Mines Maths toutes filières 2005

Thème de l'épreuve Applications linéaires en dimension 3. Étude de fonctions.
Principaux outils utilisés équations de plans, calcul matriciel, changement de base, projecteurs, suites récurrentes linéaires, études de fonctions, suites un+1=f(un), courbes paramétrées, fonctions définies par une intégrale, équations différentielles

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
           

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


CONCOURS COMMUN 2005
DES ECOLES DES MINES D'ALBI, ALES, DOUAI, NANTES

Épreuve de Mathématiques
(toutes filières)

Jeudi 19 mai 2005 ,de 14h00 à 18h00

Instructions générales:

Les candidats doivent vérifier que le sujet comprend 4 pages numérotées 1 / 4, 
2/4, 3/4, 4/4.
Les candidats sont invités à porter une attention particulière a la rédaction : 
les copies illisibles ou

mal présentées seront pénalisées.
Les candidats colleront sur leur première feuille de composition l'étiquette à 
code à barres correspon--

dante.

L'emploi d'une calculatrice est interdit

PROBLÈME D'ALGÈBRE ET DE GÉOMÉTRIE

Les quatre parties A, B, C, D de ce problème Sont totalement indépendantes 
entre elles.

Dans tout ce problème, on se place dans l'espace usuel muni d'un repère 
orthonormé direct
--.--> --.> --+

R = (O, 2 , j , k ) . On note 5 l'ensemble des points de l'espace et E 
l'ensemble des vecteurs de

l'espace. Les difïérentes coordonnées et équations qui apparaissent dans 
l'énoncé sont relatives au
repère R.

Si Î = x? + y? + zÎ, on pourra aussi noter Î : (a:, y, z) .

Si (1,5 et 5 sont trois réels fixés et si "17, Î' et W sont trois vecteurs 
fixés de E, on note f
l'application linéaire de E dans E définie pour tout vecteur ?? de E par

f(Î) =a(Î-Î)î+fiÎ+6Î/\W

A - Etude de l'intersection de deux plans mobiles et d'un plan fixe
--> Z] = 2
k 50 = 1

Q le plan d'équation y + z = 0 et enfin, pour tout réel m, P... est le plan 
d'équation a: + my -- mz : 1.

On note D' la droite passant par O dirigée par E' = 7 + 7 + 7

, D la droite d'équations {

A -- 1) Donner un vecteur normal 7--73"... de P... ainsi qu'un point et un 
vecteur directeur de D.

Vérifier que tous les plans P... contiennent la droite D.

A - 2) Calculer 7""...' : fi...' /\ ?. En déduire que D' n'est pas orthogonale 
à P.... On appelle alors R...
l'unique plan contenant D' et perpendiculaire à P.... Obtenir une équation 
cartésienne de R....

A - 3) Déterminer, pour tout réel m, les coordonnées dans R de I... point 
d'intersection des plans

P..., Q et R....
A - 4) On note (S) d'équation 5132 + y2 + z2 = a: et O le point de Q de 
coordonnées (%, 0, 0) .

Préciser la nature géométrique de (S) ainsi que les éléments géométriques qui 
le caractérisent.

A - 5) Vérifier que [... appartient a (S) puis que I... appartient a un cercle 
dont on donnera le centre
et le rayon.

A - 6) Déterminer l'ensemble F des points M de EUR par lesquels passe un et un 
seul plan P....

Quelle est la réunion des plans P... lorsque m décrit IR?

B - Etude d'un exemple d'application f
Dans cette partie B, onprend Î=Î=Î+?+Î, W= Î+Î--5Î, a=3,fi= ----3 etô= 1.

B - 1) Vérifier que f (oe, y, z) = (4y + 22, d, 6) où l'on exprimera d et e en 
fonction de a:, y et 2.
B - 2) Déterminer une base et la dimension du noyau de f. f est-il un 
automorphisme de E ?
B - 3) Enoncer complètement le théorème du rang. Obtenir le rang de f.

B -- 4) Montrer, dans le cas général, que si 4,0 est une application linéaire 
définie sur le lR-espace
vectoriel G où G est engendré par les vecteurs 'êf, EUR2' et êä', alors l'image 
de 90 est le IR--espace
vectoriel engendré par les vecteurs go (ëî) ,g0 ('ê'2') et cp ( ë'ä') .

B - 5) Déterminer une base de l'image de f.

B - 6) Montrer que B' = (f (f (?)) ,f (7) ,?) est une base de E.

Obtenir ensuite la matrice A' de f dans B' .

B - 7) Sachant que la matrice de passage P de la base B' a la base B = (Ï, ?, 
?) est l'une des

deux matrices suivantes :

1601 0--21

1
P1= --8 2 0 ;P2=3--2 0 8 4
16 4 0 32 32 --16

préciser, en argumentant votre choix, laquelle est P.
Donner le lien matriciel reliant A = M 3 (f) a A' = M B' (f) .

C - Etude d'un deuxième exemple

Dans cette partie C, on prend ÎL" = "v" = ?+ ?+ Î,a : --3,fi = 5 et 6 = O.
2 --3 --3
On admet qu' alors M = ----3 2 --3 est la matrice de f dans la base B = (7, ?, 
Î) .
--3 ----3 2
1 0 0
On rappelle que, par convention, on note M 0 = 0 1 0 = 13.
' 0 0 1

C - 1) Prouver, par récurrence sur n, que pour tout entier naturel n, on peut 
trouver deux réels
(qu'on notera an et bn) tels que

an bn bn
M " = bn an bn
bn bn an

On obtiendra ainsi les relations définissant an+1 et bn+1 en fonction de an et 
de bn.
C - 2) En utilisant les relations précédemment trouvées, vérifier que Vn E ]N, 
bn+2 -- bn+1 -- 20bn = O.

C - 3) En déduire la valeur de bn puis celle de an en fonction de n.

C - 4) Vérifier que M 2 est combinaison linéaire de M et de la matrice 13.

En déduire que M est inversible et expliciter les coefficients de la matrice M 
"1.

D -- Etude d'un troisième cas
Dans cette partie D, on prend fi = 6 = 0. On renomme alors g l'application f de 
l'introduction, soit

VÎEE,g(Y) =oz(Î-Î)Î
où Î' et "17' sont deux vecteurs non nuls fixés de E et où oz est un réel non 
nul.

D - 1) Vérifier que si oz (Î- î?)-- -- 1, alors 9 est un projecteur.

Démontrer ensuite que si g est un projecteur, alors 04 (Î ?) = 1.

D-2) Onsupposequea(Î-Î)=1.OnnoteF1={ÎEE/îî Y= 0}etF2= {Àv /ÀGIR}.
Vérifier que F1 et F2 sont supplémentaires dans E (l'écriture ? = ("515> ---- g 
(?)) + g (Îc') pourra
être utile).

Sur quel espace vectoriel parallèlement à quel autre g est--elle alors la 
projection ?

D - 3) A l'aide des deux questions précédentes, trouver la matrice H B dans la 
base B = (7, ?, ?)

de la projection p sur P {Y = (a:,y, 2) EUR E/oe + y + z = 0} parallèlement à 
la droite D

--+> --> --.+
@

engendrée par _] + k -- 5

PROBLÈME D' ANALYSE

ln (a:)

A - Etude de la fonction ]" telle que f (w) = 0 si a: = 0 et f (a:) = sinon

A - 1) Obtenir l'ensemble de définition D de f.
- 2) f est-elle dérivable en 0 ?
A - 3) Justifier que f est de classe C1 sur [0 ;1[.

A - 4) Dresser le tableau de variations de f.

On y fera apparaître les différentes limites et la valeur de f (8) .

Un
ln (vn)

B - Etude de la suite ?) telle que vo = 3 et Vn EUR IN, vn+1 =

B - 1) Montrer que Vn E ]N, on > e.

B -- 2) Justifier que la suite @ converge et déterminer sa limite.

1

B- 3) MontrerqueVæ>e, 0 1000, déterminer un entier n1 a partir duquel Un est 
une valeur approchée
de e a 10"12 près.

:c2 -- 1
æln(oe)

C - Etude de la fonction g telle que 9 (513) =

C 1) On admet ue sur D\ {0} '(g;) ---- _L°Ïî_h(oe) avec h(æ) --ln(æ)+ 1 --æ2
q , ,g --æ2ln2(æ) _ 1+æ2'

Etudier les variations de g.

C - 2) Déterminer la limite de g en 1.

C - 3) Déterminer la position relative de la courbe représentative de g par 
rapport a celle de f.
Déterminer l'aire du domaine plan délimité par les courbes représentatives de 
f_ et de 9 ainsi que

par les droites d'équation cc : 2 et a: = e.

D - Tracé d'une courbe paramétrée

On considère (P) la courbe donnée par le paramétrage{ ÊZË3 Î 58; pour t 
décrivant D\ {O} .

D - 1) Déterminer les asymptotes de (F) ainsi que la position relative de (I') 
par rapport à celles--ci.

D - 2) Tracer la courbe (F) en précisant la tangente au point de paramètre t = 
e.

E - Solutions d'une équation différentielle
On note (El) lequat1on différentielle ----a: 2' (a:) + 5132 (ac) : z2 (a:).

On recherche les fonctions z solutions de (El) sur K = ]1 ;+oo[ et qui ne 
s'annulent pas sur K.

1
E - 1) On pose y : --Z--. Vérifier que y est solution sur K d'une équation 
différentielle linéaire du

premier ordre (Eg) .

ln aa:
E - 2) Résoudre (Eg) sur K. On vérifiera ensuite que ces solutions sont de la 
forme ga : oe +-----> (a: ) .
:1:
Vérifier que, pour a > 1, ga ne s'annule pas sur K. On a donc ainsi z (oe) : ln 
(art)
33
E - 3) Pour (1 > 0, on note (Ca) la courbe représentative de la fonction fa : 
oe t-----+ ln (aoe).

Montrer que (Ca) est l'image de (Cl) par une homothétie de centre 0 dont on 
précisera le rapport.

F - Etude d'une fonction définie à l'aide d'une intégrale

On pose H(æ) : -î--/æf(t) dt.
0

F - 1) Déterminer l'ensemble de définition J de H.

F - 2) Etudier la limite de H en 0.
F -- 3) Justifier qu'il existe un réel @ dans ]0 ; 1] tel que

VoeEUR[a;1[,â--(æ--1)Sin(oe)£%(oe--l)

En déduire la limite de H à gauche en 1.

FIN DU SUJET

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



Mines Maths toutes filières 2005 -- Corrigé
Ce corrigé est proposé par Thomas Chomette (Professeur en CPGE) ; il a été relu
par Céline Chevalier (ENS Cachan) et Thomas Vidick (ENS Ulm).

L'épreuve est composée de deux problèmes, l'un d'algèbre et de géométrie, 
l'autre
d'analyse. Peu de questions présentent de grosses difficultés. Cependant, le 
sujet est
très long, et les thèmes abordés extrêmement divers. Il convient pour réussir 
cette
épreuve de bien connaître l'ensemble du cours de première année.
Le problème d'algèbre et de géométrie est constitué de quatre parties 
indépendantes entre elles.
· La première partie étudie les intersections d'un plan fixe avec deux autres 
plans,
dépendant d'un paramètre réel. On y décrit le lieu des intersections.
· Les trois autres parties sont consacrées à l'étude d'exemples d'endomorphismes
de l'espace euclidien E de dimension 3, du type :

 E - E
f: -
 -
-

-
 
-

X 7- ( X · -
u )
v + X + X -
w
La deuxième et la troisième partie étudient deux exemples explicites, et sont
l'occasion de problèmes de changement de base et de calcul matriciel.
La dernière partie, plus théorique, traite du cas  =  = 0. On y détermine

une condition sur , -
u et -
v pour que l'application soit un projecteur, dont on
cherche alors les éléments caractéristiques.

Le problème d'analyse est constitué de six parties qui, si elles ne sont pas 
totalement indépendantes, traitent tout de même de sujets largement séparés.
· La première est consacrée à l'étude de la régularité et des variations de la
fonction f définie par f (x) = x/ ln(x), prolongée en 0 par la valeur 0.
· Dans la deuxième, on étudie la suite définie par la relation vn+1 = f (vn ),
avec v0 = 3. On montre qu'elle converge vers e, puis on étudie la vitesse
de convergence.
x2 - 1
· La troisième partie étudie la fonction g : x 7-
, ainsi que la position
x ln(x)
relative de sa courbe par rapport à celle de f . Cette partie se termine par
un calcul d'intégrale.
· Dans la quatrième partie, on construit la courbe paramétrée par
(
x(t) = f (t)
y(t) = g(t)
après avoir précisé ses asymptotes et sa position par rapport à celles-ci.
· Dans la cinquième partie, on cherche les solutions positives sur ] 1 ; + [
de l'équation différentielle -x2 z  + xz = z 2 . On se ramène à une équation
différentielle linéaire grâce au changement de fonction inconnue y = 1/z.
Z
1 x
· La dernière partie, enfin, étudie la fonction H : x 7-
f (t)dt. On s'intéresse
x 0
à son domaine de définition et à ses limites aux bornes.

Indications
Problème d'algèbre et de géométrie
A.2 Chercher un point et deux vecteurs directeurs de Rm non colinéaires.
A.5 Se rappeler que les points Im sont tous sur un plan fixe.
A.6 Étant donné M(x, y, z), chercher les valeurs de m telles que M  Pm .
La réunion des plans Pm est l'union des points qui appartiennent à un seul Pm
et de ceux qui appartiennent à plusieurs Pm .
B.5 Utiliser la question précédente pour obtenir une famille génératrice.
B.7 Mettre en évidence la matrice de passage de B à B .
C.2 Exprimer bn+2 - bn+1 en fonction de an+1 et bn+1 , puis de an et bn .
C.4 Écrire la matrice M2 .

-
D.1 Calculer g  g( X ).
D.2 Déterminer Ker g et Im g.
D.3 Commencer par déterminer la projection sur D parallèlement à P.

Problème d'analyse
A.3 Dériver f et calculer la limite de f  en 0.
B.2 Montrer que v est décroissante.
B.3 Utiliser les variations de la fonction x 7- x(1 - x).
B.5 Raisonner par récurrence en utilisant la question précédente.
C.1 Étudier les variations de la fonction h pour déterminer son signe.
1
une dérivée logarithmique.
C.3 Reconnaître en
x ln(x)
D.1 En +, calculer lim y(t)/x(t).
t+

D.2 Représenter les éléments caractéristiques de la courbe (asymptotes et 
tangente
verticale), puis utiliser les variations conjointes de f et g pour la tracer.
E.3 Considérer l'image du point de coordonnées (x, fa (x)) par une homothétie
de centre O.
F.2 Reconnaître un taux de variations.
ln(x)
F.3 Calculer lim
.
x1 x - 1
Z x
Pour la limite de H, encadrer
f (t) dt.
a

Problème d'algèbre et de géométrie
A. Étude de l'intersection de deux
plans mobiles et d'un plan fixe
A.1 Soit m  R. Pm ayant pour équation cartésienne x + my - mz = 1, un vecteur
normal à Pm est
-
n
m = (1, m, -m)
Grâce aux équations de D, on trouve pour y = z = 0, le point A de coordonnées
(1, 0, 0), et pour y = z = 1 le point B de coordonnées (1, 1, 1). On en déduit 
que
-
le vecteur AB = (0, 1, 1) est un vecteur directeur de D.
D passe par A(1, 0, 0), et est dirigée par le vecteur (0, 1, 1).
Soit M  D. Les coordonnées (x, y, z) de M vérifient alors y = z et x = 1.
D'où x + my - mz = 1 + m(y - z) = 1, c'est-à-dire M  Pm . On a alors montré que
m  R

D  Pm

A.2 Soit m  R. D'après la question précédente, on a -
n
m = (1, m, -m). En outre,

-
a = (1, 1, 1), donc, en effectuant le produit vectoriel, on a :
-
- -

r
m = nm  a = (2m, -1 - m, 1 - m)
-

En particulier, le vecteur -
r
m n'est jamais nul : si m = 0, alors rm est le vecteur
(0, -1, 1), et si m 6= 0, alors la première composante 2m est non nulle.
-

-
Or le fait que le produit vectoriel -
n
m  a est non nul signifie notamment que a
-

-

-
n'est pas colinéaire à nm . Enfin nm est un vecteur normal au plan Pm et a est 
un
vecteur directeur de la droite D , d'où l'on déduit que
D n'est pas orthogonale à Pm .
Pour déterminer le plan Rm , il suffit d'avoir un point et deux vecteurs 
directeurs

non colinéaires. Ici Rm contient D , donc l'origine O, et -
a est un vecteur directeur
-

de Rm . De plus Rm est perpendiculaire à Pm , donc nm est un vecteur directeur
- -

de Rm . Le produit vectoriel -
r
m = nm  a est alors un vecteur normal à Rm .
Puisqu'on connaît un point et un vecteur normal, on obtient aisément l'équation
cartésienne de Rm . Un point M de coordonnées (x, y, z) est dans Rm si et 
seulement
-- 
si OM · -
r = 0, ce qui analytiquement s'exprime par la condition :
m

Rm : 2mx - (1 + m)y + (1 - m)z = 0

Dans la question précédente, on aurait pu prendre n'importe quel multiple
de (1, m, -m) comme vecteur normal de Pm . Le vecteur -
r
m aurait lui aussi
été multiplié par une constante, mais sa direction n'aurait pas été modifiée,
et l'on aurait naturellement trouvé le même plan Rm .

A.3 Soit m  R. Les coordonnées (x, y, z) du point Im vérifient les équations des
trois plans Pm , Q et Rm , soit le système :

x + my - mz = 1

y+z = 0

2mx - (1 + m)y + (1 - m)z = 0

On utilise l'équation y + z = 0 pour éliminer les termes en z dans les autres.
On obtient les systèmes :

1

x=

1
+
2m2

y+z = 0
z = -y

m
x + 2my = 1  (1 + 2m2 )x = 1
 y =

1
+
2m2

2mx - 2y = 0
y = mx

z = - m
1 + 2m2
Ainsi,

Im est le point de coordonnées

1
m
m
,
,-
.
1 + 2m2 1 + 2m2
1 + 2m2

A.4 On reconnaît l'équation d'une sphère (éventuellement vide). Pour déterminer
ses éléments caractéristiques, on met l'équation sous forme canonique. 
L'équation
de (S) devient x2 - x + y 2 + z 2 = 0, soit
2
 2

1
1
1
2
2
x-
+y +z = =
2
4
2
(S) est la sphère de centre (1/2, 0, 0) et de rayon 1/2.
A.5 Soit m  R. Il suffit de remplacer x, y et z par les coordonnées de Im
dans l'équation de (S). Ce qui s'écrit :

2 
2 
2
1
m
-m
1
+
+
=
1 + 2m2
1 + 2m2
1 + 2m2
1 + 2m2
donc

Im  (S)

Mais l'on sait aussi que Im est sur un plan fixe (qui ne dépend pas de m),
en l'occurrence le plan Q d'équation y + z = 0. Ainsi Im est situé sur le cercle
formé par l'intersection du plan Q et de la sphère (S). Comme le centre  de la
sphère (S) est situé sur le plan Q,  est aussi le centre du cercle obtenu, dont
le rayon est toujours 1/2.
Le cercle recherché est de centre  et de rayon 1/2,
c'est l'intersection de la sphère (S) et du plan Q.

Plus généralement, le centre du cercle obtenu par intersection d'une sphère
et d'un plan est le projeté orthogonal du centre de la sphère sur ledit plan.
On obtient ensuite le rayon du cercle par le théorème de Pythagore !