CCP Maths PC 2015

Thème de l'épreuve Étude analytique et probabiliste d'une suite de fonctions. Matrices binaires.
Principaux outils utilisés loi de Poisson, séries génératrices, réduction de matrice

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
                    

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


SESSION 2015 PCMA002

.i- CONCOURS COMMUNS

-=- POLYTECHNIQUES

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC

MATHEMATIQUES

Durée : 4 heures

N.B. : le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, & la 
précision et à la concision de
la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui sembler être 
une erreur d 'énoncé, il le

signalera sur sa copie et devra poursuivre sa composition en expliquant les 
raisons des initiatives
qu 'il a été amené à prendre.

'Les calculatrices sont interditesi

L'épreuve est constituée de deux problèmes indépendants.

Lorsqu'un raisonnement utilise un résultat obtenu précédemment dans le
problème, il est demandé au candidat d'indiquer précisément le numéro de la
question utilisée.

1/7

PROBLEME 1 : ANALYSE ET PROBABILITE

On propose d'étudier dans ce premier problème le comportement d'une certaine 
suite de fonctions

( fn)nEUR]N sous différents points de vue. Dans la partie 1, on étudie les 
aspects analytiques de

( fn)nEUR]N : convergence uniforme de la suite ( fn)nEUR]N, propriétés 
d'intégrales associées a fn et

modes de convergence de la serie 2 fn. % n n'" _ 1
EUR î_% ? _ ?

Cette formule, en lien avec la suite de fonctions introduites dans la partie 1, 
peut être avan--

tageusement interprétée en terme de suite de variables aléatoires indépendantes 
qui suivent une

loi de Poisson. Le point de vue probabiliste permet alors d'éclairer le lien 
avec une intégrale in--
k

" n
tervenant en partie 1 et l'existence d'une limite EUR pour e_" 2 Ü. Cela permet 
aussi d'approcher

La partie 2 correspond a l'étude de la formule de Bernstein : lim
TI,--) 00

la valeur de EUR par différentes méthodes. k=0
Les parties 1 et 2 peuvent être traitées, en grande partie, indépendamment 
l'une de l'autre.

PARTIE 1 : ANALYSE
On considère la fonction f et, pour 71 E ]N, la fonction f... définies sur lR+ 
par :
e_ttn

pour tout t E R+, f(t) = 0 et fn(t) : |
n.

&; |Figure 1 : famille de courbes|

0.38-- (ga,

0.37--'
0.36--'
0.35--'
0.34--'
0.33--'
0.32--'
0.31--'

0.3--'
0.29--'
028---
0.27--'
026---
0.25--'
0.24--'
0.23--'
0.22--'
o.21-'

0.2--'
0.19--'
0.18--'

%
%

o.17-'

0.16% (gd
0.15--

0.14--'

0.13--'

o.12-'

o.11-'

0.1--'

0.09--'

0.08--' fie

0.07--'
0.06--'
0.05--'
0.04--'
0.03--'
0.02--'
0.01%

n n
1. On rappelle qu'un équivalent de n! est \/ 27m (--) quand n tend vers +00.
EUR

La. Etudier, pour tout 71 E ]N*, les variations de la fonction fn sur lR+ et en 
déduire son
maximum.

1 l
1.b. Montrer que fn(n) ... ---- quand n tend vers +00.

Æn1/2

1.C. Etablir que la suite de fonctions ( fn)nEUR]N converge uniformément vers f 
sur lR+.

2.
+00
2.21. Déterminer l'ensemble D des valeurs de a: E R pour lesquelles l'intégrale 
/ e_ttoe dt
0

est convergente et vérifier que lR+ C D.

+00
2.b. Montrer que, pour a: E lR+, l'intégrale / (ln t)e_ttoe dt est convergente.
0

+00
2.0. Montrer que la fonction a: |--> / e_ttoe dt est de classe 'Ë' sur lR+.
0

+00
2.d. Montrer que, pour tout 71 E ]N, l'intégrale fn(t) dt est convergente.

0
+00

2.e. Montrer que, pour tout 71 E ]N, fn(t) dt : 1.
0

1 +00
3. Pour a: E lR+ et 71 E ]N, on pose Hn(a:) : --'/ e_ttn dt.
n. 33

3.21. Montrer que, pour tout a: E lR+ et tout 71 E ]N, Hn(a:) : 1 -- / fn(t) dt.
0

3.b. Etablir que, pour tout 71 E ]N, Hn est de classe fil sur lR+ et donner 
l'expression de Hg.
3.0. Calculer, pour tout 71 E ]N, lim (Hn(a:)) et lim (Hn(a:)).
oe-->O oe-->+00

3.d. Calculer, pour tout a: E R+, lim (Hn(a:)).

n-->+00
4. Dans la figure 1 de la page 2, on peut visualiser certaines des 
représentations graphiques des
fonctions de la suite ( fn)nEUR]N dont celle de f1 et 1%.

4.21. Lesquelles des courbes %... (Æ), %... 'Ëd ou %e de la figure 1 
correspondent respectivement
aux représentations graphiques de f1 et de 1%, ?

4.b. Pouvez--vous faire le lien entre cette figure et certaines propriétés 
analysées dans les
questions précédentes ?

5.
5.51. Montrer que la série de fonctions 2 fn converge simplement sur lR+.

5.b. Montrer que, pour tout a E lRï, la série de fonctions 2 fn converge 
normalement sur
le segment [D, a].

5.0. Montrer que la série de fonctions Ë fn ne converge pas normalement sur lR+.

3/7

PARTIE 2 : PROBABILITE

Soit (Xn)nEUR]N* une suite de variables aléatoires définies sur un même espace 
probabilisé (Q, %, P)
et mutuellement indépendantes. On admet que dans ce cas, pour tout n > 2, X1 + 
- - - + Xn et
Xn+1 sont indépendantes.

On suppose de plus que, pour tout 71 E ]N*, Xn suit la loi de Poisson de 
paramètre 1.

On rappelle que si X est une variable aléatoire définie sur (Q, %, P) et qui 
suit une loi de Poisson
Àk
--À

de paramètre À, alors X(Q) : ]N et pour tout entier k E ]N, P(Xn : k) : Ü'

" Sn --n
On pose, pour tout 71 E ]N*, Sn : ZXk et S* = .

n
1... \Æ

La. Montrer que Sn suit une loi de Poisson de paramètre n et en déduire son 
espérance et
sa variance.

1.b. Déterminer l'espérance et la variance de S.,Îî.

" n
1.c. Montrer que, pour tout 71 E ]N*, P(SË { O) = e_" 2 Ü'

2. Soit 7° E ]N, ] un intervalle de R et (a, 19) EUR 12. On rappelle que si f 
est une fonction de classe
'ËT+1 sur ], alors on a :

=ZfW --a)k+/f<(bffl> --),"td.

Montrer que, pour tout 71 E ]N*, on a :

n R n n--t n
n n e -t

n!
:o 0

??

1 +00

3.21. Montrer que : P(Sä { O) = --' / e_ttn dt : Hn(n) où Hn est définie dans 
la partie 1.
n. "

3.b. Etablir que, pour tout 71 E ]N*,

n--l--1 t tn--l--l nn--l--1
P(S*--l--oo

PROBLEME 2 : ALGEBRE

On propose d'étudier, dans ce second problême, différents aspects des matrices 
a coefficients dans
{--1,1} (matrices binaires) : inversibilité, orthogonalité des colonnes 
(matrices de Hadamard)
et propriétés du spectre.

Dans tout le problème, 71 désigne un entier naturel tel que n > 2.

On débute l'étude par des exemples en petite dimension. En dimension n, on 
aboutit notamment
a trois résultats sur de telles matrices :

o une matrice de Hadamard ne peut exister que si n = 2 ou si n est un multiple 
de 4 ;
0 on peut construire une matrice binaire 1nvers1ble a n importe quel ordre n ,

o les valeurs propres des matrices binaires sont de module inférieur ou égal a 
n.

Notons %,,(IR) l'espace vectoriel des matrices réelles carrées d'ordre n,
Æn,1(lR) l'espace vectoriel des matrices réelles a 71 lignes et 1 colonne,
AT la matrice transposée d'une matrice A,
I,, la matrice identité d'ordre n,

Sp(A) l'ensemble des valeurs propres d'une matrice carrée A.

Dans tout le problème, on munit Æn,1(lR) du produit scalaire canonique défini 
de la façon
suivante :

v< Æ...(IR),  3.

Montrer que \ det(A)l : nn/2 et en déduire que n est un multiple de 4.

7. Soient 71 E ]N tel que n > 4 et 7° : n -- 1. On définit la fonction T.,. : 
lR" % lR"° par :
pour tout (331, . . . ,a:.) E R', 7}(OE1, . . . ,a:.) = (332, 331, 333, . . . 
,a:.).
7 .a. Montrer que T.,. définit un automorphisme de R'.

7 .b. Déterminer la matrice, notée T ... associée a T.,. dans la base canonique 
de R'.

On pose alors A :
ZT.

On transforme A en A' par les opérations sur les lignes de A suivantes : W EUR 
[[2, n], L.- + L1 -- L.-

Sl bien que Li (A') : L1(A) -- Li(A).

7 .c. Montrer que A' est un élément de %...
8. Donner un exemple explicite de matrice A qui soit dans {% mais pas dans 33%.

9. Soit A E .%'n et soit À EUR @ tel que A soit une valeur propre de A.

9.21. Montrer qu'il existe (331, . . . ,a:n) EUR @" tel que :

i) pour tout @ EUR [[1, n], ZAi,jæj = ÀfL'.-,
j=1

ii) il existe [EUR EUR [[l,nfl tel que : a:k # 0 et pour tout j EUR [[l,nfl, 
lag--l { l33kl-

9.b. Montrer que ... { n.

9.0. Montrer que : sup {... tel que À EUR Sp(A) et A E 95'n}) : n.

Fin de l'énoncé

7/7

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



CCP Maths PC 2015 -- Corrigé
Ce corrigé est proposé par Florence Monna (Docteur en mathématiques) ; il a été
relu par Damien Garreau (ENS Ulm) et Gilbert Monna (Professeur en CPGE).

Le sujet est composé de deux problèmes indépendants, le premier traitant 
d'analyse et de probabilités, le second d'algèbre.
Le premier problème est consacré à une suite de fonctions (fn )nN .
· La partie I étudie la convergence uniforme de la suite, les propriétés
P de certaines
intégrales associées à fn et les modes de convergence de la série fn . On trouve
au début de cette partie les représentations graphiques de quelques fonctions fn
qui mettent en évidence une bosse glissante dont la hauteur tend vers 0, ce qui
donne une illustration géométrique intéressante d'une situation classique de
convergence uniforme.
· La partie II porte sur la formule de Bernstein, qui peut être interprétée 
comme
une suite de variables aléatoires indépendantes qui suivent une loi de Poisson.
Le second problème s'intéresse aux matrices binaires (à coefficients dans {-1, 
1}) :
inversibilité des matrices, orthogonalité des colonnes, propriétés du spectre. 
On considère en particulier les matrices d'Hadamard (vérifiant AT A = n In ) et 
on donne une
condition nécessaire portant sur n pour qu'il existe une matrice d'Hadamard de
taille n.
Le sujet couvre une large partie du programme de PC : toute l'analyse est 
sollicitée hormis les équations différentielles ; en probabilités, 
l'utilisation d'une série
génératrice d'une variable aléatoire suivant une loi de Poisson suppose que 
tout le
chapitre ait été traité ; en algèbre, il faut être au point sur les matrices 
symétriques
et la notion d'orthogonalité. Le découpage du sujet en parties cohérentes 
permet de
choisir le morceau de programme que l'on veut travailler.

Indications
Analyse
I.1.b Appliquer la formule de Stirling, rappelée dans l'énoncé.
I.1.c Utiliser le résultat de la question I.1.b.
I.2.c On est dans le cas d'application du théorème de dérivation d'une 
intégrale à
paramètre. Vérifier toutes les hypothèses du théorème à l'aide des questions
I.2.a et I.2b et conclure.
I.2.d Exploiter le résultat de la question I.2.a.
I.2.e Intégrer par parties.
I.3.a Utiliser la relation de Chasles dans l'expression de la fonction Hn , et 
conclure
à l'aide de la question I.2.e.
I.3.c Appliquer la propriété de Hn démontrée à la question I.3.b.
I.3.d Inverser la limite et l'intégrale en appliquant le théorème 
correspondant, ainsi
que le résultat de la question I.1.c.
I.4.b Regarder les résultats des questions I.1.a, I.1.b et I.2.e.
I.5.b Utiliser les questions I.1.a et I.5.a.
Probabilités
II.2 Appliquer la formule de Taylor rappelée dans l'énoncé à la fonction f : x 
7 ex
sur R, avec a = 0, b = n.
II.3.a Utiliser le résultat de la question précédente.
II.3.b Intégrer par parties.
II.3.c Exploiter les questions I.1.a et II.3.b, ainsi que le théorème de la 
limite monotone.
II.4.c Utiliser les résultats des questions II.4.a et II.4.b.
Algèbre
2 Développer le déterminant de A3 par rapport à la première colonne.
5 Démontrer que i) implique ii), puis que ii) implique i) et terminer en 
montrant
que i) est équivalente à iii).
6.b Utiliser le résultat de la question 6.a.
6.d Appliquer les résultats des questions 4 et 6.c.
8 Penser à exploiter la question 7.c.

Analyse
I.1.a Soit n  N . La fonction fn est dérivable sur R+ par produit d'une 
exponentielle et d'un polynôme, et
t  R+

fn (t) =

tn-1 e-t
(n - t)
n!

Par ailleurs, e-t tn tend vers 0 quand t tend vers 0
et quand t tend vers l'infini, par croissances comparées. On en déduit le 
tableau de variations cicontre. Ainsi, fn admet un unique maximum sur
[ n ; + [, atteint en n, qui vaut
fn (n) =

t
f

0
+

fn
0

n
0
fn (n)

+

-

0

e-n nn
n!

I.1.b On peut réaliser le quotient de deux équivalents tant que le dénominateur 
ne

s'annule pas. Puisque 2nnn e-n ne s'annule pas,
e-n nn
fn (n)  
2nnn e-n
1
1
1
=
fn (n)  
n
2n
2

soit

I.1.c Le tableau de variation de f permet d'établir que la fonction fn est 
positive
sur R+ , si bien que |fn | = fn . D'après la question 1.a, on en déduit
kfn - f k,R+ = kfn k,R+ = maxtR+ |fn (t)| = fn (n)
Or, d'après la question 1.b, fn (n) ---- 0, ce qui permet de conclure que
n

La suite de fonctions (fn )nN converge uniformément vers f sur R+ .
I.2.a L'intégrale I(x) =

+

Z

0

e-t tx dt est impropre en + et en 0 seulement.

· Lorsque t  +, e-t tx = o(1/t2 ) et, par comparaison d'intégrales de fonctions
positives, l'intégrale I(x) est convergente quel que soit x  R.

· En 0, e-t tx  1/t-x , et, à nouveau par comparaison d'intégrales de fonctions
positives, l'intégrale I(x) est convergente si et seulement si -x < 1.
Z +
e-t tx dt est convergente si et seulement si x > -1 :
Finalement,
0

D = ] -1 ; + [
I.2.b L'intégrale J(x) =

Z

0

et

R+  D

+

(ln t)e-t tx dt est impropre en + et 0 seulement.

Quand t tend vers l'infini, (ln t)e-t tx = o(1/t2 ) et, par comparaison 
d'intégrales
de fonctions positives, l'intégrale J(x) est convergente quel que soit x  R.

En 0, distinguons deux cas :
· Si x = 0, ln(t)e

-t

 ln(t) et on sait que l'intégrale

Z

1

ln(t) dt est convergente.
0

· Si x > 0, (ln t)e-t tx tend vers 0 quand t tend vers 0, par croissances 
comparées,
donc la fonction intégrée admet un prolongement par continuité en 0.
On conclut alors que
Pour tout x  R+ , l'intégrale

Z

+

(ln t)e-t tx dt est convergente.

0

I.2.c On cherche à se placer dans le cas d'application du théorème de dérivation
d'une intégrale à paramètre. On pose pour cela I = R+ , J = ] 0 ; + [, ainsi que
Z
-t x
g(x, t) = e t sur I × J et G(x) = g(x, t) dt sur J
J

Le but est alors de montrer que la fonction G est de classe C 1 sur I. 
Vérifions successivement les hypothèses du théorème.
· On peut écrire |g(x, t)| = g(x, t) et le résultat de la question 2.a permet de
conclure que pour tout x  I, la fonction t 7 g(x, t) = e-t tx est continue par
morceaux et intégrable sur J.
· Pour tout t  J, la fonction x 7 g(x, t) est de classe C 1 sur I et
g
(x, t) = e-t (ln t)ex ln t = e-t (ln t)tx
x
g
· Pour x  I, t 7
(x, t) = e-t (ln t)tx est continue par morceaux sur J.
x
· Reste l'hypothèse de domination sur tout segment [ 0 ; b ] de I. Soit 0 < b et
notons K = [ 0 ; b ]. On peut écrire
g
(x, t) 6 (t)
x

x  K t  J
en posant

(t) =

(

e-t |ln t| t0
e-t (ln t)tb

sur ] 0 ; 1 ]
sur [ 1 ; + [

On constate que  est une fonction positive, continue par morceaux sur J.
De plus, la fonction  est intégrable sur l'intervalle J d'après la question 2.b.
Les hypothèses du théorème de dérivation d'une intégrale à paramètre étant 
toutes
vérifiées, on en déduit que G est de classe C 1 sur I et
Z +
x  I
G (x) =
e-t (ln t)tx dt
0

d'où

La fonction x 7

Z

+

e-t tx dt est de classe C 1 sur R+ .

0

I.2.d Le résultat de la question 2.a permet d'écrire n  D pour tout n  N, donc
Z +
Z + -t n
e t
l'intégrale
e-t tn dt converge, tout comme l'intégrale
dt. Par suite,
n!
0
0
Z +
L'intégrale
fn (t) dt est convergente.
0