Mines Maths toutes filières 2002

Thème de l'épreuve Étude de fonctions définies sur R. Étude d'applications affines dans un espace affine euclidien de dimension 3.
Principaux outils utilisés suites numériques, fonction réelle d'une variable réelle, équation différentielle, espaces vectoriels et applications linéaires
Mots clefs équations différentielles, applications affines

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
           

Rapport du jury

(PDF non trouvé ! |/net/www/doc-solus.fr/www//prepa/sci/adc/pdf/rapports.pdf/2002/SUP_MATHS_MINES_TOUS_2002.rapport.pdf|)

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


CONCOURS COMMUN SUP 2002
DES ÉCOLES DES MINES D'ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES

Épreuve de Mathématiques

(toutes filières)
Mardi 21 mai 2002 de 14th à 18hQO

instructions générales :
Les candidats :
. doivent vérifier que le sujet comprend 4 pages numérotées 1/4, 2/4, 3/4 et 
4/4,

. sont invités à porter une attention particulière à la rédaction : les copies 
illisibles ou mal présentées
seront pénalisées,

. colleront sur leur première feuille de composition l'étiquette à code à 
barres correspondante.

Épreuve de Mathématiques (toutes filières) Page 1/4

CONCOURS COMMUN SUP 2002 DES ÉCOLES DES MINES D'ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES

Problème d'Analyse

Arctan(t)

1. Soit f l'application de R dans IR définie par : f (0) = 1 et Vt # 0, f (t) a 
t
1.1 Montrer que f est continue sur ]R et paire.

1.2 Donner le développement limité à l'ordre 1 de f(t} au voisinage de 0. En 
déduire que f est

dérivable en 0, et donner f(0).
1.3 Justifier que f est dérivable sur R, et calculer f'(t), pourt EUR R'".

w2

1 ,

t
1.4 A l'aide d'une intégration par parties, montrer que : Vt EUR R*, /
0

En déduire le sens de variation de f.
1.5 Tracer la courbe représentative de f dans un repère orthonormé ( unité : 2 
cm).

( On ne demande pas l'étude des points d'infleæion}

2. Soit çb l'application de R dans R définie par : d)(0) : 1 et Va: % O, qä(x) 
: %] f(t)dt.
0

2.1 Montrer que 45 est continue sur ]R et paire.

2.2 Montrer que : V:}: EUR R, f (sc) _<_ d>(æ) _<_ 1. ( on pourra commencer par 
supposer a: > 0 )

2.3 Montrer que : Va: EUR R'", df(x) : â(f(æ) --- <}5(æ))

Montrer que çà est dérivable en 0, avec q5'(0) : 0. Donner les variations de qb.

x--++oo a: x-->+oo

2.4 Montrer que : lim 1/ f{t)dt : 0. En déduire que lim " cp(æ) "S le).

2.6 Soit go EUR £(E). On suppose qu'il existe une base orthonormée de E dans 
laquelle la matrice

de go est diagonale, à éléments diagonauæ strictement inférieurs à 1 en valeur 
absolue.

Montrer que 90 EUR 8.

Épreuve de Mathématiques (toutes filières) Page 3/4

CONCOURS COMMUN SUP 2002 DES ÉCOLES DES MINES D'ALBI, ALES, DOUAI, NANTES

3 1 ---1
3. Soit u l 'endomorphisme de E dont la matrice relativement à B est M = EUR 1 
3 1
----1 1 1
310 d'fi 't ' 1(e e e) e' 1(e1+e2)etel-- 1(e1 e2+2e3)
. TLZ .' EUR = _ --- ---- , :: --- __ ...--_. .... .
Vérifier que (el, e'2,eg) est une base orthonormée B, de E.
3.2 Déterminer la matrice de n dans la base B,. En déduire que M EUR 8 .
1 ----1 0
4. Soit (pa l 'endomorphisme de E dont la matrice relativement à B est Ma = a 0 
1 1
1 0 ----1
. , 1
On se propose de prouver que 900 EUR 5 Si et seulement sz la|< -2--.

Soit 113 : x1e1 + @@ + x3e3 un vecteur de E de norme 1.

4.1 Montrer que : |] +oo

5.4.2 Soient (mn), (yu) et (en) les suites réelles définies par : a:... yo et 
zo sont des réels, et :
OEn+1 = z$n "" zyn + 1
v N ... 1 .1_ .1_
"' EUR ; yn+l ""' 41171 + 4211, + 2 --
zn+1 == %:L'n --- zZn + 1

Montrer que (mn), (yn) et (Zn) sont convergentes, et préciser leurs limites 
respectives.

Épreuve de Mathématiques (toutes filières) Page 4/4

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



Mines Maths toutes filières 2002 -- Corrigé
Ce corrigé est proposé par Jean Starynkévitch (ENS Cachan) ; il a été relu par
Aurélien Alvarez (ENS Lyon) et Walter Appel (professeur en CPGE).

Ce sujet est composé de deux problèmes indépendants.
· Le premier problème s'intéresse à deux fonctions d'une variable réelle, ainsi
qu'à la résolution d'une équation différentielle ; on y aborde également une 
suite
récurrente. C'est un bon entraînement pour les candidats à ce concours ; c'est
aussi un bon moyen de vérifier ses connaissances pour les candidats souhaitant
poursuivre en Spé.
· Le second problème étudie un type particulier d'endomorphismes dans un espace 
euclidien de dimension 3, ainsi qu'une suite de points de cet espace vérifiant
une relation de récurrence. Ce problème fait le choix inhabituel de proposer une
étude sur les espaces euclidiens, chapitre qui est souvent traité en fin de 
première
année. Il faut en retenir que chaque chapitre du programme est susceptible de
donner matière à un problème de concours.
Il est notable que les deux problèmes tournent, de deux manières différentes,
autour de la notion de point fixe (x est un point fixe de f si f (x) = x). Un 
théorème
(théorème du point fixe de Banach) permettrait de conclure dans les deux 
situations ;
voici l'un de ses énoncés (ici adapté aux connaissances de Sup, mais vrai dans 
des
cas bien plus généraux) :
Soient E un espace euclidien et f une application de E dans E
telle qu'il existe k < 1 vérifiant :
(x, y)  E × E

kf (x) - f (y)k 6 kkx - yk

Alors f admet un unique point fixe x
e. De plus, ce point fixe est
limite de toute suite de points (xn )nN vérifiant la relation de
récurrence xn+1 = f (xn ).

Indications

Problème d'analyse
1.2 Effectuer un développement limité de Arctan t à l'ordre 2 ; pour cela, 
faire un
développement limité à l'ordre 1 de la fonction dérivée de Arctan .
1.4 Poser u (x) =

-2x
1
et v(x) = - x.
(1 + x2 )2
2

2.1 Effectuer le changement de variable u = -t dans l'intégrale. Utiliser les 
développements limités pour la fin de la question.
2.2 Pour x > 0, intégrer l'inégalité f (x) 6 f (t) pour t  [ 0 ; x ] ; terminer 
en
raisonnant sur la parité des fonctions.
2.3 Montrer que  (x) admet une limite lorsque x tend vers 0 à l'aide d'un 
développement limité.
2.4 Remarquer que f (t) 6

1
.
2t

3.1 Développer l'inégalité (1 - t)2 > 0.
3.2 Utiliser la parité de .
3.3 Montrer que  : x 7- x - (x) est strictement décroissante, et étudier les
signes de (0) et (1).
4.1 Lire la question 4.2 pour trouver une solution particulière de l'équation 
avec
second membre.
4.2 Étudier la continuité en 0 d'une éventuelle solution de l'équation sur R.

Problème d'algèbre
2.4 Traduire x  Ker ( - Id E ) par x = (x).
2.6 En posant k = max |di |, montrer que si kxk = 1, alors k(x)k2 6 k 2 .
16i63

3.1 Il faut calculer tous les produits scalaires.
5.2 Utiliser la queston 2.4.
---
5.4.1 Montrer que la suite de terme général kMn k est positive et décroissante 
; puis
montrer que sa limite ne peut être que 0.
5.4.1 Poser Mn = (xn , yn , zn ) et montrer que la suite Mn vérifie Mn+1 = f 
(Mn ),
où f est une application affine dont l'application linéaire associée est  pour
un certain  bien choisi.

Problème d'analyse
1.1 Puisque la fonction Arctan est continue sur R et que la fonction identité 
est
continue et ne s'annule pas sur R, le quotient des deux, c'est-à-dire f , est 
continu
sur R . Pour montrer que f est continue sur R, il reste à montrer qu'elle est 
continue
en 0. Mais on a :
Arctan t - Arctan 0
t 6= 0
f (t) =
t-0
et donc

lim f (t) = Arctan (0) = 1

t0
t6=0

Or, on a justement f (0) = 1 ; ainsi f est continue en 0 également.
f est continue sur R.
Pour t non nul, on a, la fonction Arctan étant impaire,
f (-t) =
donc

Arctan (-t)
- Arctan t
Arctan t
=
=
= f (t)
-t
-t
t
f est paire.

De manière générale, le produit de deux fonctions impaires est toujours une
fonction paire.
1.2 Pour obtenir un développement limité de f à l'ordre 1 en 0, il faut un 
développement limité de Arctan à l'ordre 2. Nous proposons deux méthodes pour 
obtenir ce
développement.
· Première méthode : comme Arctan est de classe C 2 , la formule de TaylorYoung 
dit que Arctan (t) admet un développement limité à l'ordre 2 au voisinage
de 0. Comme Arctan est une fonction impaire, par unicité du développement
limité de Arctan (t) = - Arctan (-t), ce développement est lui-même impair,
et donc

Arctan (t) = t Arctan (0) + o t2 = t + o t2
Ainsi, en divisant cette égalité par t, il vient

f (t) = 1 + o (t)
· Deuxième méthode : la dérivée de Arctan est la fonction x 7-
admet un développement à l'ordre 2 :

1
, qui
1 + x2

1
= 1 - x2 + o x2 = 1 + o (x)
2
1+x

Compte tenu du fait que Arctan (0) = 0, l'intégration de ce développement
limité donne

Arctan t = t + o t2
On conclut alors de la même manière qu'avec la première méthode.

Comme f admet un développement limité à l'ordre 1 en 0,
f est dérivable en 0.
et f  (0) est donné par le coefficient du développement devant t. On a donc :
f  (0) = 0
On a équivalence entre le fait que f admet un développement limité à
l'ordre 1 en a, et le fait que f est dérivable en a.
La formule de Taylor-Young fournit, pour une fonction dérivable n fois
en a, un développement limité à l'ordre n. Cependant, une fonction peut très
bien admettre un développement limité à l'ordre n sans être seulement deux
fois dérivable en 0, ou même sans avoir une dérivée continue en 0 ; c'est par
exemple le cas de la fonction x 7- xn+1 sin (1/xn ) : cette fonction est en
effet au voisinage de 0 un o (xn ) (le sinus est majoré par 1), et sa dérivée
n'est pas continue en 0.
1.3 f est dérivable sur R comme quotient de deux fonctions dérivables sur R, le
dénominateur ne s'annulant pas ; comme on a vu que f était dérivable en 0,
f est dérivable sur R.
et, pour t 6= 0, on a

f  (t) =

soit

t 6= 0

Arctan (t) × t - Arctan (t) × 1
t2
f  (t) =

1
Arctan t
-
2
t (1 + t )
t2

1
, de sorte que u est une fonction de classe C 1 sur R et que
1 + x2
1
-2x
. Posons également v(x) = - x. Alors, pour t dans R,
u (x) =
2
2
(1 + x )
2
Z t
Z t
w2
dw =
u (w) v(w) dw
2 2
0 (1 + w )
0
Z t
t
= [u(w) v(w)]0 -
u(w)v  (w) dw
0

 Z t
1 t
1 dw
= -
-0 -
-
2 1 + t2
2 1 + w2
0

Z t
2
w
1
t
dw = -
- Arctan t
2 )2
(1
+
w
2
1
+
t2
0
1.4 Posons u(x) =

soit

Z

0

t

w2
1
dw = - t2 f  (t)
2
2
(1 + w )
2

w2
est positive sur [ 0 ; t ],
(1 + w2 )2
1
il en est de même de son intégrale sur [ 0 ; t ], c'est-à-dire de - t2 f  (t). 
Donc f  (t)
2
est négatif, ceci pour tout t > 0 ; on en conclut que f est décroissante sur R+ 
.
Ainsi, pour t > 0, comme la fonction w 7-