) = fun c n -> if c < 0 || c >= base then echouer "constante invalide" ; match (c,n) with 0,[] -> [] | _ -> c::n ;; Cette fonction a pour type : cons_nat : int -> nat -> nat Le type de la fonction cons_nat est forcé. Ce n'est pas une obligation mais cela permet de restreindre le typage que Camllight aurait inféré. En l'absence de typage explicite, le type serait cons_nat : int -> int list -> int list Un meilleur typage permet une meilleure vérification du code lors de la compilation. C'est toujours une bonne chose. La fonction echouer peut être définie facilement grâce au mécanisme des exceptions de Camllight. On peut par exemple la définir ainsi : let echouer s = failwith s;; 2 La fonction add_nat est écrite à l'aide de add_nat_ret, fonction auxiliaire récursive qui prend une retenue en paramètre supplémentaire. Plusieurs cas sont à considérer selon que les grands entiers sont nuls ou pas. Pour éviter d'écrire plusieurs fois le test vérifiant si une retenue doit être générée ou pas, une autre fonction auxiliaire add_cons_nat est définie et utilisée. let (add_nat : nat -> nat -> nat) = fun a b -> let rec add_nat_ret a b retenue = match a, b, retenue with [] , _ , 0 -> b | _ , [] , 0 -> a | [] , [] , _ -> cons_nat retenue [] | [] , b1::bn, _ -> add_cons_nat (b1+retenue) [] bn | a1::an, [] , _ -> add_cons_nat (a1+retenue) an [] | a1::an, b1::bn, _ -> add_cons_nat (a1+b1+retenue) an bn and add_cons_nat c a b = if c nat -> nat Les deux premiers cas de add_nat_ret pourraient ne pas être écrits sans que cela ne modifie la correction de cette fonction. Leur présence permet cependant d'avoir une complexité linéaire en la taille du plus petit des deux grands entiers plutôt qu'en la taille du plus grand des deux. 3 Comparons récursivement les deux nombres en faisant attention au fait qu'il faut comparer en priorité les chiffres les plus significatifs (ceux en fin de liste). let rec (cmp_nat : nat -> nat -> int) = fun a b -> match a, b with [], [] -> 0 | _ , [] -> 1 | [], _ -> -1 | a1::an, b1::bn -> let cmp=cmp_nat an bn in if (cmp != 0) then cmp else if (a1 < b1) then -1 else if (a1 > b1) then 1 else 0 ;; Cette fonction a pour type : cmp_nat : nat -> nat -> int 4 Écrivons la fonction sous_nat à l'aide de sous_nat_ret, fonction auxiliaire récursive basée sur le même modèle que celle de la question 2. On appelle echouer quand on se rend compte qu'on essaie de soustraire quelque chose (non nul) de zéro. let (sous_nat : nat -> nat -> nat) = fun a b -> let rec sous_nat_ret a b retenue = match a, b, retenue with [] , [] , 0 -> [] | [] , _ , _ -> echouer "résultat négatif" | _ , [] , 0 -> a | a1::an, [] , _ -> sous_cons_nat (a1-retenue) an [] | a1::an, b1::bn, _ -> sous_cons_nat (a1-b1-retenue) an bn and sous_cons_nat c a b = if (c<0) then cons_nat (c+base) (sous_nat_ret a b 1) else cons_nat c (sous_nat_ret a b 0) in sous_nat_ret a b 0 ;;