CCP Maths 2 MP 2008

Thème de l'épreuve Matrices à valeurs propres sur la diagonale
Principaux outils utilisés algèbre linéaire
Mots clefs matrices, valeurs propres

Corrigé

(c'est payant, sauf le début): - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Extrait gratuit du corrigé

(télécharger le PDF)
           

Énoncé complet

(télécharger le PDF)
           

Rapport du jury

(télécharger le PDF)
     

Énoncé obtenu par reconnaissance optique des caractères


 

me.--52... .v " mm.--Sn--

a müb0...æ<ämmîä

m2 ËmEË - Ë5EÜËm mËËË

oe...=o_z=vuh>.--ooe «:::--cou moe=°uzcv

'

s trs

st trsés

  t ttr  s r rt à  rté à  rés t à  s  
rét
  t st é à rérr  q t  sr êtr  rrr éé   sr sr
s  t r rsr s st  qt s rss s tts q  été é
à rr

    PP    
s trs s t s trs trrs st s s tr  trs
t rs rs rrs sr    rè stérss  trs ért
tt rtrté
s  rè tts s trs st à ts rés t n st  tr n > 2
 r q tr A = (aij )  Mn (R) st  tr à  rr s s
ô rtérstq st sé sr R t s ss trs  st ss rs rrs
  ê rr  tté stàr s  ô rtérstq  A st
A (X) =

n
Y
(aii - X).
i=1

 rr tr  réé  A st  P r A st  tr à  rr 
tr En s s trs  Mn (R) à  rr

 P

1 -1

- 
 t   ré t M () = 0 2
1 1 2-

 r  t  ét s s  ô rtérstq   tr
M () étrr q r tt   tr M () st  tr à 
rr
 s st s rs   r sqs  tr M () st s 

0 0 -1
  sèr  tr A = 0 0 0  tt tr tsétrq A st 
1 0 0

tr à  rr 

s n = 2

étrr E2 s trr q E2 st  rt ré  M2 (R)

n=3

 r  t éssr t sst r q tr à  rr st
rs r    tr à  rr    M3 (R)
rs t t q A-1 st ét  tr à  rr  r A-1 
 t A = (aij )  tr  M3 (R) étrr q A st  tr à  rr
s t st s  ér s  rrétés sts 
det A =

3
Y

aii

t a12 a21 + a13 a31 + a23 a32 = 0.

i=1

tst   tr
 rr  rt  rçs q à rtr  tr A = (aij )  M3 (R) tst s
 tr st  st s  tr à  rr  sèr q rt
ss     étrt
 rr st t rt sr  tr  st s é érr sr 
  rr   tr Pr s trs sts qr s
trs à  rr 

-1

A1 = -3
0

4

0
A4 =
-2

0 3
5 2 2
2 3 A2 = -8 4 0
0 2
1 1 4

2 0
1 1 1
2 0 A5 = -1 1 1
-2 2
-2 3 6

0 1 0
0
A7 = 0 2 1 A8 = 0
1 0 3
1

1 -1 4
A3 = 0 2 -4
1 1 -2

2
0 2
A6 = -2 4 2
2 -2 2

1 0
0 0 .
0 1

 trr  t éssr t sst sr s rts
a12 a21 ,

t a23 a32

a13 a31

r q tr A = (aij )  M3 (R) à  rr rs st t q
A-1 st ét  tr à  rr   st  r tt
tr ss rr à  rr

 P   P 

  M =

A B
0 C

st  tr  Mn (R) r s s trs A t C étt s trs

rrés étrr q
det M = (det A)(det C)

 rr tsr s trs r s

Ir 0
0 C

t

A B
0 Is

 t s réss

sr s ts s trs q trt
 r    tr M à  rr  M4 (R) tr 4 × 4 s
 s s sts 
  tr M tt tr rés  s  qr rèt  ér
 M =

A B
0 C

ù s trs A, B t C st tts s trs  M2 (R)  t

t  tr   qr rèt  ér

  PP

  A st  tr  Mn (R) à  rr étrr q r tt  (a, b)
 rés s trs aA + bIn t s trs a tA + bIn st r s trs à 
rr
   t Gn s s trs à  rr rss étrr q Gn st
s s En 

trs trss

  tr trs st éssrt  tr à  rr 
 str q tr à  rr st trs
 étrr  t éssr t sst r q tr  Mn (R) st
s à  tr à  rr
 étrr q tt tr  Mn (R) st s   trs à  rr
En st  sss tr  Mn (R) 

 tr Sn  sss tr  Mn (R) ré s trs sétrqs t An  ss
s tr  Mn (R) ré s trs tsétrqs

t A = (aij )  tr  Mn (R) étrr tr(t AA)

 t A = (aij )  tr  Mn (R) sétrq t s rs rrs st tés
1 , ..., n 

st rér

trs sétrqs à  rr
étrr q

n X
n
X
i=1 j=1

a2ij

=

n
X

2i 

i=1

 étrr s s trs sétrqs rés à  rr

trs tsétrqs à  rr
t

A  tr tsétrq  Mn (R) à  rr

étrr q An = 0 t r t AA)n 
str q  tr t AA st s s q t AA = 0
r q A st  tr 

    P   

En

st rér

qr  s  An     éstrt  rés st
 t F  sss tr  Mn (R) t q  t F  En 
étrr q
dim F 6

n(n + 1)
,
2

r   rr tsr dim (F + An )
 st  s   sss tr F  Mn (R) ért F  En 
 étrr  sss tr F  Mn (R) ért F  En   s 
s t q F  st s stté qt  trs trrs
  éé

Extrait du corrigé obtenu par reconnaissance optique des caractères



CCP Maths 2 MP 2008 -- Corrigé
Ce corrigé est proposé par Julien Reygner (École Polytechnique) ; il a été relu 
par
Nicolas Weiss (Docteur en mathématiques) et Gilbert Monna (Professeur en CPGE).

Ce sujet concerne les matrices dont les valeurs propres sont sur la diagonale, 
dites
matrices à diagonale propre.
· Dans la première partie, on donne des exemples de telles matrices, et on les
détermine complètement dans le cas de la dimension 2.
· La deuxième partie fournit une caractérisation des matrices à diagonale propre
en dimension 3. On utilise ce critère pour tester plusieurs matrices données.
· La troisième partie étudie l'exemple des matrices définies par blocs.
· La quatrième partie s'intéresse à la structure de l'ensemble des matrices à
diagonale propre, notamment leur lien avec les matrices trigonalisables.
· La cinquième partie détermine l'ensemble des matrices à diagonale propre
symétriques et antisymétriques.
· Dans la sixième et dernière partie, on applique les résultats des parties 
précédentes pour donner la dimension maximale des sous-espaces vectoriels de
matrices à diagonale propre.
Ce sujet plutôt court utilise les théorèmes basiques de l'algèbre linéaire. Il 
est
d'un niveau peu élevé et permet une bonne révision des méthodes de calcul 
matriciel
et de réduction des endomorphismes.

Indications
I. Exemples
1.a Utiliser la règle de Sarrus pour calculer le polynôme caractéristique, puis 
isoler
le produit des trois termes diagonaux du reste du polynôme.
2 Calculer le polynôme caractéristique de A.
3 Trouver une condition nécessaire en calculant le polynôme caractéristique 
d'une
matrice de E2 .
II. Test dans le cas n = 3
4 Faire le lien entre les valeurs propres d'une matrice et son inversibilité.
6.a Utiliser la caractérisation trouvée à la question précédente.
III. Exemples de matrices par blocs
7 Vérifier que M est le produit des deux matrices données par l'indication puis
calculer le déterminant de ces matrices en utilisant des développements par
rapport à des lignes bien choisies.
8.a Utiliser la matrice A5 donnée à la question 6.b.
8.b Prendre garde au fait qu'on ne peut pas choisir A et C à diagonale propre.
IV. Quelques propriétés
9 Exprimer les valeurs propres et les coefficients diagonaux de aA+bIn en 
fonction
de ceux de A.
10 Utiliser la question précédente pour construire une suite d'éléments de Gn 
qui
converge vers une matrice à diagonale propre donnée.
11.a Chercher un contre-exemple dans M2 (R).
12 Montrer que toute matrice est la somme de deux matrices triangulaires.
V. Matrices symétriques et matrices antisymétriques
t

14.a Écrire les valeurs propres de A A en fonction de celles de A (et ne pas 
oublier
que A est symétrique !).
15.a Écrire le polynôme caractéristique de A et appliquer le théorème de 
CayleyHamilton.
15.b Utiliser le théorème spectral.
15.c Utiliser le résultat de la question 13.
VI. Dimension maximale d'une espace vectoriel inclus dans En
17 Utiliser la formule dim(F + G) + dim(F  G) = dim(F) + dim(G) pour F, G
sous-espaces d'un espace vectoriel E.
18 Chercher les éléments de F sous forme diagonale par blocs, en s'appuyant sur
les résultats de la partie III.

I. Exemples
1.a Le polynôme caractéristique M() (X) de M() est donné par le déterminant
M() (X) =

1-X
-1
0
2-X
1
1

-
2--X

Ce déterminant se calcule avec la règle de Sarrus :
M() (X) = (1 - X)(2 - X)(2 -  - X) +  + 0 - (2 - X) + (1 - X)
= (1 - X)(2 - X)(2 -  - X)
L'utilisation de la règle de Sarrus est intéressante ici, car le polynôme 
caractéristique cherché est un des termes du développement du déterminant.
Les trois termes diagonaux de M() sont les trois racines de son polynôme 
caractéristique. On en déduit que pour tout   R,
M() est une matrice à diagonale propre.
1.b Lorsque les trois valeurs propres de M() sont distinctes, c'est-à-dire 
lorsque
 6= 0 et  6= 1, le polynôme caractéristique de M() est scindé à racines simples,
M() est donc diagonalisable. Étudions les cas  = 0 et  = 1.
· Si  = 0 : Les valeurs propres de M(0) sont 1 avec l'ordre de multiplicité 1 
et 2
avec l'ordre de multiplicité 2. La dimension du sous-espace propre associé à la
valeur 1 est au plus égale à l'ordre de multiplicité de la valeur propre, elle 
est
donc exactement égale à 1. On cherche la dimension de l'espace propre associé
à la valeur 2, et pour cela on résout le système linéaire

x
1 -1 0
x
0 2 0 y  = 2 y 
z
1 1 2
z

Ce système s'écrit

-x - y = 0

0=0

 x+y = 0

On en déduit que le sous-espace propre associé à la valeur propre 2 est le plan
d'équation x + y = 0, il est donc de dimension 2. Or l'ordre de multiplicité de
la valeur propre 2 dans le polynôme caractéristique est 2, on en conclut que la
matrice M(0) est diagonalisable.
· Si  = 1 : Les valeurs propres de M(1) sont 1 avec l'ordre de multiplicité 2 et
2 avec l'ordre de multiplicité 1. On est alors amené à résoudre le système

-y + z = 0

1 -1 1
x
x

y-z = 0
0 2 -1 y  = y 
qui s'écrit

1 1
1
z
z

 x+y = 0

L'espace propre associé à la valeur 1 est la droite définie par les deux 
équations
non proportionnelles

y - z = 0
x + y = 0

1
Un vecteur directeur de cette droite est par exemple le vecteur -1.
-1
L'espace propre associé à la valeur propre 1, qui est d'ordre de multiplicité 2,
est de dimension 1. Par conséquent, la matrice M(1) n'est pas diagonalisable.

Finalement,

M() est diagonalisable pour tout   R - {1}.

Rappelons qu'une condition suffisante (et non nécessaire) pour qu'une
matrice soit diagonalisable est que son polynôme caractéristique soit scindé
à racines simples : c'est ce critère que l'on utilise pour traiter le cas  6= 
0, 1.
Le rapport du jury précise qu'il s'agit d'une « erreur trop fréquente » que
d'affirmer que cette condition est nécessaire.
En revanche, le critère que l'on utilise ensuite est le suivant : une matrice
est diagonalisable si et seulement si son polynôme caractéristique est scindé,
et l'ordre de multiplicité de chacune de ses racines est égale à la dimension de
l'espace propre associé. Une méthode plus rapide que la résolution explicite
du système consiste à déterminer le rang de la matrice M - I. Par exemple
pour le cas  = 0 et la valeur propre  = 2, on a

-1 -1 0
M(0) - 2I =  0
0 0
1
1 0
On remarque immédiatement que cette matrice est de rang 1, puisque les
lignes 1 et 2 sont multiples de la ligne 3. Le théorème du rang nous dit
alors que son noyau ­ qui est exactement l'espace propre cherché ­ a pour
dimension 2.
2 Calculons le polynôme caractéristique A de cette matrice :
A (X) =

-X
0
-1
0
-X
0 = -X3 - X = -X(X2 + 1)
1
0
-X

Le polynôme A n'est pas scindé sur R car X2 + 1 est irréductible sur R.
La matrice A n'est pas une matrice à diagonale propre.
3 Soit A  M2 (R). Écrivons

a
A=
c

b
d

Supposons A  E2 . Alors le polynôme caractéristique A (X) = (a - X)(d - X) - bc
vérifie l'égalité A (X) = (a - X)(d - X). Par suite, bc = 0 et donc b = 0 ou c 
= 0, et
la matrice A est triangulaire, supérieure ou inférieure.
Réciproquement, toute matrice triangulaire est à diagonale propre ­ comme le
précise l'énoncé en introduction.
Ainsi, E2 est l'ensemble des matrices triangulaires, supérieures et inférieures.