Mines Physique et Chimie toutes filières 2006

Thème de l'épreuve Autour de la voiture
Principaux outils utilisés mécanique, thermodynamique, optique géométrique, solutions aqueuses, cinétique chimique, thermochimie, oxydoréduction

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                                   

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


CONCOURS COMMUN 2006
DES ÉCOLES DES MINES D'ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES

Épreuve de Physique--Chimie

(toutes filières)

Jeudi 11 mai 2006 de 08h00 à 12h00

Barème indicatif : Physique environ 2/3 - Chimie environ 1/3

Instructions générales :

Les candidats doivent vérifier que le sujet comprend : 12 pages numérotées 
1/12, 2/12, 12/12

Les candidats sont invités à porter une attention particulière à la rédaction : 
les copies illisibles ou
mal présentées seront pénalisées.

Les candidats colleront sur leur première feuille de composition l'étiquette à 
code à barres
correspondante.

Toute application numérique ne comportant pas d'unité ne donnera pas lieu à 
attribution de points.

N.B. Les deux problèmes de physique sont indépendants. Les diverses parties 
peuvent être traitées
dans l'ordre choisi par le candidat. Il prendra toutefois soin de bien 
numéroter les questions. Les
questions de chimie sont aussi indépendantes.

La dernière feuille est à découper et à rendre avec la copie. N'oubliez pas d'y 
inscrire votre code
candidat

Autour de la voiture

NB : Si l'ensemble du sujet gravite autour de ce thème, les différents 
problèmes proposés sont

néanmoins totalement indépendants et à l'intérieur de ceux-ci les différentes 
parties numérotées
A- B-. .. le sont aussi.

PHYSIQUE

Problème N°1 : Etude d'un moteur à essence

Afin de simplifier le problème, on suppose que le moteur est constitué d'un 
seul cylindre dont le
schéma en coupe est représenté ci--dessous :

S : soupapes d'admission
et d'échappement

B : dispositif d'allumage

P : piston mobile

Les contraintes de fabrication et d'utilisation imposent de ne pas dépasser une 
pression de 50 bars
dans le cylindre. '

Dans tout le problème, les gaz, quels qu'ils soient, sont assimilés à des gaz 
parfaits de rapport
y = 1,4 et R = 8,314 J.K".mol".

Les transformations seront considérées comme mécaniquement réversibles.

A--Quelgues questions préliminaires sur les moteurs thermiques

En 1824, Carnot postulait le principe suivant « Pour qu'un système décrive un 
cycle moteur, il doit

nécessairement échanger de l'énergie avec au moins deux sources à des 
températures
différentes. .. »

A--1 Justifier le fait qu'un cycle monotherme ne puisse être moteur.

A-2 On considère un système décrivant un cycle moteur ditherme. La machine 
reçoit de la

source chaude 81, à la température T1, le transfert thermique Q1 et de la 
source froide 82,
de température T2, le transfert thermique Q2.

A-2-a A quelle condition le rendement d'un tel moteur est--il maximal ? Le 
définir et
l'exprimer en fonction de T1 et T2.

A-2-b- Dans quels sens s'effectuent les transferts thermiques ? Quels sont les 
signes de Q1
et Q2 ? Justifier. (pour cette justification on pourra se placer dans le cas du 
A-2-a)

A-3 Dans le cas où le cycle décrit n'est pas réversible :
A-3-a Exprimer la création d'entropie Sgoe'ég sur un cycle en fonction de Q1, 
Q2, T1 et T2.
A-3-b Déterminer alors le rendement du moteur en fonction de T1, T2, Q1 et 
Scréée

B- Le moteur à explosion

Le principe de fonctionnement est le suivant :

O --> A : Phase d'admission.

Le mélange gazeux est constitué d'air et de n'=2.10'4 mol d'essence. Il est 
admis de façon isobare à
la pression PA dans le cylindre. La soupape d'admission est refermée.

Le mélange air-carburant se trouve alors dans les conditions VA = lL, PA = 1 
bar, TA = 293K= 20°C

Le gaz subit alors la suite de transformations suivantes :
o A ----> B : compression adiabatique réversible. VB = VA/ 8
0 B --> C : une étincelle provoque la combustion isochore, instantanée, de 
toute l'essence.
. C --> D : détente adiabatique réversible ; on donne VD = VA ;
.

D ---> A : refroidissement isochore. (la pression chute à cause de l'ouverture 
du cylindre
vers l'extérieur)

A --> O : refoulement isobare des gaz vers l'extérieur à la pression PA. C'est 
l'échappement.

Dans toute l'étude de ce modèle de moteur à explosion, on suppose constant le 
nombre total de
males gazeuses.

B-1 Représenter l'ensemble des transformations sur un diagramme ( P, V ). 
Indiquer le sens
de parcours. Commenter.

B-2 Pourquoi parle-t-on de moteur à combustion interne ?
B--3 Pourquoi parle--t-on de moteur à 4 temps '? Préciser les 4 temps.

Les étapes d'admission et de refoulement se compensent et on raisonnera donc 
sur le système fermé
effectuant le « cycle » ABCD

B--4 Calculer m,, le nombre de moles de gaz initialement admis dans le cylindre.

Le mélange gazeux est assimilé à un gaz parfait de rapport y = 1,4
B-5 '
B-5--a Déterminer la pression du mélange dans l'état B.
B--5-b Déterminer la température du mélange dans l'état B.
B--5--c On devrait en réalité prendre y = 1,34. Suggérer une justification.

B-5-d Le mélange air--essence s'enflamme spontanément à 330°C, ce que l'on 
souhaite

éviter Calculer le taux de compression t = VANB maximal permettant d'éviter
cet « autoallumage » entre A et B. Pour l'application numérique de cette 
question -

uniquement - on prendra y = 1,34.

B-6 L'étude détaillée de la combustion sera faite dans la partie chimie de 
l'épreuve. On
supposera ici TC = 2100 K. Calculer PC. Respecte-t--on la contrainte de pression
mentionnée en introduction ? En réalité la pression maximale est légèrement 
inférieure.
Proposer une justification.

B-7 Calculer la température en D.

B-8
B--8-a Exprimer, en fonction de CV,... , n et des températures puis en fonction 
de n, R, y et
des températures, le travail fourni par le gaz au système mécanique au cours 
d'un
cycle. Le calculer. C..., représente la capacité thermique molaire à volume 
constant
du mélange gazeux.

B-8-b Définir le rendement du cycle, l'exprimer en fonction des différentes 
températures,
le calculer.

B--9 Le moteur effectue 2500 cycles par minute. Quelle est sa puissance ? La 
calculer.
Combien le piston effectue-t--il d'allers-retours par minute ?

C-Bilan entropigue

C-1 Le refroidissement isochore DA s'effectue au contact de l'atmosphère, à la 
température TA.

C-l-a Exprimer la variation d'entropie AS du gaz lors de cette transformation 
en fonction
des différentes températures.

C-l-b Exprimer l'entropie échangée.

C-l-c En déduire l'entropie créée au sein du mélange gazeux, la calculer.

C-1-d Commenter le résultat : quelle est la cause d'irréversibilité '?

C-2 Y-a--t-il eu création d'entropie au sein du gaz lors des évolutions : AB, 
BC et CD '? Dans
l'affirmative, quel type d'irréversibilité en est la cause '?

D- Changements d' 'tats d'un corps pur

A T = TA = 293 K, l'essence dans le mélange est sous forme vapeur et se 
comporte comme un corps
pur gazeux de pression P A= 5.10"3 bar

D-1 Tracer le diagramme d'équilibre P = f(T) d'un corps pur en y indiquant le 
point critique
ainsi que les différents états du corps dans les différentes parties du 
diagramme.
Placer (qualitativement) le point A sur ce diagramme.

D-2 Tracer dans le diagramme de Clapeyron P = f(V) la courbe de vaporisation 
d'un corps
pur. Indiquer les zones de vapeur sèche, de vapeur saturante, de liquide
pur, etc
Placer aussi sur ce diagramme le point critique.

Placer (qualitativement) le point A sur ce diagramme.

Problème N°2 : Quelques éléments de sécurité d'une voiture

A-Etude de la suspension d'un véhicule

Le véhicule étudié est modélisé par un parallélépipède, de centre de gravité G 
et de masse M,
reposant sur une roue par l'intermédiaire de la suspension dont l'axe OG reste 
toujours vertical.

__.)

L'ensemble est animé d'une vitesse horizontale v = v ux .

La suspension, quant à elle, est modélisée par un ressort de raideur constante 
k = 1,0.105 N.m'l (de
longueur à vide lo) et un amortisseur fluide de constante d'amortissement 
constante

À =4,0.103 U.S.I. La masse de l'ensemble est M = 1000 kg .

La position verticale du véhicule est repérée par 26 dans le référentiel 
galiléen proposé ayant son
origine sur la ligne moyenne des déformations du sol. On note 20 la cote du 
centre de la roue par
rapport au niveau moyen de la route.

fig 2 : la route est ondulée

niveau moyen de la
route

fig 1 : la route est parfaitement horixontale

L'amortissement entre M et la roue introduit une force de frottement fluide, 
exercée par
l'amortisseur sur M, qui s'écrit :

.. d2o dZo
F À.( dt dt .

_)

A-I La route est parfaitement horizontale (fig 1)

A-I-l La route ne présente aucune ondulation et le véhicule n'a aucun mouvement 
vertical.
Déterminer la position ZGeq de G lorsque le véhicule est au repos.

A-I--2 Suite à une impulsion soudaine, le véhicule acquiert un mouvement 
d'oscillations
verticales. On cherche dans cette question à établir l'équation différentielle
caractéristique du mouvement par une méthode énergétique.

On étudie le mouvement par rapport à la position d'équilibre établie 
précédemment.
On posera z = ZG --- zGeq

A-I-2-a Etablir l'expression de l'énergie potentielle de pesanteur.

A-I--2-b Etablir l'expression de l'énergie potentielle élastique.
Les énergies potentielles seront exprimées en fonction de z et à une constante 
additive près.

A-I-2--c Appliquer le théorème de l'énergie cinétique à la masse et en déduire 
l'équation
différentielle en z caractéristique du mouvement.

A-I--2-d Dessiner, qualitativement, les allures envisageables de la fonction 
z(t). (la
résolution de l'équation différentielle n'est pas demandée)

A-II-- La route est ondulée (fig 2)

Le véhicule se déplace à vitesse horizontale constante v sur un sol ondulé. 
L'ondulation est
assimilée à une sinusoïde de période spatiale L et d'amplitude A. zo peut alors 
s'écrire

zo = R + Acosoet

On étudie maintenant le mouvement par rapport à la position d'équilibre établie 
précédemment.
On posera z = 26 -- 2%,
Pour les applications numériques on prendra L = 1 m ; A = 10 cm

A-II-l Quelle est l'unité de ?» '?
A-II--2 Exprimer ou en fonction de v et L. Vérifier l'homogénéité du résultat.

A-II--3 En appliquant le principe fondamental de la dynamique à la masse M dans 
le référentiel

terrestre supposé galiléen, établir l'équation différentielle en z régissant le 
mouvement.

A-II--4 Justifier qualitativement le fait que l'on recherche la solution z(t) 
de cette équation
différentielle sous une forme sinusoïdale z(t) = zmaX.cos(oet+d)).

A-II-5 Résolution par la méthode des complexes

On pose _z_ = _Z_.eÏOEÎ, réponse complexe du véhicule à l'excitation 
sinusoïdale et _z_g- R= _Ae"".

Z (fifi--®) ,
A-II--5-a Montrer que Î=--------ÀÀÎ avec j le complexe tel que j = -1 puis que 
l'on
-- ("'°'+J'°Wfi)
Z 1+j--® HI .
peut mettre sous la forme --Â--=TCÙ------=--= ; Exprimer alors 000, on et Q en
" 1----------+j--oe-- --2
0 QOEO

fonction de k, 7e et M.
A-II-5-b Calculer numériquement (oo, (... et Q. N'oubliez pas les unités.

A-II-5-c Donner l'expression du module en fonction de (00, on et Q.

É

A-II-6 Etude fréquentielle

On souhaite maintenant étudier l'amplitude des oscillations en fonction de la 
vitesse de la
lHÿ
n__z_;

A

voiture. Pour cela on étudie donc sous la forme en fonction de w.

A-II--6--a Tracer le diagramme de Bode asymptotique relatif à%. Tracer l'allure 
de %.
Remarque : on pourra tracer au préalable les diagrammes relatifs à IH_L | puis à
lflzl-

A-II-6-b oe... valeur de 00 pour laquelle l'amplitude est maximale, est de 
l'ordre de
grandeur de 000. Quelle est la valeur de v correspondante ? calculer l'amplitude
des oscillations du véhicule pour m = coo .

A--II-7 Application

Dans le film « le salaire de la peur >>, Yves Montand conduit un camion (030 
z25 s'1) chargé
de nitroglycérine. Il passe sur une tôle ondulée de période spatiale lm et pour 
laquelle
A=lOcm. Afin d'éviter l'explosion du chargement il doit traverser la taule à 
une vitesse
inférieure à 5km/h ou supérieure à 50 km/h. Justifier qualitativement ceci à 
l'aide des
résultats précédents.

B- Un autre élément de sécurité : le rétroviseur

Toutes les constructions seront réalisées sur la feuille annexe à rendre avec 
la copie.

Le champ d'un miroir est la portion de l'espace qu'un observateur voit dans un 
miroir. Ainsi, un
rétroviseur de voiture ne permet pas au conducteur de voir une autre voiture 
qui se situerait hors
de cette portion ; c'est ce que l'on appelle l'angle mort.

B-I Le rétroviseur est un miroir plan

Le rétroviseur est un miroir plan de largeur L. L'observateur place son oeil, 
supposé ponctuel, en un
point A' de l'axe du miroir à une distance D de celui-ci.

B--I-1 Positionner le point A dont l'image est A' par le miroir.

B-I-2 Où se situent les points que l'observateur peut espérer voir par 
réflexion dans le
miroir '? Faire apparaître cette portion d'espace sur la construction.

B-I--3 Préciser la valeur de l'angle ou qui caractérise la portion d'espace 
accessible àla vision ;
c'est le champ du miroir.

B-I-4 Application numérique : calculer oc, avec L = 20 cm , D = 50 cm

B--II Le rétroviseur est un miroir sphérique convexe

Le miroir plan est remplacé par un miroir sphérique convexe, de rayon de 
courbure R = 50 cm et de
même largeur L. L'oeil de l'observateur est toujours placé en A'

B-II-1 Effectuer la construction graphique du point A dont l'image est A' par 
le miroir.
B-II--2 Faire apparaître le champ du miroir sur la construction.
B-II-3 Préciser la valeur de l'angle oc' qui caractérise le champ de vision.

B-II-4 Application numérique : calculer oc', avec L = 20 cm , D = 50 cm, R = 
50cm

B-III Comparaison des deux dispositifs

B-III--l Comparer les champs angulaires des deux types de rétroviseur.

B-III-2 Un objet, de taille lm, est situé à une distance D' = 10 m du 
rétroviseur. Faire une
construction graphique de l'image dans les deux cas. Déterminer puis calculer 
les
angles apparents sous lesquels l'automobiliste voit l'objet avec les deux types 
de
rétroviseur. Commenter.

B-IV Angle mort

Le motard est-il vu dans le rétroviseur de l'automobiliste '? Vous justifierez 
votre réponse à l'aide
d'un tracé. Le rétroviseur est considéré comme un miroir plan, son axe étant 
symbolisé par NN' sur
la figure. Les yeux du conducteur sont représentés par le point 0.

FIN DE LA PHYSIQUE

* CHIMIE

Problème N°1 : Etude de la combustion isobare du mélange air-carburant

Dans cette partie, on reprend l'étude du moteur à explosion et plus précisément 
celle de l'étape BC

de combustion du mélange air-carburant
Rappel : Le mélange gazeux est constitué de n = 4.10'2 mol d'air et de n' = 
2.10"4 mol d'essence et
se trouve alors dans les conditions V3 = 0,125 L ; TB = 673 K ; PB = 18,4 bar

Le gaz subit alors la transformation: B --> C: une étincelle provoque la 
combustion isobare,
instantanée, de toute l'essence; cette évolution est également adiabatique pour 
l'ensemble du

système réactif.
Remarque : la combustion étant en réalité isochore et non isobare, on ne s 
'étonnera pas de trouver

une température T c sensiblement dfie'rente de celle proposée dans le problème 
de physique.

Données : R = 8,314 J .K'l.mol'1
A 298 K csHls(-) cox) H20(-)

Les Cp,m , capacités thermiques molaires à pression constante, seront 
considérées indépendantes de

la température.
Le carburant utilisé est de l'octane Cngg.

1 Ecrire et équilibrer la réaction de combustion d'une mole d'octane avec le 
dioxygène de
l'air pour former C02(g) et H20(g).

2 Calculer l'enthalpie standard de cette réaction à 298K
3 Exprimer puis calculer l'enthalpie standard de cette réaction à TB

4 L'air est composé, en pourcentage molaire, de 20% de 02 et de 80% de N2 .

4-a Justifier que l'énergie thermique dégagée par la combustion de l'octane 
sert a
échauffer les gaz de combustion de T3 à TC .

4--b Faire un bilan -molaire-- des espèces présentes en début puis en fin de 
combustion.

4-c Justifier la phrase: « Dans toute l'étude de ce modèle de moteur à 
explosion, on
suppose constant le nombre total de moles gazeuses »

4-d En déduire la température TC en fin de combustion.

Problème N°2 : Boire ou conduire

Ce problème traite de la cinétique de dégradation de l'alcool dans l'organisme 
et de la détection
d'alcool dans l'air expiré. Les différentes parties sont largement 
indépendantes : les 3 premières
traitant de la cinétique, la 4eme de la détection et d'oxydoréduction.

Un homme boit 66 cL d'une bière forte. L'objet des trois premières parties sera 
de savoir combien
de temps il devra attendre avant de reprendre sa voiture sachant qu'en France 
il n'est autorisé à
conduire que si la teneur en alcool de son sang est inférieure à 0,5 g.L'1.

La cinétique de décomposition de l'alcool se fait en deux phases et peut être 
modélisée de la façon
suivante :

lÎoe phase : passage de l'alcool à travers la paroi stomacale dans le sang.

2EURmEUR phase : oxydation de l'alcool dans le sang.

Nous allons étudier successivement ces deux phases avant d'en tirer les 
conclusions quant aux
conseils à donner à notre automobiliste.

1-- Passage de l'alcool à travers la paroi stomacale

La réaction peut se modéliser de la façon suivante : CH3CH20H estomac --> 
CH3CH2OH sang

On adopte les conventions suivantes :
- l'estomac est considéré comme un milieu réactionnel de volume constant V1 
égal pour

chaque expérience au volume d'alcool absorbé.
- on note [CH3CH2OH estomac] = C1 = CO -- x ; (Co étant la concentration 
initiale, c'est à dire
au moment de l'absorption)

On réalise l'expérience suivante : un homme boit 250 mL d'un apéritif contenant 
] mole d'éthanol.
On mesure la concentration C1 de l'éthanol dans l'estomac en fonction du temps. 
Les résultats sont

re ° romés dans le tableau ci-dessous

___--__--

I-1 Définir la vitesse de disparition de l'alcool dans l'estomac. Cette Vitesse 
sera notée v1
I--2 Montrer que V1 suit une loi cinétique d'ordre 1. Déterminer la valeur de 
la constante de
vitesse k1 (sans oublier son unité !)

1--3 Le sang et les autres liquides contenus dans le corps seront considérés 
comme un milieu
réactionnel unique, dénommé «sang », de volume V2 = 40 L constant pour toutes 
les
expériences. Calculer la concentration C2 de l'alcool dans le sang à t = 18 min 
dans le cas
où on admet qu'aucune oxydation de l'alcool ne s'est produite.

I-4 Démontrer la relation existant entre la vitesse de disparition de l'alcool 
dans l'estomac et la
vitesse d'apparition, notée v, de l'alcool dans le sang en fonction de V1 et V2.

11- Oxydation de l'alcool dans le sang

On injecte directement une certaine quantité d'alcool dans le sang et on 
détermine la concentration
en fonction du temps. (on suppose que l'injection est instantanée et que la 
concentration de l'alcool

dans le sang est uniforme)

___--...
-----------_

II-l Définir la vitesse d'oxydation de l'alcool dans le sang. Cette vitesse 
sera notée V2.

II-2 Montrer que l'oxydation suit une loi cinétique d'ordre 0, c'est à dire que 
V2 = k2.
Déterminer k2 (avec son unité !)

III- Boire ou conduire

Pour déterminer le temps que la personne devra attendre avant de conduire, on 
est amené à étudier
le phénomène absorption-oxydation de l'alcool dans son ensemble. On fait alors 
l'hypothèse
simplificatrice que les lois de vitesse démontrées séparément restent valables.

III-1 Calculer la concentration maximale, en mol.L'l, tolérée en France de 
l'alcool dans le
sang. (La masse molaire de l'éthanol vaut 46 g.mol", et le taux maximal 
d'alcoolémie est

fixé à 0,5 g.L"1).
III-2 Exprimer la vitesse d'apparition de l'alcool dans le sang, dC2/dt, en 
fonction des vitesses
v et V2 puis en fonction de la concentration C1 de l'alcool dans l'estomac au 
temps t, des

constantes k1 et k2, des volumes V1 et V2.
III-3 En déduire que C2= COV1/V2(l- e'k1t) -- k2t.

En buvant ses 2 bières à 8% notre homme absorbe 66cL et 0,9 mole d'alcool

III--4-a Déterminer l'instant, t,..., pour lequel la concentration en éthanol 
est
maximale dans le sang.

III-4-b Calculer cette concentration. Peut-il conduire ?

III--4-c Le tracé de la courbe C2 (t) a l'allure suivante :
. Cz©

tmax t
On remarquera que au delà de tmax la courbe peut s'apparenter à une droite. 
Quelle est la
pente de cette droite '? En déduire le temps au bout duquel notre homme pourra 
reprendre

sa voiture.

IV- Contrôle d'Alcoolémie

Environ '/2 heure après avoir été consommé, ! 'alcool parvient dans ! 'intestin 
grêle où il passe dans
le sang. Le coeur propulse le sang veineux vers les poumons pour qu'il s'y 
oxygène. Dans les
alvéoles pulmonaires, les échanges gazeux s 'effectuent : le sang se charge en 
dioxygène et se libère
du dioxyde de carbone ainsi que d'une partie de l'alcool. Ces vapeurs sont 
expirées dans l'air.
L'air alvéolaire est environ 21 00 fois moins concentré en alcool que le sang.

Dans les stations services ou en pharmacie, on peut acheter des alcootests 
jetables. Ils sont
constitués d'un sachet gonflable de capacité 1L et d'un tube en verre contenant 
des cristaux jaunes

de dichromate de potassium en milieu acide. Ceux-ci se colorent en vert au 
contact de l'alcool.
L'automobiliste souffle dans le ballon et fait passer l'air à travers le tube. 
Si la coloration verte

dépasse le trait témoin sur le tube, le seuil toléré des 0,5 g.L'1 est dépassé.

Données :

Potentiel standard:
Masse molaire: ..."

Numéro atomique : Cr Z=24 RT/F.Ln10 = 0,06 V

IV-1 Ecrire l'équation de la réaction responsable du changement de couleur
IV--2 Quelle est l'espèce oxydée '? Quelle est l'espèce réduite ?
IV-3 Calculer la constante d'équilibre de la réaction. Commenter. 
(démonstration non exigée).
IV-4
IV--4--a Déterminer le nombre de moles d'alcool expiré par litre d'air dans 
l'hypothèse
d'une alcoolémie de 0,5 g d'alcool par litre de sang.
lV--4-b En déduire la masse de dichromate de potassium devant être placée avant 
le trait
de jauge afin que celui-ci indique le seuil limite des 0,5g d'alcool par litre 
de
sang.

IV-5 A propos du chrome

IV-5-a Quels sont les nombres d'oxydation du chrome dans les espèces Cr2072' et 
Cr3+ ?

IV-5-b Proposer une configuration électronique pour le chrome. Combien 
possède--t-il
d'électrons de valence ?
IV-5-c Dans l'ion Cr2072", les deux atomes de chrome ont le même environnement

spatial et sont de plus reliés par l'intermédiaire d'un atome d'oxygène. On a 
donc
l'enchaînement « Cr-O--Cr ». Proposer une structure de Lewis pour l'ion Cr2072'

IV-5-d En utilisant la méthode V.S.E.P.R (ou théorie de Gillepsie), proposer une

géométrie pour chaque atome de chrome de l'ion Cr2072'. Représenter son

environnement dans l'espace.
FIN DE L'EPREUVE

Les schémas proposés ne sont pas à l'échelle

!../.

:.. //

.!

// //..

.!

/V,

!!!.

....

f //

CODE CANDIDAT

IV

.

.... .. . . . . .. . . . .
.. E...... . . . ü... . . . ...... . . . . ..
.. ... ...... .. . . .. . . . .. . . . . . . . . . . .
.. . . . , . .......v.æ.....äæ...........in...... ii.?ii . .. . . .... . .. . . 
.
.. ... . ...,... . ... . .4 :« ..... ...... . . . . .. .. . d... ...... . . .. 
.. . . . .
. ... . é... . . .... . . . . ET. . . . . .. . . ..... ,...... .. . ...:...

.. . .a .. . :..... . ..... ,-- . . . _... ..... . . æ .
. . . . ... . . . . \ . .... ....
. . .. . . .. .....L............... .. .. . . . .... ... ....

......

.. ..
.... ...
.. .... .

_ ...:...Ë

, ..........Î:.......................

FEUILLE ANNEXE A RENDRE AVEC LA COPIE

(N'oubliez pas d'inscrire votre code candidat en haut de la page)

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



Mines Physique et Chimie toutes filières 2006
Corrigé
Ce corrigé est proposé par Georges Rolland (Professeur agrégé) et Nicolas Agenet
(ENS Ulm) ; il a été relu par Emmanuel Bourgeois (ENS Lyon), Alexandre Hérault
(Professeur en CPGE), Jean-Julien Fleck (ENS Ulm) et Mickaël Profeta (Professeur
en CPGE).

Cette épreuve est constituée d'une partie de physique et d'une partie de chimie,
elles-mêmes subdivisées en exercices indépendants qui ont pour thème fédérateur 
la
voiture.
· Le sujet de physique se compose de deux problèmes indépendants (de même
que leurs sous-parties) et peuvent être abordés dans un ordre quelconque.
Le premier débute par l'étude d'un moteur thermique, tout d'abord d'un point
de vue très général, puis dans le cas d'une modélisation du cycle d'un moteur
à quatre temps. On étudie ainsi comment fonctionne une voiture. Le second
se focalise sur les problèmes de sécurité routière liés à la voiture. Il 
commence
par une partie de mécanique traitant des oscillations de la suspension d'une
voiture roulant sur une route déformée et notamment du danger (relatif) d'y
transporter des explosifs. Il se termine par la comparaison de deux types de
rétroviseurs (afin d'assurer une bonne visibilité) en faisant appel à des 
notions
d'optique géométrique.
La longueur de l'ensemble exige du candidat précision et rapidité dans les 
réponses pour pouvoir aborder un maximum de questions dans le temps imparti.
Très proche du cours, ce sujet regorge de questions classiques et peut 
constituer
une bonne révision des notions du programme de physique de première année
qui y sont abordées comme la thermodynamique, la mécanique, les diagrammes
de Bode et l'optique géométrique.
· La partie chimie s'articule en deux temps. Le sujet propose tout d'abord 
d'étudier la thermochimie de la combustion de l'octane et reprend l'exemple de 
la
chambre à combustion du moteur de la partie physique. Le reste de l'épreuve
est consacré à l'étude de la cinétique de métabolisation de l'alcool par le 
corps
humain et à sa détection. On mène une étude cinétique sur le passage de la
paroi stomacale, puis sur l'oxydation de l'éthanol. On applique ensuite ces 
résultats à l'exemple d'un consommateur d'alcool afin de déterminer quand il
peut conduire. Enfin, l'étude de l'alcootest est l'occasion d'utiliser des 
notions
d'oxydo-réduction.
Cette épreuve est assez classique et ne présente pas de difficultés 
particulières.
Les différentes parties sont indépendantes et de difficultés équivalentes. 
Néanmoins, la partie cinétique chimique peut se révéler un peu longue à traiter 
car
elle nécessite plus de calculs.

Indications
Physique I
B.5.a Utiliser la formule de Laplace.
B.5.c Le mélange comprend de l'essence, composé polyatomique.
B.6 Quel est le domaine de validité de l'équation d'état du gaz parfait ?
B.8.b Le rendement est ici le rapport du travail fourni par le gaz, sur 
l'énergie
calorifique dépensée.
C.1.a Utiliser le résultat de cours donnant la variation d'entropie du gaz 
parfait
lors d'une transformation quelconque entre deux états (T1 , V1 ) et (T2 , V2 ).
C.1.b Appliquer le deuxième principe au milieu extérieur, considéré comme un
thermostat.
Physique II
A.I.2.b Simplifier l'expression classique de l'énergie potentielle d'un ressort 
en utilisant la position d'équilibre.
A.I.2.c Dériver par rapport au temps le théorème de l'énergie cinétique pour 
établir
l'équation mécanique du mouvement (ou utiliser directement le théorème de
la puissance cinétique).
A.II.2 Quelle distance a parcourue la voiture au bout d'une période temporelle ?
B.II.3 Calculer à l'aide de la relation de conjugaison du miroir sphérique la 
position
du point A.
B.III.2 L'objet est très loin du miroir, où se situe approximativement son 
image ?
Chimie I
2 Appliquer la loi de Hess.
3 Utiliser la loi de Kirchhoff.
4.d La transformation est isobare et adiabatique, décomposer en une réaction
chimique puis un échauffement des produits. Calculer les variations 
d'enthalpies associées à ces deux processus.
Chimie II
I.2 Faire une hypothèse sur l'ordre de la réaction et vérifier la loi théorique
obtenue par régression linéaire.
I.4 Faire un bilan de matière sur l'alcool qui sort de l'estomac et celui qui 
entre
dans le sang.
II.2 Même remarque que pour la question I.2.
dC2
= 0.
dt
IV.1 Écrire la demi-équation électronique pour chacun des couples et équilibrer
le nombre d'électrons échangés.

III.4.a Lorsque la concentration est maximale, on a

IV.5.b Le chrome est une exception à la règle de Klechkowski.
IV.5.c Il y a délocalisation des charges négatives.

Physique
I. Étude d'un moteur à essence
A.

Quelques questions préliminaires sur les moteurs thermiques

A.1 Appliquons les deux principes de la thermodynamique à la machine thermique,
système fermé décrivant un cycle monotherme. Elle reçoit un travail W, et un 
transfert thermique Q d'une unique source de chaleur de température T.
Source
de
chaleur

T

Q

W
Machine

U et S étant des fonctions d'état, leurs variations ne dépendent pas du chemin 
suivi
et sont nulles sur un cycle :

 U = 0 = W + Q
 S = 0 = Q + Scréée
T
L'expression Q/T de l'entropie d'échange découle du fait que la température est
constante tout au long de l'échange, la source de chaleur étant un thermostat.
Or l'entropie créée est positive, ainsi que T, donc Q 6 0. Par suite, W > 0 : 
la machine
ne peut que recevoir du travail. Ce résultat peut s'énoncer sous la forme 
historique
du second principe due à Lord Kelvin :
Il n'existe pas de cycle monotherme moteur.
A.2.a Le diagramme précédent devient pour une machine ditherme :
Source
chaude

T1
Q1
Q2

Source
froide

T2

W
Machine

Le rendement du moteur est défini par
ce que l'on veut
-W
=
=
ce que cela coûte
Q1
En effet, on cherche à ce que la machine fournisse du travail, en utilisant 
l'énergie
tirée de la source chaude.
L'énergie thermique rejetée vers la source froide est perdue et ne rentre pas
dans la définition du rendement.

Le rendement est maximal si le cycle est réversible (la preuve en est donnée à 
la
question A.3.b). Alors, comme T1 et T2 sont constantes, le deuxième principe 
s'écrit
pour un cycle de la machine
S = 0 =

d'où

Q2 = -

Q1
Q2
+
T1
T2
T2
Q1
T1

Le premier principe donne

T2
U = 0 = W + Q1 + Q2 = W + Q1 1 -
T1

soit

=-

T2
W
= 1-
Q1
T1

A.2.b Dans le cas précédent,  est positif (car T1 > T2 ), ainsi que -W (sinon le
cycle n'est pas moteur). Donc Q1 est positif et Q2 négatif : le transfert 
thermique
s'effectue de la source chaude vers la source froide.
A.3.a La variation de l'entropie, fonction d'état, vérifie au cours d'un cycle 
de la
la machine non réversible, avec Scréée > 0,
S = 0 =

d'où

Q2
Q1
+
+ Scréée
T1
T2

Scréée = -

Q1
Q2
-
>0
T1
T2

A.3.b D'après la question précédente,
Q2 = -

T2
Q1 - T2 Scréée
T1

Le premier principe fournit

T2
T2 Scréée
U = 0 = W + Q1 + Q2 = W + Q1 1 -
-
T1
Q1

Finalement

=-

W
T2
T2 Scréée
=1-
-
Q1
T1
Q1

Comme Q1 , T2 et Scréée sont positifs, le rendement d'un moteur n'est maximal 
que
dans le cas d'un cycle réversible.