e3a Maths 2 PSI 2016

Thème de l'épreuve Étude d'une fonction définie par une intégrale
Principaux outils utilisés nombres complexes, polynômes, intégrales à paramètre, développement en série entière

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
           

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
     

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


121

CONCOURS ARTS ET MÉTIERS ParisTech - ESTP - POLYTECH
Épreuve de Mathématiques 2 PSI
Durée 3 h
Si, au cours de l'épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur 
d'énoncé,
d'une part il le signale au chef de salle, d'autre part il le signale sur sa 
copie et poursuit sa
composition en indiquant les raisons des initiatives qu'il est amené à prendre.

L'usage de

L'usage de calculatrices est interdit.

AVERTISSEMENT

La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité de la rédaction, la 
clarté et la
précision des raisonnements entreront pour une part importante dans
l'appréciation des copies. En particulier, les résultats non justifiés ne 
seront pas pris
en compte. Les candidats sont invités à encadrer les résultats de leurs calculs.

Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d'y mettre un signe 
quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Tournez la page S.V.P.

n
  [0, 2[

u=1+

Pn

i

C[X]
Pn (X) =
n=1

1 
(X + i)2n+1 - (X - i)2n+1
2i

n=2
P1

P1  R2 [X]

P2
P2  R4 [X]

R[X]

Pn  C2n [X]
N  N

N

Pn (i)
Pn
aC

Pn   k  1, 2n , a

a

2ik/(2n+1)

-1 =i

2ik/(2n+1)

Pn
Pn

Qn

n

Pn (X) = Qn (X 2 )
Qn
Q1

Q2
Qn

Sn =

n

k=1

Pn

1
tan2

k
2n + 1

Sn =

n(2n - 1)
3

 x  0,
, 0  sin(x)  x  tan(x)
2
 
1
1
1
,
 2 1+
 x  0,
2
x
tan2 (x)
tan2 (x)
1
k2

+

1
k2

k=1

+1

H(x) =

xR

1 x

t ln(t)
t
t-1

0

Js =

s > -1

1

ts ln(t) t
0

H
DH = ] - 1, +[

H
H

DH
>0

t (ln(t))2
1-t

t 

[0, 1]
C1

H

DH

H
(xn )

+

lim H(xn )

n+

lim H(x)

x+

 x > -1, H(x) - H(x + 1) =
H(x)

x

1
(x + 1)2

-1

x > -1

k1

1
(x + k)2
H(x) =

n

n

k=1

H(x) =

+

k=1

H(0)

1
+ H(x + n)
(x + k)2

1
(x + k)2

H(1)

x > -1

k
1

(x + k + 1)2

H(x)
n

n=0

k+1
k

1
t

2
(x + t)
(x + k)2

+

x

un = H(n)

un
(-1)n un
n0

+

(-1)n un =

1
0

n0

ln(v)
v
v2 - 1

1
H -
2

Tournez la page S.V.P.

H

k2

Zk =

+

1
k
p
p=1

(p, q)
q  1 Ip,q = -

Ip,q =

1

tp [ ln(t) ]q t
0

q
Ip,q-1
p+1

Ip,q
Bn =

nN

1
0

[ ln(t) ]n+1
t
t-1
tp

Ip,q
 n  N Bn = (-1)n (n + 1)! Zn+2
+

(-1)k (k + 1) Zk+2 xk

k=0

­ 16 1121 ­ D'après documents fournis

 x ] - 1, 1[, H(x) =

IN CHOISY

Bn

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



e3a Maths 2 PSI 2016 -- Corrigé
Ce corrigé est proposé par Antoine Sihrener (Professeur en CPGE) ; il a été relu
par Alban Levy (ENS Cachan) et Nicolas Martin (Professeur agrégé).

Ce sujet a pour but le calcul de la somme
(2) =

+
X
1
n2
n=1

ainsi que l'étude de la fonction H définie sur ] -1 ; + [ par
Z 1 x
t ln(t)
dt
H(x) =
t-1
0

· Dans une partie préliminaire, on étudie la famille de polynômes
Pn =

1 
(X + i)2n+1 - (X - i)2n+1
2i

Plus précisément, on va chercher le degré, le coefficient dominant, les racines
de Pn et on s'en servira pour calculer la somme (2). Cette partie n'utilise que
des résultats au programme de première année ; elle est abordable, sous réserve
d'être à l'aise avec les polynômes.
· Dans la partie 1, on détermine le domaine de définition de H, sa monotonie, 
sa limite en + et on exprime H comme somme d'une série de fonctions.
Les questions ont pour thème les intégrales à paramètres et sont des 
applications directes du cours.
· La partie 2 permet d'écrire H(-1/2) sous la forme d'une intégrale. Elle 
contient
des questions classiques d'encadrement d'intégrales et de convergence de séries,
mais aussi une question délicate d'interversion série/intégrale.
· Dans la partie 3, on cherche à développer H en série entière au voisinage de 
0.
Les calculs d'intégrales sont classiques mais justifier la convergence des 
séries
entières requiert des arguments fins.
En conclusion, ce problème relativement long contient énormément de questions
proches du cours. Il pourra être utilisé avec profit pendant l'année pour 
vérifier
que les théorèmes relatifs à l'intégration (continuité, dérivabilité sous 
l'intégrale et
convergence dominée) sont maîtrisés.

Indications
Préliminaires
P.1 Se souvenir qu'un réel strictement positif a un argument nul et qu'un réel
strictement négatif a un argument égal à .
P.2.1.2 Utiliser le théorème caractérisant les polynômes irréductibles sur R.
P.2.2.1 Appliquer la formule du binôme de Newton et calculer les coefficients 
des
termes X2n+1 et X2n .
P.2.2.3 Écrire i2n = (i2 )n = (-1)n .
P.2.2.4 Si z est racine de Pn , en particulier on a |z - i| = |z + i|.

P.2.2.5 Écrire (a + i)2n+1 = (a - i)2n+1 , diviser par (a - i)2n+1 et faire 
apparaître
des racines de l'unité.
P.2.2.6 Utiliser la méthode de l'arc-moitié, puis les formules d'Euler.
P.2.2.7 Montrer que les coefficients de degré impair sont nuls, et effectuer 
ensuite un
changement d'indice. Se rappeler que i2k  R pour tout entier k.

P.2.2.9 Compter les racines de Pn positives, utiliser la stricte croissance de 
la fonction
x 7 x2 sur R+ et compter le nombre de racines de Qn ainsi obtenues.
P.3 Écrire Qn sous forme factorisée et donner le coefficient de Xn+1 de deux
façons différentes.

P.4 Utiliser l'égalité cos2 (x) + sin2 (x) = 1.
P.5 Vérifier que les k/(2n + 1)  ] 0 ; /2 [ pour tout k  [[ 1 ; n ]], appliquer 
la
question précédente ainsi que le théorème d'encadrement.
Partie 1
I.1 Pour la convergence, comparer à une intégrale de Riemann. Pour la valeur,
penser à une intégration par parties.
I.2.1 Si x > -1, faire comme dans la question précédente au voisinage de 0, et
poser u = 1 - t quand t est au voisinage de 1. Si x 6 -1, comparer à la
fonction inverse.
I.2.2 Prendre x 6 y et donner le signe de H(x) - H(y).
I.2.3 Prolonger par continuité en 0 et en 1.

I.2.4 Appliquer le théorème de dérivation sous l'intégrale sur un intervalle de 
la
forme [  ; + [ pour  > -1.

I.2.5 Appliquer le théorème de convergence dominée. Supposer que xn > 0 pour
tout n  N, puis utiliser la caractérisation séquentielle de la limite.

I.2.6 Écrire H(x)-H(x+1) sous forme d'une seule intégrale et utiliser la 
question 1.
I.2.7 Utiliser la formule précédente et la continuité de H en 0.

I.2.8.2 Écrire la question 2.6 pour x + k en lieu de x et sommer pour k allant 
de 0
à n - 1.
I.2.8.4 Utiliser la question 5 des préliminaires.

Partie 2
II.1 La fonction intégrée est décroissante : sa valeur en t  [ k ; k + 1 ] est 
comprise
entre sa valeur en k et sa valeur en k + 1.
II.2 Sommer les inégalités obtenues à la question précédente pour k allant de 1
à +.

II.3.1 Pour (-1)n un , appliquer le critère des séries alternées.

II.3.2 Séparer en deux la somme en l'indice N. Utiliser le critère des séries 
alternées
pour majorer le reste et utiliser la question I.2.5.
II.3.3 Faire le changement de variable t = v 2 dans l'intégrale définissant 
H(-1/2).
Partie 3
III.1.1 Faire une intégration par parties.
III.1.2 Faire une récurrence sur q.
+
P
III.2.2 Calculer la somme
Ip,q pour q > 1. Intervertir la somme et l'intégrale.
p=0

III.3 Montrer que H est de classe C  en dérivant sous l'intégrale. Donner H(n) 
(0)
pour tout n  N. Montrer que le rayon de convergence de son développement
en série entière est supérieur ou égal à 1 en montrant que la suite (Zk )k>2
est décroissante.

III.4 Montrer que Zk > 1 pour tout k > 2.

Préliminaires.
P.1 Calculons le module de u :

|u|2 = u × u = 1 + ei × 1 + e-i = 1 + ei + e-i + 1 = 2 + 2 cos()
p
Un module étant positif, |u| = 2(1 + cos()). Donnons à présent un argument de u
s'il en existe. u a un argument si et seulement si u n'est pas nul. Or, u = 0 si
et seulement si ei = -1, c'est-à-dire si et seulement si  =  (car   [ 0 ; 2 [).
Supposons dans la suite  6= . Ainsi, u 6= 0 et

i/2
-i/2
i/2
u=e
e
+e
= 2 cos
ei/2
2

Étudions deux cas.

· Si   ] 0 ;  [ alors /2  ] 0 ; /2 [ et cos(/2) > 0. Par conséquent, 0 est un
argument du cosinus, et un argument de u est /2.
· Si   ]  ; 2 [ alors /2  ] /2 ;  [ et cos(/2) < 0. Ainsi,  est un argument
de cos (/2), et un argument de u est  + (/2).
En conclusion,
p
|u| = 2(1 + cos())

et

arg(u) =

(

/2 si   ] 0 ;  [
 + /2 si   ]  ; 2 [

P.2.1.1 Par définition de P1 , et d'après la formule du binôme de Newton,

1  3
X + 3iX2 + 3i2 X + i3 - X3 - 3iX2 + 3i2 X - i3
2i
En se souvenant que i2 = -1 et i3 = -i, il vient
P1 =

P1 =

1 
6iX2 - 2i = 3X2 - 1
2i

De la même façon, en se souvenant que i4 = 1 et i5 = i,

1 5
[X + 5iX4 + 10i2 X3 + 10i3X2 + 5i4 X + i5
2i

- X5 - 5iX4 + 10i2 X3 - 10i3 X2 + 5i4 X - i5 ]

1 
=
10iX4 + 20i3X2 + 2i5
2i

P2 =

c'est-à-dire

P2 = 5X4 - 10X2 + 1

P.2.1.2 D'après la question précédente, tous les coefficients étant réels
P1  R2 [X]
et
P2  R4 [X]

P1 admet +
- 1/ 3 comme racines réelles donc n'est pas irréductible dans R[X].
De plus, les polynômes irréductibles de R[X] sont les polynômes de degré 1 et 
ceux
de degré 2 de discriminant strictement négatif. Puisque P2 est de degré 4, il 
n'est
pas irréductible.
P1 et P2 ne sont pas irréductibles dans R[X].
P.2.2.1 Appliquons la formule du binôme de Newton :